Notes d’allocution de Chris Alexander, ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration

À l’occasion d’une conférence de presse pour annoncer l’acceptation de l’un des premiers demandeurs dans le cadre du Programme des travailleurs de métiers spécialisés (fédéral)

Toronto (Ontario)
Le 16 août 2013

Tel que prononcé

Eh bien, merci pour ces propos inspirants. Bonjour tout le monde. Je vous remercie grandement d’être ici, pour entendre ce qui est véritablement une annonce excitante, à savoir celle d’une promesse faite et tenue pour veiller à ce que notre système d’immigration continue de répondre aux besoins changeants de l’économie canadienne; qu’il continue d’être rapide, souple et à l’écoute des besoins de grands employeurs comme ceux qui nous reçoivent aujourd’hui. Je voudrais d’ailleurs remercier Liberty Development Inc. et Darcon de nous avoir invités ici aujourd’hui sous ce soleil radieux, sur ce toit vert qui en dit long sur le rythme auquel le pays et la région du Grand Toronto se développent, sur le rythme de croissance de notre économie, et sur la nécessité des gens de métiers spécialisés qui nous entourent.

On m’a dit que l’édifice World on Yonge était littéralement le « monde sur Yonge », en ce sens que 90 % des gens qui travailleront, tiendront boutique ou auront une entreprise dans les nombreux bureaux et magasins ayant pignon sur rue que vous avez vus plus bas sont des nouveaux arrivants au Canada. Cette situation est tout à fait représentative de notre histoire en tant que pays et, par-dessus tout, de l’histoire de la région du Grand Toronto.

Comme vous le savez, le gouvernement du Canada reste très concentré sur la question de la création des emplois, la croissance économique et la prospérité à long terme pour les Canadiens et pour les familles canadiennes. J’ai eu la chance plus tôt cet été d’être nommé nouveau ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration par le Premier ministre, et j’en suis fort honoré. Toutetois, il est très clair pour moi que ce portefeuille, comme celui de mes collègues en général, fait partie de l’équation pour permettre au Canada de connaître du succès sur le plan économique.

L’immigration joue un rôle clé pour ce qui est de guider notre économie nationale. Pour moi, « Emplois, croissance économique et prospérité à long terme » n’est pas qu’un simple slogan. Il s’agit de notre priorité absolue; c’est la réalité sur laquelle nous concentrons nos efforts chaque jour, et les changements transformationnels apportés récemment à notre système d’immigration appuieront ces objectifs, et nous doterons d’un système plus rapide et souple, et mieux adapté aux réalités changeantes du marché du travail. Ces changements auront aussi pour effet d’accélérer, comme vous le verrez aujourd’hui, l’arrivée au Canada de candidats hautement qualifiés de partout dans le monde, et de les intégrer rapidement à notre population active.

Nous ne voulons pas qu’il faille des années à un nouvel arrivant au Canada pour intégrer le rang des travailleurs. Nous voulons que cela ce fasse en quelques mois, et parmi les changements les plus remarquables apportés par notre gouvernement au système d’immigration, il y a la réduction des arriérés qui ont miné notre système d’immigration pendant trop longtemps. Nous les avons réduits d’environ la moitié, de manière générale, en modifiant de diverses manières notre façon d’évaluer les demandeurs afin de nous assurer qu’ils réussiront leur intégration, à la fois dans le marché du travail canadien et dans leur collectivité d’accueil, ainsi que dans d’autres domaines. Je me réjouis à l’idée de vous inviter tous à vous joindre à nous pour voir les services d’établissement qui sont offerts partout dans la région du Grand Toronto, et voir la façon dont ils évoluent en fonction des nouveaux besoins des immigrants.

Nous avons également renforcé la façon dont nous évaluons les diplômes étrangers, afin de permettre aux gens de se mettre immédiatement au travail, et nous améliorons les programmes d’immigration économique existants et en créons des nouveaux qui tiennent compte des nouvelles tendances économiques. L’élément prioritaire de notre programme d’immigration est l’immigration économique. Plus de 60 % des immigrants reçus au cours des dernières années reflètent cette priorité. Cela dit, nous devons demeurer flexibles, et les programmes comme celui du visa pour démarrage d’entreprise et d’autres initiatives relevant de nos volets de l’immigration économique vont faire en sorte que nous serons certains de continuer à attirer les meilleurs et les esprits les plus brillants, et de leur permettre de se mettre au travail rapidement.

Je suis donc ici aujourd’hui pour faire le point sur l’un de nos plus récents programmes : le Programme des travailleurs de métiers spécialisés. Ce programme, qui relève du gouvernement fédéral, est un autre exemple des réformes réussies que nous avons introduites dans le but de créer un système d’immigration rapide et souple, adapté aux besoins des Canadiens et de leur économie.

Ce programme a été créé en réponse à la demande des employeurs canadiens, comme ceux qui nous ont invités ici aujourd’hui, de faire venir plus rapidement et efficacement que jamais au Canada des gens de métiers spécialisés, notamment dans les secteurs de la construction, du transport, manufacturier et des services. Gardons simplement à l’esprit l’ampleur de ces secteurs : des millions de personnes à l’échelle du pays, des projets d’envergure dans lesquels sont investis des dizaines de milliards de dollars. Les besoins de ces employeurs sont souvent très précis et, dans certains cas, ils ne trouvent pas toujours toutes les personnes qualifiées dont ils ont besoin dans le marché canadien. Depuis toujours, nous faisons appel à l’immigration pour accroître ce marché. Au Canada, depuis toujours, nous nous fions à l’immigration pour assurer notre croissance. Dans le cadre de ce programme, nous ciblons un besoin très précis, à savoir celui de gens de métiers spécialisés.

Ce programme permet donc aux travailleurs de métier qualifiés et recherchés de faire profiter l’économie canadienne de leurs compétences, et ce, de façon permanente. Le programme évalue leur admissibilité à la résidence permanente en fonction de critères axés sur leur réalité et en mettant l’accent sur la formation pratique et l’expérience professionnelle plutôt que sur les études officielles.

Le programme a été lancé dans le but de pallier les importantes pénuries de travailleurs dans certains secteurs qui frappent certaines régions du pays, notamment le secteur de la construction ici en Ontario. Ce faisant, il contribue à la croissance économique du Canada.

En effet, le programme a été créé en réponse à la demande d’employeurs canadiens qui souhaitaient faire venir au Canada des gens de métiers qualifiés dans les secteurs des ressources naturelles, de la construction et du transport. Ce programme était attendu depuis longtemps. Nous avons besoin des compétences de ces travailleurs; nous voulons qu’ils obtiennent la résidence permanente, mais, avant la création de ce programme, il était très difficile pour eux d’être admis dans le Programme des travailleurs qualifiés (fédéral) ou d’autres volets d’immigration, et d’obtenir une décision favorable qui leur permettrait de venir travailler ici, dans ces chantiers comme celui-ci.

Cependant, ne vous trompez pas sur le besoin qui oriente ce programme. De nombreux secteurs de notre économie ont un immense besoin grandissant de travailleurs qualifiés, et le Programme des travailleurs de métiers spécialisés compte 43 professions admissibles. Ce programme est conçu pour répondre rapidement et efficacement à ces besoins. Pour l’instant, nous avons fixé un plafond global de 3 000 demandes par année afin de maintenir des délais de traitement courts et d’éviter la création d’un arriéré de demandes. Ainsi, on s’attend à ce que les demandes présentées dans le cadre du Programme soient traitées dans les 12 mois; toutefois, je suis fier de signaler qu’en date de mai 2013, toutes les demandes ont été réglées bien avant l’objectif de traitement. Et aujourd’hui, moins de huit mois après l’ouverture du Programme aux demandes (soit en janvier cette année), je suis ravie de vous présenter Eric Byrne, l’un des premiers demandeurs à avoir obtenu la résidence permanente dans le cadre du Programme des travailleurs de métiers spécialisés. Eric, je vous demanderais de lever la main. Applaudissons-le tous.

Eric est un exemple notoire de personne venue au Canada pour mettre à profit son expérience et ses aptitudes, et qui satisfait également aux exigences pour demeurer ici en permanence. Le Canada accueille les personnes comme Eric qui sont venues dans notre pays pour y mettre à profit leurs compétences et qui répondent aux exigences de la résidence permanente. Eric va maintenant lever son casque, et je vous donne trois chances pour trouver d’où il vient. Eric est originaire de l’Irlande, et est arrivé au Canada au début de l’année dernière. Il vient de Dublin, et travaille comme plombier pour University Plumbing and Heating ici à Toronto. Son contremaître est juste à côté de lui, alors il se tient bien.

Les employeurs canadiens et les propriétaires canadiens ne savent que trop bien à quel point les plombiers sont en demande dans ce pays, et Eric est d’abord arrivé au Canada dans le cadre du programme Expérience internationale Canada, un programme qui permet aux jeunes étrangers âgés de 18 à 35 ans de voyager et de travailler au Canada, généralement pendant jusqu’à un an. En échange, des jeunes Canadiens peuvent se rendre dans ces pays et y travailler.

J’aimerais également mentionner qu’à ce moment même, à Calgary, mon collègue et prédécesseur à ce portefeuille, Jason Kenney, maintenant ministre de l’Emploi et du Développement social, accueille Paul Lyttle, un électricien originaire d’Irlande du Nord qui, comme Eric, est d’abord arrivé au Canada par l’entremise du programme Expérience internationale Canada. Ce dernier est aussi l’un des premiers demandeurs acceptés dans le cadre du Programme des travailleurs de métiers spécialisés. On me dit également qu’ici même, alors que le monde entier se trouve dans cet édifice, il y a une forte présence irlandaise.

Cela n’est pas surprenant, si nous pensons à leurs capacités et à leur acuité dans le domaine des affaires, de la construction et du commerce. Toutefois, évidemment, ce programme est ouvert au monde entier, et d’autres demandeurs acceptés proviennent de divers pays, de l’Inde à la Lituanie en passant par la Lettonie et l’Allemagne, et nous sommes impatients de voir la liste s’allonger au cours des mois et des années à venir. Mais le cas d’Eric est sans contredit un cas de réussite pour le Canada. Eric, un plombier qualifié de l’Irlande, a eu la motivation nécessaire pour venir ici et mettre ses compétences très recherchées à contribution. Après avoir acquis une précieuse expérience de travail pendant un certain temps, il a décidé de rester et de bâtir sa vie et sa carrière au Canada. Au même moment, University Plumbing and Heating, tout comme beaucoup d’employeurs canadiens, était à la recherche de gens de métiers qualifiés pour travailler dans ce secteur où le nombre de travailleurs disponibles ne parvient pas à suivre la forte demande. La stabilité est un élément important dans la bonne exploitation d’une entreprise et les employeurs recherchent des employés qui peuvent s’engager à long terme.

Grâce au Programme des travailleurs de métiers spécialisés (fédéral), les gens de métiers comme Eric peuvent maintenant offrir un engagement à long terme à des employeurs comme University Plumbing and Heating, et peuvent faire des plans à long terme pour leur propre avenir ici au Canada. Autrement dit, ce programme permet aux employeurs canadiens de planifier en vue d’un avenir prospère, un avenir où le marché du travail en évolution au sein du Canada et les programmes d’immigration créés sur mesure pour soutenir le potentiel dont dispose ce pays répondent aux besoins de notre économie.

Soyons honnêtes : dans l’ancien système d’immigration économique, il était impossible pour les gens comme Eric, soit des gens de métiers qualifiés qui possèdent une formation d’apprenti, des gens aux compétences très, très impressionnantes, d’être sélectionnés. Il s’agit d’un ajustement nécessaire; un ajustement jugé opportun par les employeurs et les administrations partout au pays, et une situation gagnante à la fois pour Eric, pour University Plumbing and Heating et pour l’économie canadienne.

Cela justifie nos changements transformationnels. Nous voulons que notre système d’immigration réponde aux besoins de ce marché du travail. Nous voulons que les meilleurs et les plus brillants de ce monde choisissent le Canada plutôt qu’un autre pays, du fait que nous leur permettons de travailler après seulement quelques mois, et non des années. Nous voulons également que les nouveaux arrivants commencent à travailler dès leur arrivée au Canada, s’intègrent rapidement à notre main-d’œuvre et à nos collectivités, puisque ces gens, à l’instar d’Eric, sont visiblement en mesure de le faire.

Je suis heureux que le nouveau programme des travailleurs de métiers spécialisés nous aide à attirer et à conserver des professionnels comme Eric Byrne, des gens qui ont tant à offrir aux employeurs, aux collectivités et au Canada.

À vous, Eric, je voudrais simplement dire : « bravo! et bienvenue chez vous ».

En vedette

Date de modification :