Document d’information - Citoyenneté et Immigration Canada Initiative des cours de langue de niveau avancé

En 2001, 60 p. 100 des immigrants au Canada avaient fait des études postsecondaires, par rapport à 43 p. 100 des adultes d’origine canadienne. Cependant, un an après leur arrivée au Canada, les immigrants détenant un diplôme universitaire gagnent moins que la moitié du salaire des travailleurs nés au Canada ayant fait des études postsecondaires. Dans le cas des diplômés universitaires immigrants, il peut leur falloir jusqu’à dix ans pour gagner le même salaire que leurs homologues d’origine canadienne.

La recherche a montré que la maîtrise de la langue est un facteur déterminant dans le rythme d’intégration des immigrants sur le marché du travail. La formation actuelle donne aux immigrants les connaissances de base nécessaires à l’interaction sociale et à des emplois dans les services et les industries où des connaissances linguistiques poussées ne sont pas nécessaires. L’initiative des cours de langue de niveau avancé (CLNA) permettra d’offrir des cours de niveau plus avancé pour aider les immigrants à trouver et à conserver un emploi, en particulier dans des postes axés sur l’information pour lesquels de nombreux immigrants qualifiés ont une formation et de l’expérience.

Les CLNA seront d’abord offerts dans les grandes agglomérations, puis dans de nombreux petits centres qui ne sont actuellement pas en mesure de fournir ces services. Ceci appuiera l’objectif de Citoyenneté et Immigration Canada visant à inciter les immigrants à s’établir dans des centres plus petits.

Les projets CLNA doivent comprendre un plan de partenariat et de partage des coûts dont au moins 50 p. 100 doivent être assumés par le promoteur sous forme de fonds, de contributions de natures diverses, de services, d’outils ou d’installations. Les projets de prestation de services doivent comprendre des possibilités de stages ou de placement temporaire ou permanent, et une composante de mentorat afin de permettre aux immigrants qualifiés de rencontrer des pairs et de commencer à se bâtir un réseau dans le domaine d’emploi qu’ils ont choisi.

Les résidents permanents, les réfugiés et les personnes à qui un permis de séjour temporaire a été délivré pour hâter leur admission sont admissibles à ces cours de langue. On invite les nouveaux arrivants à se renseigner auprès des fournisseurs de services d’établissement, qui pourront les aiguiller vers les organismes appropriés de leur région.

Le budget fédéral de 2003 prévoyait l’affectation de 5 millions de dollars annuellement à l’initiative CLNA. Le budget fédéral de 2004 y consacre 15 millions de dollars de plus par année afin d’accroître le nombre de projets CLNA. La somme totale s’établit donc à 20 millions de dollars par année.

Les CLNA occupent une place importante dans les efforts du gouvernement du Canada pour attirer des travailleurs hautement qualifiés et veiller à une meilleure intégration des immigrants dans l’économie et les collectivités. D’autres mesures sont également prises, notamment faciliter la reconnaissance des diplômes et de l’expérience acquis à l’étranger, et l’amélioration des renseignements communiqués aux futurs immigrants.

EXEMPLES DE PROJETS FINANCÉS EN 2003-2004

Nombre des projets financés la première année de l’initiative ont porté sur la recherche dans le but de tracer un tableau national des besoins en formation linguistique des nouveaux arrivants. Ils ont aussi porté sur des cours de langue dans des domaines précis, dont la comptabilité, le génie et les sciences infirmières.

Inter-Cultural Association of Greater Victoria (Colombie-Britannique). Le projet Travailleurs qualifiés immigrants et accès au marché du travail dans la région de la capitale vise à évaluer les besoins, à analyser l’environnement et à établir un processus simplifié de planification stratégique en collaboration avec un nombre très varié d’intervenants. Cela aidera la région à favoriser l’intégration des travailleurs qualifiés immigrants au marché du travail.

SUCCESS, Richmond (Colombie-Britannique). Il s’agit de formuler un plan stratégique global afin de stimuler l’emploi d’immigrants qualifiés par des entrepreneurs en construction.

Young Women’s Christian Association (YWCA), Calgary (Alberta). Vingt-deux immigrants qualifiés participeront au Programme canadien des compétences professionnelles dans le cadre de ce projet. Le programme offre des cours d’anglais et permet d’acquérir des compétences en communication interculturelle et des compétences non techniques en vue d’aider les immigrants à se trouver et à conserver un emploi. Le programme comprend six semaines de cours, un stage non rémunéré de dix semaines et de l’aide pour la recherche d’emploi.

Success Skills Centre, Winnipeg (Manitoba). Le Success Skills Centre de Winnipeg offre, à l’intention des ingénieurs, trois cours qui sont gérés par un fournisseur de formation. Les ingénieurs formés à l’étranger se classent aux niveaux 7 et 8 des Niveaux de compétence linguistique canadiens. La plupart des participants prévoient s’inscrire à l’université pour suivre les cours exigés par l’Association des ingénieurs et géoscientifiques du Manitoba. Le cours met l’accent sur le niveau de connaissance de l’anglais à posséder pour satisfaire aux exigences de l’établissement universitaire, ainsi que sur les aptitudes nécessaires pour communiquer dans un contexte professionnel. En plus de l’enseignement en classe, le matériel du cours est à la disposition d’un autre groupe de 20 ingénieurs qui suivent une formation assistée par ordinateur.

Formation interculturelle Graybridge-Malkam, Ottawa (Ontario). Ce projet vise à analyser les besoins en recrutement du service de police d’Ottawa, à créer des outils d’évaluation des connaissances dans quatre langues et à élaborer des lignes directrices sur les programmes d’enseignement pour les policiers.

Centre des niveaux de compétence linguistique canadiens, Ottawa (Ontario). Ce projet fournira un outil national qui permettra de déterminer si les infirmières formées à l’étranger ont la préparation nécessaire pour subir les Tests canadiens d’évaluation des niveaux de compétence des infirmières en anglais (CELBAN), exigés par les autorités provinciales chargées des sciences infirmières.

Yee Hong Centre for Geriatric Care, Toronto (Ontario). Ce projet a pour but d’élaborer et de mettre à l’essai un programme global de cours de langue à l’intention des infirmières.

Inter-Cultural Neighbourhood Social Services, Mississauga (Ontario). Ce projet vise à élaborer un programme axé sur les carrières dans les domaines suivants : service à la clientèle; entreprenariat ou gestion d’une petite entreprise; administration; et environnement. Le programme réunira des composantes d’enseignement de l’anglais pour des professions dans les quatre domaines susmentionnés, de préparation à la recherche d’emploi, de placement professionnel et de mentorat.

Halifax Immigrant Learning Centre (HILC), Halifax (Nouvelle-Écosse). Le HILC gérera deux projets pilotes. Le premier vise à aider les infirmières étrangères à trouver du travail et à s’établir en Nouvelle-Écosse. Le deuxième a pour but de recueillir des données sur les lacunes et les besoins du secteur de la santé dans la province et d’examiner les ressources, les programmes et les pratiques exemplaires.

En vedette

Date de modification :