Le 100e anniversaire de la loi sur le passage sans escale

…À CES CAUSES, il plaît au Gouverneur général en Conseil d’ordonner, et il ordonne effectivement, que […] les immigrants peuvent être empêchés de débarquer ou de venir au Canada à moins qu’ils n’arrivent de leur pays natal ou de citoyenneté, à la suite d’un voyage ininterrompu et à l’aide de billets achetés avant de quitter leur pays de naissance ou de citoyenneté. Le mercredi 8 janvier 1908

En 1908, le gouvernement du Canada a promulgué la loi sur le passage sans escale, qui exigeait que tous les immigrants arrivent au pays à la suite d’un voyage ininterrompu selon leur titre de passage, un « passage sans escale » de leur point d’origine jusqu’au Canada.

Cette mesure généra une importante barrière à l’immigration provenant de l’Asie, puisque les voyages en provenance de la plupart des pays asiatiques exigeaient des escales. Pour les Indiens, qui étaient aussi des sujets britanniques, cette loi faisait en sorte qu’il était impossible pour eux d’entrer au Canada à titre d’immigrants.

Cette loi avait été créée en réponse à l’augmentation graduelle de l’immigration provenant de l’Inde qui avait suscité des craintes du public, enregistrée sous le nom de « l’invasion indienne » ou de « l’invasion hindoue ». Les premiers Asiatiques du Sud à immigrer au Canada étaient des sikhs de la province indienne du Pendjab. Malgré leurs petits nombres (environ 5 000 en 1908), leur présence entraîna des hostilités raciales et du ressentiment qui étaient dirigés vers d’autres communautés de minorités visibles.

Il importe de mentionner que le premier gurdwara (temple sikh) canadien a été construit par la Khalso Diwan Society, à Vancouver Ouest, en 1908. Cette mention historique est importante parce qu’elle représente le moyen grâce auquel plusieurs hommes indiens sont venus au Canada. Puisqu’un voyage ininterrompu de l’Inde était impossible, les passagers débarquaient aux États-Unis et traversaient illégalement la frontière, pour ensuite se réfugier dans le gurdwara. Selon une légende, le temple (construit sur une pente) s’était doté d’un signal indiquant s’il était sécuritaire ou non de traverser la frontière.

La loi sur le passage sans escale est restée en vigueur jusqu’en 1947.

En vedette

Date de modification :