Discours – Notes pour une allocution prononcée par l’honorable Jason Kenney, C.P., député, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme à l’occasion d’une table ronde et d’un dîner réception

Mumbai (Inde) 15 janvier 2009

Priorité à l’allocution prononcée

* * * * *

Na-Ma-STAY! (Bonjour!) Merci de cette aimable présentation.

Je vous remercie tous de vous êtes joints à moi aujourd’hui.

Je suis très heureux d’être à Mumbai et d’avoir un aperçu de tout ce que l’Inde offre de réjouissant pour les sens.

Depuis que nous sommes arrivés, cette ville et son aptitude à surmonter l’adversité m’ont impressionné de nombreuses façons.

Je crois qu’à titre de membres du Commonwealth, le Canada et l’Inde ont beaucoup en commun. Selon moi, nous avons toujours eu un lien spécial.

C’est dans cet esprit d’amitié que je me suis joint, au Canada, à des centaines de personnes de tous les milieux pour une veille à la chandelle à la mémoire des victimes – dont deux Canadiens – des attentats terroristes survenus ici il y a près de deux mois.

La veille était organisée par la Fondation Canada-Inde et soutenue par plus de 70 groupes religieux, culturels et humanitaires. Le président de la Fondation, Surjit Babra, a bien exprimé nos sentiments lorsqu’il a demandé aux personnes présentes d’aider à créer un tsunami de paix dans le monde entier.

Le gouvernement du Canada condamne les actes de violence outrageux de ce genre.

Aucun motif politique ou religieux ne peut justifier la haine qui mène à pareille violence envers des personnes innocentes.

Voilà pourquoi le premier ministre du Canada, Stephen Harper, s’est engagé à appuyer nos collègues de l’Inde démocratique dans leur lutte contre le terrorisme.

Le terrorisme est une réalité mondiale, et tout comme ses alliés, le Canada n’est pas à l’abri de la menace. C’est pourquoi l’immigration au Canada est réglementée par une loi exhaustive, en vertu de laquelle seules sont admises les personnes qui respectent des exigences précises, les personnes qui représentent une menace pour la santé ou la sécurité du public, ou pour la sécurité nationale, étant interdites de territoire.

Mumbai n’est peut-être pas la capitale de l’Inde, mais elle est le foyer des activités commerciales du pays, et l’esprit d’entreprise y est palpable.

Près de 13 millions de personnes vivent à Mumbai.

Elles viennent de milieux très diversifiés et parlent plus d’une dizaine de langues, faisant de ce grand centre cosmopolite un endroit coloré et animé.

Pendant de nombreuses années, l’Inde a été l’une des sources les plus importantes de nouveaux arrivants au Canada.

Au cours des 10 dernières années seulement, quelque 250 000 Indiens ont émigré au Canada.

Aujourd’hui, le Canada compte environ 700 000 personnes d’origine indienne.

Sur une population totale de moins de 33 millions d’habitants, il s’agit là de chiffres assez importants.

Les compétences, les connaissances, les idées novatrices et le désir de réussite de ces personnes profitent énormément à la vie économique et culturelle du Canada.

Les possibilités sont là. Malgré le ralentissement économique mondial, le Canada jouit d’une économie vigoureuse, et nous voulons qu’elle le reste à long terme.

Pour ce faire, nous avons besoin d’une main-d’œuvre possédant les compétences et les connaissances nécessaires pour garantir la compétitivité de notre économie dans le nouveau marché mondial.

Notre plan économique décrit entre autres les mesures que nous pouvons prendre pour nous doter d’une telle main-d’œuvre.

Et puisqu’il est tout à fait clair que nous n’avons pas une population suffisante, nous reconnaissons que l’immigration jouera un rôle clé dans l’atteinte de nos objectifs tant à court terme qu’à long terme.

J’insiste ici sur le fait que le système d’immigration du Canada ne sera jamais entièrement régi par des considérations économiques; la réunification des familles demeure un objectif important. 

En fait, mon ministère a déployé des efforts considérables pour faire en sorte que les demandes d’immigration au titre de la catégorie du regroupement familial soient traitées le plus efficacement possible.

Alors que nous parlons d’immigration, nous devons garder à l’esprit qu’elle ne profite pas seulement au pays d’accueil.

En fait, l’Inde et le Canada ont en commun une longue tradition de migration qui a tissé entre eux des liens solides et qui les a renforcés tous les deux.

Depuis dix ans, l’Inde s’est imposée comme une étoile montante dans le milieu international des affaires.

Une classe moyenne prospère se développe en Inde, et à mesure que des Indiens iront étudier, travailler et vivre dans d’autres pays comme le Canada, de solides alliances financières continueront de se forger à l’échelle mondiale.

Une des priorités de notre gouvernement est de favoriser ces partenariats et ces alliances.

En regardant dans cette salle, je peux voir la façon dont vous participez aux échanges dynamiques qui profitent à nos deux pays.

Au nom du premier ministre Harper et du gouvernement du Canada, je vous félicite et vous invite à continuer de renforcer les liens entre nos pays.

Continuez de chercher de nouvelles façons de rendre la relation entre le Canada et l’Inde encore plus solide.

Merci encore de votre extraordinaire hospitalité.

Bo-hott Shok-ri-ya!

En vedette

Date de modification :