Discours – Notes pour une allocution prononcée par l’honorable Jason Kenney, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme pour annoncer le programme de transit sans visa et le projet pilote de transit pour la Chine

Aéroport international de Vancouver
Vancouver (Colombie‑Britannique)
Le 30 juillet 2009

Tel que prononcé

* * * * *

Merci beaucoup de cette aimable présentation. Par ailleurs, je tiens à remercier Mme Wong de nous accueillir dans sa circonscription, la belle ville de Richmond. Monsieur Berg, je vous remercie de nous accueillir ici, au dynamique aéroport international de Vancouver.

Le visage de la population de la Colombie-Britannique est en train de changer, tout comme son économie. Et comme l’ouverture des Jeux olympiques de 2010 aura lieu dans quelques mois seulement, la province commence à susciter beaucoup d’intérêt. Bien sûr, nous partageons tous votre enthousiasme en vue de cette période exaltante qui s’en vient. Nous désirons également aider la province à poursuivre sa progression. C’est pourquoi, Mesdames et Messieurs, c’est avec plaisir que je me joins à mon collègue, le ministre Day, pour lancer aujourd’hui le programme de transit sans visa à l’aéroport international de Vancouver.

Le programme de transit sans visa a pour but de faciliter les déplacements des voyageurs et de stimuler l’économie des aéroports canadiens, à commencer par l’aéroport de Vancouver. C’est donc dire que nous dispenserons de l’obligation de visa de transit certains ressortissants étrangers possédant un visa américain et désirant simplement passer par le Canada pour se rendre aux États‑Unis et en revenir; ils sont des milliers et des milliers par année.

Par conséquent, si vous êtes un voyageur en provenance de l’Indonésie, des Philippines, de Taïwan ou de la Thaïlande et que vous transitez par le Canada, ici à l’aéroport international de Vancouver, pour vous rendre aux États-Unis ou en revenir, vous ne serez plus tenu d’obtenir un visa de transit canadien.

C’était le cas dans le cadre d’un projet pilote qui a duré un certain nombre d’années, mais aujourd’hui, ce projet pilote est en train de devenir une politique permanente du gouvernement du Canada sur laquelle les transporteurs aériens, leurs passagers et cet aéroport peuvent compter.

Si vous venez de l’un des quatre pays que je viens de nommer, vous devez toutefois posséder un visa américain en règle et utiliser les services d’un transporteur aérien approuvé bénéficiant d’un accès à des installations de précontrôle des passagers en transit, comme celles que nous avons ici, à l’aéroport international de Vancouver.

Ce programme est le fruit d’un projet pilote réalisé avec succès ici, à l’aéroport international de Vancouver. Le projet a démontré que le programme de transit sans visa constituait un moyen efficace et sécuritaire de contribuer à l’économie locale, et non seulement à l’économie locale du Lower Mainland et de Richmond, mais également à l’économie de petite échelle ici, à l’aéroport, qui emploie des milliers de personnes.

Grâce à ce programme, le Canada deviendra de plus en plus un pays de transit de choix pour les voyageurs à destination et en provenance des États-Unis, nos voisins du sud. Nous prévoyons étendre ce programme à d’autres aéroports internationaux du pays, ainsi qu’à d’autres transporteurs aériens et ressortissants étrangers.

Le gouvernement du Canada continuera d’examiner des initiatives qui permettraient aux voyageurs de traverser nos frontières en toute sécurité. Puisque nous savons que les voyageurs en provenance de la Chine sont de plus en plus nombreux, c’est avec plaisir que nous lançons un projet pilote de transit pour la Chine, qui sera mis à l’essai pendant d’un an. Cela signifie que si vous êtes un ressortissant chinois ayant pris un vol direct de Beijing, Hong Kong, Shanghai, Guangzhou, Manille ou Taipei, vous pouvez dès aujourd’hui transiter par l’aéroport international de Vancouver pour vous rendre aux États‑Unis sans avoir à vous procurer un visa de transit canadien.

Encore une fois, vous devez détenir un visa américain valide et utiliser les services d’un transporteur aérien approuvé, qui dispose d’un accès à un aéroport canadien possédant des installations de précontrôle des passagers en transit en provenance ou à destination des États-Unis entièrement opérationnelles. Le projet de transit pour la Chine a pour but d’inciter les voyageurs provenant de ce pays dont l’économie est l’une des plus dynamiques au monde à choisir le Canada comme point de transit dans leurs déplacements à destination et en provenance des États-Unis. L’objectif que nous visons est de rendre les aéroports du Canada plus concurrentiels afin qu’ils puissent contribuer à la vitalité de notre économie. C’est une question d’intérêt national.

J’aimerais remercier l’Agence des services frontaliers du Canada et le ministre de la Sécurité publique, Peter Van Loan, de même que tous les transporteurs aériens qui participent à l’initiative. Nous sommes convaincus qu’en raison du succès qu’il remportera, ce programme s’appliquera dans le futur à d’autres ressortissants, transporteurs aériens et aéroports.

Il s’agit d’une bonne nouvelle que nous annonçons aujourd’hui, non seulement pour l’aéroport international de Vancouver et ses employés, mais également pour les milliers et les milliers de familles qui se déplacent vers les États-Unis. Il sera maintenant plus facile de se déplacer en passant par cet aéroport, et nous croyons que le projet que nous annonçons aujourd’hui ouvrira la voie à des services semblables dans d’autres aérogares au pays.

Au nom du gouvernement du Canada, je souhaite à tous les participants un immense succès et je suivrai avec intérêt vos progrès dans les mois et les années à venir.

En vedette

Date de modification :