Discours – Notes pour une allocution prononcée par l’honorable Jason Kenney, C.P., député, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme à un déjeuner de travail de l’Initiative internationale d'étudiants avec des interlocuteurs clés des établissements d’enseignement de l’Inde

Mumbai (Inde) 16 janvier 2009

Priorité à l’allocution prononcée

* * * * *

Bonjour! Merci de cette aimable présentation.

J’ai eu beaucoup de plaisir au cours de mon séjour ici à Mumbai et ailleurs en Inde.

En fait, j’ai tellement appris grâce à mes impressions personnelles qu’un proverbe autochtone me revient en mémoire  « Dis-le-moi et j'oublierai. Montre-le-moi et je me souviendrai peut-être. Fais‑moi participer et je comprendrai. »

J’aimerais remercier nos hôtes d’avoir organisé ce déjeuner et j’aimerais tous vous remercier d’être ici aujourd’hui. Je suis ici pour vous écouter, pour apprendre de vous et pour découvrir toutes les façons possibles de solidifier nos liens au cours des années à venir.

J’attends depuis longtemps cette rencontre ainsi que l’occasion de discuter avec divers universitaires distingués des meilleurs établissements d’enseignement de l’Inde.

Je pense, qu’en tant que membres du Commonwealth, le Canada et l’Inde ont beaucoup de points communs, notamment la considération mutuelle pour l’enseignement supérieur. 

Au Canada, nous donnons des centaines de millions de dollars par année aux collèges et aux universités sous forme de subventions, prêts, aide au travail, crédits d’impôt et déductions pour aider les étudiants à financer leurs études postsecondaires.

Dans les deux pays, la perspective de meilleures possibilités et d’un niveau de vie plus élevé pousse de nombreuses familles à économiser et à faire des sacrifices afin que leurs enfants puissent devenir des membres productifs de la société.

On m’a dit que l’université de Mumbai — établie en 1857 — est la plus ancienne en Inde. Elle suit le modèle des universités britanniques et collabore avec plusieurs instituts de recherche haut placés.

L’un de ces instituts, le Tata Memorial Hospital, profite de la course Terry Fox, importation « canadienne magnifique », qui est organisée chaque année dans la ville.

De plus, l’Indian Institute of Technology occupe toute une banlieue de Mumbai avec un total de 24 départements. Au cours des deux dernières années, il a accueilli plusieurs représentants des universités d’Alberta, de Toronto et de Waterloo.

Tout comme au Canada, les étudiants en Inde investissent beaucoup de temps, d’énergie et d’argent dans la préparation de leur avenir en faisant des études. Les avantages sociétaux à grande échelle des investissements de ce genre sont essentiels pour le bien-être de ce magnifique pays.

Je dois profiter de cette occasion pour souligner que les avantages des études dépassent les frontières de l’Inde.

Je sais, par exemple, que nombre de délégations provinciales canadiennes sont venues ici au cours des dernières années en raison des nombreuses possibilités de partenariats avec les écoles de l’Inde.

Il y a donc des avantages pour les deux parties! Les compétences, les connaissances et les idées novatrices que les étudiants partagent entre eux —ainsi que leur désir de réussite — ont une très grande influence positive sur la vie économique et culturelle des deux pays.

L’une des raisons de ma présence en Inde est le fait qu’il existe une longue tradition de migration entre nos deux pays. Ce déplacement de personnes a forgé des liens solides entre le Canada et l’Inde, et nous a tous deux renforcés.

La classe moyenne aisée s’agrandit en Inde. Et comme les Indiens viennent étudier, travailler et vivre dans d’autres pays, comme le Canada, de fortes alliances internationales continueront de se former

L’une des priorités de notre gouvernement consiste à encourager ces partenariats.

Les possibilités existent. Et malgré le ralentissement économique global, le Canada possède une économie forte, que nous voulons maintenir pendant longtemps.

Pour ce faire, nous avons besoin d’un effectif qui possède les compétences et les connaissances nécessaires en vue de garder notre économie concurrentielle sur le nouveau marché global.

En tant que ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, je peux vous affirmer que l’immigration a joué et continuera de jouer un rôle clé dans le développement de mon pays; plus de 15 millions de personnes s’y sont établies depuis la Confédération.

L’année dernière, le Canada a accueilli près de 480 000 nouveaux résidents permanents, travailleurs étrangers temporaires et étudiants étrangers.

Le Canada prévoit accueillir entre 240 000 et 265 000 nouveaux résidents permanents cette année. En fait, comme le montrent les statistiques du Recensement de 2006, une personne sur cinq est née à l’extérieur du Canada.

Pendant nombre d’années, l’Inde a été une des plus grandes sources de nouveaux arrivants au Canada. Juste au cours des 10 dernières années, environ 250 000 personnes de ce pays ont immigré au Canada.

Aujourd’hui, il y a environ 700 000 personnes d’origine indienne au Canada. Mais nous devons en faire plus pour attirer les étudiants étrangers, nous n’avons tout simplement pas suffisamment d’étudiants d’origine indienne dans les universités et les collèges canadiens.

En vue d’attirer plus d’étudiants au Canada, nous avons annoncé, au printemps dernier, des mesures pour que les étudiants étrangers puissent acquérir plus facilement de l’expérience de travail au Canada après l’obtention de leur diplôme.

Nous voulions faire plus pour conserver ces résidents temporaires qualifiés qui ont prouvé leur capacité de réussir au Canada.

Nous voulions leur offrir l’occasion de faire du Canada leur résidence permanente, s’ils le désirent.

Nous voulions qu’ils apprennent nos langues et qu’ils s’adaptent à notre mode de vie, afin qu’ils disposent de tous les éléments pour réussir en tant que nouveaux arrivants.

Nous avons donc supprimé les restrictions concernant le genre d’emplois qu’ils pouvaient occuper ainsi que les endroits où ils pouvaient travailler, et nous leur avons délivré des permis de travail valides plus longtemps — jusqu’à trois ans.

Nous avons procédé à des changements pour permettre à plus d’étudiants étrangers de niveau postsecondaire de travailler hors campus, ce qui leur permettra de trouver plus facilement du travail.

Nombre d’entre eux ont acquéri de nouvelles compétences et connaissances pendant leur séjour — et la mosaïque culturelle qu’ils créent s’avère typiquement canadienne.

Maintenant, le programme de la catégorie de l'expérience canadienne à l’intention des étudiants et des travailleurs étrangers temporaires rendra notre système d’immigration plus attractif et accessible pour les personnes de partout dans le monde ,possédant diverses compétences, qui voudront peut‑être obtenir la résidence permanente au Canada.

Nous espérons que les travailleurs qualifiés et les étudiants étrangers seront portés à choisir le Canada s’ils savent que leur séjour — et leurs contributions à la société — leur donnent le droit de présenter une demande pour rester au Canada de façon permanente s’ils le souhaitent.

Je regarde les gens assis dans la salle et je peux voir comment vous participez précisément aux genres d’échanges vibrants profitables pour nos pays. Vous faites partie du réseau en expansion de relations interpersonnelles entre nos pays.

Il y a beaucoup de personnes dans la salle aujourd’hui qui non seulement partagent leurs connaissances avec le reste du monde, mais dont l’expertise et l’influence sur la nouvelle génération ont contribué à faire de l’Inde la nation active qu’elle est aujourd’hui.

C’est un plaisir de constater l’héritage de votre passé et de sentir votre fierté quant à votre avenir. En tant qu’universitaires, vous offrez à vos pairs d’origine indienne une nouvelle façon de voir votre pays et le monde autour de vous, autant maintenant que dans les années à venir.

Comme je l’ai dit plus tôt, je suis ici pour écouter, pour apprendre de votre expérience et pour découvrir de nouvelles façons de solidifier nos liens au cours des prochaines années.

Au nom du premier ministre Stephen Harper et du gouvernement du Canada, je vous félicite, et je vous invite à poursuivre vos efforts pour solidifier les liens entre nos deux pays.

Merci encore de votre hospitalité incroyable. Je me réjouis à l’idée de prendre part aux discussions avec vous aujourd’hui.

Bohott Shokriya!

En vedette

Date de modification :