Des enfants Syriens découvrent le hockey

D’une semaine à l’autre, un programme de hockey dans le quartier de Gloucester à Ottawa gagne des adeptes, à mesure que des enfants syriens découvrent un engouement pour l’apprentissage de ce sport. Voyez le responsable du programme trouver des moyens d’attirer de nouveaux joueurs chaque semaine, et les enfants apprendre ensemble à patiner.

Cette vidéo est aussi disponible en HD sur YouTube. Commentez-la, partagez-la dans votre réseau social ou incorporez-la dans votre site.

Transcription : Des enfants Syriens découvrent le hockey

Durée de la vidéo : 3:23 minutes

Une musique entraînante se fait entendre.

Un groupe de jeunes joueurs de hockey enfilent leur équipement et participent à une séance d’entraînement sur une patinoire.

On lit à l’écran : « Ottawa »

Un entraîneur se tient devant un des filets et donne des instructions aux joueurs.

Michel Breau (entraîneur à l’association de hockey mineur du Centre de Gloucester) : Tout le monde contre les entraîneurs!

Narrateur : L’entraîneur Michel Breau encourage les jeunes du programme d’initiation de l’Association de hockey mineur de Gloucester Centre. Depuis quelques semaines, il compte de nouveaux joueurs.

Michel Breau : Rattrape les, Liam!

Un joueur aide un autre joueur à se relever.

Un autre joueur sourit.

Narrateur : Les petits, en rouge et en mauve, sont, pour la plupart, de jeunes réfugiés syriens – et le sourire qui éclaire leurs visages en dit long sur le plaisir qu’ils ont à jouer au hockey.

Un homme parle dans le hall d’entrée d’un aréna de hockey.

On lit à l’écran : « Allan Martel (Bénévole, ancien président, Association de hockey mineur d’Ottawa Est ».

Allan Martel : Ce sont des enfants géniaux. Ils sont merveilleux. Leurs yeux s’illuminent comme des lumières dans un sapin de Noël. Lorsque vous leur donnez l’occasion de faire des choses comme cela. Que voulez vous : les enfants sont des enfants, peu importe d’où ils viennent, n’est ce pas?

L’entraîneur dirige les joueurs pendant un entraînement sur la patinoire.

Michel Breau : Plus vite, les gars!

Une femme filme l’entraînement au moyen de son téléphone intelligent.

Un groupe diversifié s’assemble dans le hall d’entrée de l’aréna.

Narrateur : L’engouement des jeunes syriens ne se dément pas et d’autres attendent impatiemment leur tour, comme l’explique Chris McArthur, l’un des bénévoles à l’origine de l’initiative.

Un homme parle dans le hall d’entrée d’un aréna de hockey. On voit par intermittence pendant qu’il parle de jeunes joueurs en train de s’entraîner.

On lit à l’écran : « Directeur, programme d’initiation de l’Association de hockey mineur de Gloucester Centre ».

Chris Mcarthur : Tous nos participants proviennent de deux immeubles voisins se trouvant sur notre territoire, et chaque fois que je me rends là bas, plus d’enfants que la fois précédente sortent à l’extérieur et disent qu’ils souhaitent venir jouer. Dans les faits, la première fois, il y avait seulement 10 participants, puis chaque fois suivante, deux enfants de plus venaient me voir pour me demander : « M. Chris, est ce que je peux jouer moi aussi aujourd’hui? » Et c’est pourquoi on continue de vouloir faire grandir le projet.

Une équipe de jeunes hockeyeurs s’entraîne sur une patinoire.

Narrateur : Amener ces jeunes à apprendre le sport d’hiver national de leur pays d’adoption demande énormément de travail de la part de la communauté.

Un homme parle dans le hall d’entrée d’un aréna de hockey. On voit par intermittence pendant qu’il parle les jeunes joueurs et quelques adultes en train de mettre leur équipement dans leurs véhicules.

Chris Mcarthur : Cela commence par… Une fois par semaine, je fais ce que nous appelons le « Cougar Uber » : je fais savoir que j’ai besoin d’un nombre x de places et de véhicules à telle adresse à 7 h, et on a toujours plus de places qu’il nous en faut.

En plus de cela, j’ai du soutien de la communauté, soit du concessionnaire Ford de la ville ou de Rent-A-Car, qui nous fournissent gratuitement deux grands véhicules permettant d’accueillir au moins la moitié des participants et leur équipement – parce que ce ne sont pas toutes les voitures qui sont conçues pour prendre quatre ou cinq sacs de hockey.

Un entraîneur dirige ses joueurs durant un entraînement sur la patinoire.

Michel Breau : D’accord : Nihan et Mohammed, allez-y!

Narrateur : À court terme, ces jeunes pourront se joindre à de vraies équipes, ce qui devrait faciliter leur intégration dans la société canadienne. De plus, toute la communauté du hockey gagne à rejoindre ces jeunes.

Un homme parle dans le hall d’entrée d’un aréna de hockey. On voit par intermittence pendant qu’il parle les jeunes joueurs qui s’entraînent et quelques parents qui filment l’entraînement.

On lit à l’écran : « président, Association de hockey mineur de Gloucester Centre ».

Tim Nellis : Premièrement, on a besoin de joueurs. Ça fait qu’on parlait ben de savoir comment on pouvait intéresser le monde à jouer au hockey. Ça fait que les nouveaux Canadiens qui viennent, quelle meilleure façon de leur faire adopter leur nouveau pays que de les initier à notre sport national. Ça fait que pas juste ça les aide à s’intégrer, mais ça permet à notre association de grandir, aussi de maintenir l’intérêt pour le hockey.

Un jeune joueur tombe sur la patinoire.

Michel Breau : (au jeune joueur) Es tu capable de te lever? De te tenir sur tes patins?

Un homme parle dans le hall d’entrée d’un aréna de hockey pendant que l’entraînement continue à l’arrière-plan.

On lit à l’écran : « Michel Breau – Entraîneur De L’association De Hockey Mineur Du Centre De Gloucester ».

Michel Breau : Tout le monde peut jouer au hockey, alors tous les enfants peuvent apprendre à patiner : c’est pareil.

Un groupe de jeunes joueurs de hockey participent à un entraînement sur une patinoire.

Narrateur : Tous s’accordent pour dire que l’expérience est plus que positive. Et avec un peu de chance, elle se répétera peut-être ailleurs.

Un homme parle dans le hall d’entrée d’un aréna de hockey. On voit par intermittence pendant qu’il parle les jeunes joueurs qui s’entraînent.

On lit à l’écran : « Coordonnateur du programme d’initiation, Hockey de l’est de l’Ontario ».

Ruggles Pritchard : Le mandat de Hockey Canada est de faire preuve de la plus grande inclusion possible – de démontrer que nous souhaitons encourager tous les enfants, garçons comme filles, à jouer. Le but est de leur inculquer les meilleurs principes de base possible, et nous espérons qu’ils apprendront à aimer le jeu et qu’ils continueront de pratiquer le sport jusqu’à 60 ans, comme moi.

Un entraîneur s’adresse à ses joueurs, réunis sur la patinoire.

Michel Breau : Un, deux, trois : amusez-vous!

Fondu au noir.

La signature d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada et le message de droit d’auteur « Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, 2017 » s’affichent, suivis du mot-symbole « Canada ».

Date de modification :