Lauréate du Prix Paul Yuzyk pour le multiculturalisme 2012

Lauréate du Prix Paul Yuzyk pour le multiculturalisme 2012

Pour maximiser la fonctionnalité de cette page, veuillez inclure Javascript.

Transcription | Windows Media | Quicktime


Cette vidéo est aussi disponible sur YouTube. Commentez-la, partagez-la dans votre réseau social ou enregistrez-la dans votre site. Regardez-la maintenant.


Transcription pour la vidéo « Lauréate du Prix Paul Yuzyk pour le multiculturalisme 2012 »

Des photos du sénateur Paul Yuzyk défilent à l’écran.

Annonceur : Chaque année, le prix Paul Yuzyk pour le multiculturalisme est décerné à ceux et celles qui ont apporté des contributions exceptionnelles au multiculturalisme et à l’intégration des nouveaux arrivants au Canada.

La vidéo présente une série de photos de Bridget Foster.

Annonceur : La lauréate du prix de cette année, Bridget Foster, de St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, a quitté la Grande-Bretagne pour immigrer au Canada en 1978. Immigrante elle-même, Bridget a fait l’expérience directe du processus d’établissement et d’intégration. Cette expérience l’a menée à se joindre à l’Association for New Canadians, où elle travaille depuis plus de 30 ans.

La vidéo montre maintenant un gros plan d’une femme, Bridget Foster, assise dans son bureau.

Une bannière clignote à l’écran qui dit : Bridget Foster, lauréate du prix de 2012 dans la catégorie « Ensemble des réalisations ».

Bridget Foster : J’ai découvert une organisation dont le travail m’intéressait vivement. À l’époque, l’organisation était de taille restreinte. Mais j’ai vu d’emblée les possibilités qu’elle offrait, sans doute pour en aider d’autres à se sentir plus à l’aise que moi-même à leur arrivée, même si je n’ai pas eu à surmonter le moindre obstacle linguistique, cela a été pour moi une sorte de défi.

La vidéo montre maintenant Bridget Foster qui travaille aux côtés de nouveaux arrivants dans une salle de classe.

Bridget Foster : Je suis entrée dans cette organisation en tant que bénévole, mais je n’étais pas une très bonne bénévole, car je n’aime pas recevoir des ordres.

La vidéo repasse à un gros plan de Bridget Foster, assise dans son bureau.

Bridget Foster : C’est ainsi que je suis devenue directrice générale, et vous savez qu’ils n’ont pas tort lorsqu’ils affirment que ce n’est pas l’endroit, mais le travail qui importe et ce que cela présuppose. Il s’agit d’établir des rapports et d’avoir le sentiment que l’on contribue à quelque chose. Terre-Neuve-et-Labrador est une province tout à fait étonnante et je voulais que d’autres puissent le constater de leurs propres yeux.

La vidéo montre maintenant Bridget Foster qui travaille avec des enfants dans la salle de classe.

Bridget Foster : Les compétences et les talents que des gens apportent…

La vidéo repasse à un gros plan de Bridget Foster, toujours assise dans son bureau.

Bridget Foster : Il vous suffit d’entrer dans l’école où nous sommes aujourd’hui pour vraiment comprendre la précieuse contribution des gens à leur arrivée. Ils veulent s’intégrer, s’adapter et s’instruire sur le Canada.

La vidéo repasse à un autre gros plan d’une femme, Lorraine Angelopoulos, debout et parlant de la lauréate du prix.

Une bannière clignote à l’écran qui dit : Lorraine Angelopoulos, ancienne enseignante de langue, Association for New Canadians.

Lorraine Angelopoulos : Je crois qu’elle a été l’une des fondatrices de la société canadienne et des valeurs qui lui sont chères. Vous savez que les immigrants sont un atout indéniable et que leur contribution est précieuse.

La vidéo montre maintenant une photo de Bridget Foster qui s’entretient avec le ministre Kenney dans les couloirs de l’Association for New Canadians.

Lorraine Angelopoulos : Elle a toujours eu cette vision. Cet afflux d’immigrants depuis 25 ans.

La vidéo montre à nouveau Lorraine Angelopoulos, debout et parlant de la lauréate du prix.

Lorraine Angelopoulos : Bien entendu, elle n’est pas la seule responsable, mais vous savez qu’elle a incontestablement facilité l’intégration de multiples immigrants.

La vidéo montre à nouveau un gros plan d’un homme, Remzi Cej, debout et parlant de la lauréate du prix.

Une bannière clignote à l’écran qui dit : Remzi Cej, président, Commission des droits de la personne de Terre-Neuve-et-Labrador.

Remzi Cej : J’ai toujours eu le sentiment qu’on ne se sent vraiment chez soi que là où on n’hésite pas à être soi-même. Il ne faut surtout pas altérer ou modifier cette identité. Le multiculturalisme favorise et attise ce sentiment, mais je pense que la force de Bridget a été de défendre ce point de vue aussi fort qu’elle l’a pu, pour nous aider à préserver notre identité en tant qu’immigrants, mais également à épouser la culture locale du mieux que nous le pouvions.

Annonceur : La participation de Bridget au secteur de l’établissement lui a valu le respect des politiciens, des fonctionnaires, des décideurs et des universitaires à l’échelle locale, régionale et nationale. Tout récemment, elle a reçu la médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II de 2012.

La vidéo montre une diversité de photos de Bridget Foster recevant divers prix en reconnaissance de son œuvre.

Annonceur : Son engagement à l’égard des immigrants et sa défense de leurs droits ont permis aux nouveaux arrivants au Canada de devenir des citoyens canadiens à part entière. Elle a exercé une profonde influence sur l’existence de milliers d’immigrants et de réfugiés, non seulement à Terre-Neuve-et-Labrador, mais dans tout le pays.

La vidéo montre à nouveau Bridget Foster, assise dans son bureau.

Bridget Foster : Nous créons un climat très convivial. C’est précisément cela le multiculturalisme, faire en sorte que les gens se sentent à l’aise avec des gens d’autres pays sans penser qu’ils sont différents. Une chose que j’adore faire est de me rendre régulièrement à la garderie, car les enfants qui s’y trouvent proviennent d’un peu partout dans le monde et il n’y a aucune différence entre eux. Tout le monde s’entend à merveille et c’est sur cet aspect que nous devons nous concentrer.

L’image de marque de Citoyenneté et Immigration apparaît à l’écran.

Le mot-symbole « Canada » apparaît à l’écran.

L’écran redevient noir.

 
 
Date de modification :