Dépôt de la Loi accélérant le renvoi de criminels étrangers

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

La Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés est entrée en vigueur le 28 juin 2002. Il s’agit de la loi fédérale du Canada qui régit l’immigration et la protection des personnes persécutées ou en danger. La Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés offre un cadre global qui vise à tirer des avantages économiques, sociaux et culturels de l’immigration tout en protégeant la santé et la sécurité des Canadiens.

Les objectifs de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés sont atteints en partie grâce à un ensemble de dispositions établissant qui est admissible ou non au Canada; ces dispositions relèvent à la fois du ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration et du ministre de la Sécurité publique. Les personnes considérées comme interdites de territoire au Canada ne sont généralement pas autorisées à entrer au pays comme résidents temporaires ou permanents. Une personne interdite de territoire qui se trouve déjà au Canada peut faire l’objet d’une mesure de renvoi, ce qui l’obligera à quitter le pays.

L’interdiction de territoire relève de neuf catégories : 1) sécurité, 2) atteintes aux droits humains ou internationaux, 3) activités de criminalité organisée, 4) grande criminalité et criminalité, 5)  motifs sanitaires, 6)  motifs financiers, 7) fausses déclarations, 8) manquement à la loi et 9)  inadmissibilité familiale. De plus amples renseignements sont fournis sur le site Web de Citoyenneté et Immigration Canada.

Pour pouvoir entrer au Canada ou y séjourner, une personne peut faire lever son interdiction de territoire de différentes façons. Dans certains cas, elle peut obtenir un permis de séjour temporaire. Elle peut recourir à d’autres moyens, dont la réadaptation individuelle ou la réadaptation présumée, la suspension du casier (ce qu’on appelait autrefois le « pardon » au Canada) , une dispense de l’interdiction de territoire pour des motifs d’ordre humanitaire accordée par le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, ou une dispense permanente de l’interdiction de territoire accordée par le ministre de la Sécurité publique.

En 2010, de concert avec l’Agence des services frontaliers du Canada et d’autres partenaires fédéraux, Citoyenneté et Immigration Canada a entrepris un examen de la disposition établissant l’interdiction de territoire ainsi que des dispositions connexes de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés. L’examen visait à faire en sorte que les fonctionnaires continuent de disposer des outils nécessaires pour maintenir l’intégrité du système d’immigration du Canada. Un certain nombre de problèmes récurrents, apparus depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés en 2002, ont aussi été examinés.

Par suite de l’examen, on propose, dans la Loi accélérant le renvoi de criminels étrangers, des modifications législatives afin qu’il soit plus facile de renvoyer les criminels étrangers dangereux, qu’il soit plus difficile aux personnes qui présentent un risque pour les Canadiens d’entrer au pays, et que l’on puisse supprimer les obstacles aux vrais visiteurs.

En vedette

Date de modification :