Discours – Notes en vue d’une allocution de l’honorable Jason Kenney, C.P., député, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme

Lors d’une conférence de presse pour annoncer l’adoption par le Sénat du projet de loi C-11 — la Loi sur des mesures de réforme équitables concernant les réfugiés — et lancer une tournée estivale pour promouvoir la réinstallation de réfugiés
Ottawa (Ontario), le 29 juin 2010

Tel que prononcé

Pour commencer, je tiens à saluer chaleureusement tous les clients du Centre catholique pour immigrants et les nouveaux arrivants au Canada qui bénéficient de son aide. Je sais que bon nombre d’entre vous viviez dans des camps. Les personnes qui arrivent du Népal se trouvaient dans les camps du Haut Commissariat des Nations Unies au Bhoutan depuis nombre d’années, voire 15 ans. Maintenant que vous êtes au Canada, nous vous souhaitons beaucoup de succès. Je suis particulièrement content de voir vos enfants, car au Canada, tout est possible, notamment pour eux. Ces petites filles et petits garçons pourraient bien devenir ministres, plus tard, et même une ou un d’entre eux, premier ministre du Canada, qui sait? C’est possible, dans ce pays.

Je tiens à remercier Carl et toute l’équipe du Centre catholique pour immigrants pour l’excellent travail qu’ils accomplissent. C’est un centre important qui représente vraiment le travail important des organisations d’établissement pour les nouveaux arrivants partout au Canada. 

Depuis l’arrivée au pouvoir de notre gouvernement en 2006 on a augmenté par 400 % l’appui financier pour les services d’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants au Canada et cela a aidé les organismes tels que le Centre catholique pour immigrants à améliorer ses services, et à en accroître le nombre. Le rôle du Centre est d’offrir des services. L’équipe de Carl compte plusieurs centaines de bénévoles qui offrent des services à des milliers de clients provenant de partout dans le monde. Ils symbolisent l’excellence du travail accompli par les organismes d’aide à l’établissement à l’échelle du pays.

Les clients qui ont peut-être le plus besoin d’un peu d’aide à leur arrivée au Canada sont des gens comme bon nombre d’entre vous ayant qualité de réfugié, des personnes qui ont été victimes d’un conflit violent, de nettoyage ethnique ou de persécution et qui n’ont eu d’autre choix que de quitter leur foyer. Généralement, nombre de ces réfugiés se retrouvent dans des camps ou dans des taudis urbains, et rêvent d’avoir la chance de recommencer à neuf.

C’est une grande joie pour le Canada de pouvoir poursuivre sa tradition de longue date de lieu d’asile et de protection pour les victimes de persécution comme vous. Aujourd’hui je suis vraiment heureux d’annoncer qu’à la suite de l’acceptation du projet de loi C-11 au Sénat du Canada et à la suite d’un consensus multi partisan à la Chambre des Communes, nous allons aujourd’hui passer à la loi avec le consentement royal. On va passer à la loi le projet de loi C-11, la Loi sur la Réforme du système d’octroi de l’asile équilibré. Nous pourrons ainsi mettre en œuvre les changements qui auront pour effet d’accroître l’équité de la procédure pour les demandeurs d’asile au Canada, et qui aideront à protéger l’intégrité des systèmes canadiens d’immigration et de protection des réfugiés pour en assurer l’équité aujourd’hui et dans l’avenir.

Dans le cadre de ces changements, nous augmenterons également de 20 %, à savoir 2 500 par année, le nombre de réfugiés réinstallés au Canada. Il s’agit qu’une mesure remarquable, car le Canada accueille déjà un dixième des réfugiés réinstallés dans le monde. Par exemple, ceux d’entre vous qui êtes originaires du Bhoutan et qui viviez dans des camps au Népal, représentez plusieurs milliers de Népalais accueillis par le Canada.

Chaque année, nous accueillons entre 10 000 et 12 000 réfugiés réinstallés, dont la plupart ont qualité de réfugiés au sens de la Convention des Nations Unies. Grâce aux mesures qui passeront en loi aujourd’hui, nous pourrons augmenter ce nombre à 14 500. De plus, par l’entremise du Programme d’aide au réfugiés, nous hausserons de 20 %, de 9 millions $, l’aide fédérale accordée pour garantir l’intégration des réfugiés pris en charge par le gouvernement. Le financement de ce programme est gelé depuis dix ans, mais le nombre de nouveaux arrivants, dont les besoins sont de plus en plus grands, ne cesse d’augmenter. Grâce à l’excellent travail accompli par les organismes tels que le Centre catholique pour immigrants et d’autres groupes d’aide à l’établissement partout au pays, nous serons en mesure de les aider encore plus.

Les réfugiés pris en charge par le gouvernement ont des besoins particulièrement importants pour commencer leur nouvelle vie au Canada. Ils doivent notamment trouver un emploi, apprendre l’anglais ou le français, trouver un logement et relever de nombreux défis d’ordre pratique, comme se vêtir convenablement pour l’hiver qui sera de retour dans quelques mois. En plus de ces choses, nous allons également particulièrement hausser notre support pour les réfugiés faisant l’objet d’un parrainage privé.

Nombreux sont ceux parmi vous qui se souviennent que, il y a 30 ans, le Canada a accueilli des dizaines de milliers de clandestins de la mer vietnamiens et d’autres personnes de l’Asie du Sud-Est et de l’Indochine, y compris des Cambodgiens qui ont fui la violence politique et l’oppression communiste qui régnaient dans leur pays. Les Canadiens les ont accueillis et, de cet accueil est né le Programme de parrainage privé de réfugiés.

Chaque année, quelque 3 000 églises, groupes confessionnels et autres organisations de la société civile au Canada amassent des fonds pour parrainer, accueillir et intégrer des réfugiés de partout dans le monde, et leur trouvent un foyer. Grâce à la Sanction royale aujourd’hui pour le projet de loi C-11, je suis heureux de confirmer que, pour respecter l’engagement du gouvernement à accroître le nombre de réfugiés réinstallés, nous accueillerons 2 000 réfugiés supplémentaires faisant l’objet d’un parrainage privé, dans le cadre de l’augmentation de 2 500 du nombre global de réfugiés réinstallés.

Ces 2 000 réfugiés supplémentaires seront accueillis dans le cadre du Programme de parrainage privé de réfugiés, et des signataires d’une entente de parrainage les aideront à s’établir. Je suis également heureux de vous annoncer que le gouvernement a aussi récemment augmenté de manière considérable l’aide qu’il apporte aux signataires d’une entente de parrainage. De nombreux groupes confessionnels profiteront de cette augmentation des fonds, plus particulièrement ceux qui aident les nouveaux arrivants et qui leur offrent une excellente possibilité de réinstallation. Un grand nombre d’organismes locaux de services aux familles et à la communauté facilitent l’intégration de ces réfugiés.

Mesdames et Messieurs, il s’agit là de changements remarquables. En effet, si vous comparez l’annonce faite cette semaine à ce qui se fait au Royaume-Uni et dans de nombreux autres pays, vous constaterez que la plupart des autres pays développés ont gelé ou même réduit leur engagement à l’égard de la réinstallation des réfugiés. Le Canada va à l’encontre de cette tendance. Aujourd’hui, grâce à ces changements, grâce à l’adoption de la Loi sur des mesures de réforme équitables concernant les réfugiés, le Canada accroît l’aide qu’il apporte aux personnes de partout dans le monde qui en ont le plus besoin.

Par ailleurs, je lance aujourd’hui une tournée estivale dont le centre d’intérêt est la réinstallation des réfugiés. Je me rendrai aux quatre coins du pays. En fait, j’ai commencé vendredi dernier en me rendant à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard. Mon équipe et moi parcourrons le Canada pour inviter la communauté des signataires d’une entente de parrainage à en faire plus. Le gouvernement en fait plus. Les contribuables en font plus. Nous invitons donc la société civile, aujourd’hui et tout au long de l’été, à en faire plus également.

Nous ne voulons pas accabler davantage les organismes et bénévoles qui mettent déjà la main à la pâte. Je vais donc concentrer mes efforts, cet été, afin de solliciter la participation des églises, des groupes confessionnels et des autres organismes de la société civile qui ne contribuent pas déjà à la réinstallation des réfugiés.

Permettez-moi de vous donner un exemple de l’importance que cela revêt. Le gouvernement a augmenté ses objectifs en matière de réinstallation de réfugiés en provenance de l’Iraq à l’extérieur du Moyen-Orient, des gens qui ont dû fuir leur demeure en raison de la violence sectaire. Nous accueillons maintenant 4 000 réfugiés iraquiens chaque année. Il s’agit là du nombre que nous avions prévu, mais nous ne disposons pas, au Canada, de suffisamment d’organismes prêts à parrainer ces réfugiés.

Ainsi, aujourd’hui, je lance l’appel à toutes les personnes de bonne foi, aux personnes de conscience, aux Canadiens généreux. Je les invite à mettre l’épaule à la roue et à nous aider à offrir la possibilité d’un nouveau départ à des milliers de ces victimes iraquiennes et d’ailleurs qui ont subi la persécution et la violence.

Je peux vous donner un autre exemple du genre de personnes que mes recherches cibleront cet été. Évidemment, en raison de la brutalité du régime de Mahmoud Ahmadinejad en Iran et en République islamique d’Iran, des milliers de dissidents, de croyants de la Foi Bahá’íe, de chrétiens, de gais, de lesbiennes et d’autres personnes ont dû fuir l’Iran. Bon nombre de ces personnes vivent maintenant en Turquie. Le gouvernement du Canada a réagi à cette situation en augmentant ses objectifs en matière de réinstallation pour que ces réfugiés puissent partir d’Ankara, partir de la Turquie.

J’invite les organismes qui ne contribuent pas à la réinstallation des réfugiés à réfléchir à des moyens qu’ils pourraient prendre pour aider ces dissidents, ces gais et lesbiennes, et ces autres Iraniens qui ont été victimes de persécution du fait de leur croyance, de leur conscience, ou de leurs convictions politiques.

Juste pour vous donner un exemple, j’ai l’intention d’inviter les organismes de la communauté des gais et lesbiennes du Canada à réfléchir aux moyens qu’ils pourraient prendre pour participer au Programme de parrainage privé de réfugiés à titre de signataires d’une entente de parrainage. Ces organismes sont bien évidemment préoccupés par le sort qui est réservé aux gais en Iran, c’est-à-dire la peine capitale, et qui sont persécutés du simple fait de ce qu’ils sont. Nous voulons que ces personnes qui ont dû fuir leur pays aient la chance de se réinstaller au Canada.

Une option consisterait à utiliser le nombre accru de réfugiés parrainés par le secteur privé que nous avons prévu et à créer des organismes de parrainage pour aider certaines de ces personnes à venir au Canada

Voilà ce sur quoi je me concentrerai cet été. Je vais terminer en remerciant encore une fois mes collègues de l’opposition, particulièrement les porte-parole qui ont travaillé avec moi dans un remarquable geste de collaboration entre tous les partis en vue d’obtenir des résultats pour les Canadiens. Grâce à leur travail, nous sommes témoins aujourd’hui d’un petit miracle, selon moi. J’étais ici il y a trois mois pour présenter le projet de loi intitulé Loi sur des mesures de réforme équitables concernant les réfugiés. À ce moment là, nous avons dit que nous serions à l’écoute des suggestions constructives en vue d’améliorer le projet de loi.

Nous avons écouté. Nous avons mené des consultations. Il y a eu un incroyable consensus entre les partis de la Chambre des communes, et aujourd’hui au Sénat, qui permettra au Canada d’avoir un bien meilleur système d’octroi de l’asile, un système plus rapide et plus équitable, un système qui offre davantage d’équité de la procédure aux demandeurs d’asile et un système qui veillera aussi à ce que nous puissions renvoyer plus rapidement les faux demandeurs d’asile qui abusent de la générosité du Canada, et ce, car nous devons faire en sorte que le système puisse venir bénéficier aux personnes qui ont besoin de protection et non à celles qui devraient venir au Canada en suivant la procédure régulière d’immigration.

Je souhaite remercier encore une fois Olivia Chow, Thierry St-Cyr, Maurizio Bevilacqua et toutes les autres personnes qui ont contribué à cette excellente réalisation, laquelle permettra au Canada de continuer de montrer la voie à suivre afin d’être un lieu de protection et d’asile pour les personnes qui en ont le plus besoin.

En vedette

Date de modification :