Évaluation du programme «Language Instruction for Newcomers to Canada» (LINC)

5. Répercussions du programme et rapport coût efficacité

5.1. Compétence linguistique

Le programme LINC a été conçu précisément pour améliorer les compétences linguistiques des nouveaux arrivants dans le contexte canadien. Par conséquent, l’évaluation visait entre autres à analyser l’incidence du programme sur les progrès linguistiques. Dans un monde idéal, il pourrait être possible de vérifier l’efficacité de la LINC par rapport à un groupe témoin n’ayant pas reçu de formation linguistique. Il serait toutefois difficile d’isoler les effets que produit la LINC sur les apprenants qui y sont inscrits des autres effets susceptibles d’influencer leur apprentissage de la langue. Dans le cas d’un groupe témoin, il est de même difficile de discerner l’incidence des caractéristiques non observables (motivation, diversité des réseaux sociaux, etc.) sur l’apprentissage, en dehors du contexte de la LINC.

Pour les besoins de la présente étude, afin d’assurer une évaluation plus quantitative, un petit groupe-échantillon (formé de personnes évaluées, mais non inscrites à la LINC) a été sélectionné. Puis une méthode d’évaluation avant et après la LINC a été utilisée afin de comparer les progrès, en mesurant les changements dans les compétences linguistiques à l’aide de l’outil CLBA. Dans le but d’isoler davantage les répercussions de toutes les autres influences possibles sur l’apprentissage linguistique des étudiants de la LINC, les notes d’un groupe témoin de nouveaux arrivants (qui ont subi l’évaluation initiale, mais qui n’ont jamais suivi la LINC) ont été analysées à l’aide d’un modèle de régressionNote de bas de page 36.

Principales conclusions :

  • En moyenne, les étudiants de la LINC avaient achevé 1,0 niveau du programme.
  • Dans un monde idéal, il pourrait être possible de vérifier l’efficacité de la LINC par rapport à un groupe témoin n’ayant pas reçu de formation linguistique. Il serait toutefois difficile d’isoler les effets que produit la LINC sur les apprenants qui y sont inscrits des autres effets susceptibles d’influencer leur apprentissage de la langue. Dans le cas d’un groupe témoin, il est de même difficile de discerner l’incidence des caractéristiques non observables (motivation, diversité des réseaux sociaux, etc.) sur l’apprentissage, en dehors du contexte de la LINC. Pour les besoins de la présente étude, afin d’assurer une évaluation plus quantitative, un petit groupe-échantillon (formé de personnes évaluées, mais non inscrites à la LINC) a été sélectionné, puis une méthode d’évaluation avant et après la LINC a été utilisée afin de comparer les progrès. Dans le cas du groupe témoin retenu pour les besoins de la présente évaluation :
    • Les étudiants de la LINC ont amélioré leurs compétences linguistiques dans les quatre domaines : compréhension de l’écrit, expression écrite ainsi que compréhension de l’oral et expression orale (de plus d’un niveau des CLB dans chacun des domaines).
    • Cependant, en compréhension de l’oral et expression orale, les acquis n’atteignent pas un niveau supérieur à ce que les étudiants auraient accompli naturellement en vivant au Canada.
    • Le nombre d’heures de cours du programme LINC fait toute une différence : lorsque les étudiants atteignent 1 000 heures, les acquis attribuables à la LINC s’accroissent.

Niveaux de la LINC achevés

En moyenne, les étudiants de la LINC avaient achevé 1,0 niveau du programme. Un peu plus de la moitié des étudiants de la LINC ayant participé aux études de cas avaient achevé au moins un niveau de la LINCNote de bas de page 37 (consultez le tableau 5.1). Le nombre moyen d’heures pour achever chaque niveau est présenté dans le tableau 5.2Note de bas de page 38. Les écarts types importants laissent supposer que de nombreux apprenants s’écartent considérablement de la moyenne à chaque niveau. Parmi tous les étudiants (dans les études de cas), le nombre moyen d’heures pour terminer un niveau de la LINC s’établissait à 347,4. Si l’on utilise les données de l’iSMRP pour tous les étudiants de la LINC à la fin du printemps 2009, l’apprenant type a pris 389,4 heures pour achever un niveau. Le tableau 5.2 compare la population du programme LINC à l’échantillon d’études de cas par niveau. L’échantillon est raisonnablement près de la population, sauf au niveau 5 (pour lequel il y n’avait que quatre cas dans l’échantillon)Note de bas de page 39.

Pour les études de cas, le nombre d’heures a été examiné en utilisant les données du HARTs et l’information recueillie directement des FS des études de cas à l’extérieur de l’Ontario. Le tableau 5.1 contient des données de l’iSMRP sur la population et des données tirées des études de cas; les proportions sont très similaires, ce qui confirme que l’échantillon représente bien la population.

Tableau 5-1 : Niveaux de la LINC achevés

  Pourcentage d’étudiants
Niveaux de la LINC achevés Population de la LINC (iSMRP) Échantillon de l’étude de cas
0  39,8 %  39,6 %
1 33,3 33,3
2 18,1 18,7
3  6,4  6,0
4  1,9  0,7
5  0,4  0,0
6  0,1  0,7

Tableau 5-2 : Moyenne d’heures pour achever un niveau de la LINC par niveau

  Population de la LINC (iSMRP) Échantillon de l’étude de cas
Niveau de la LINC Nombre moyen d’heures pour achever Écart type Nombre moyen d’heures pour achever Écart type
Alphabétisation 405,5 357,6 392,8 468,5
1 406,7 321,3 430,0 241,6
2 400,3 298,2 337,7 218,7
3 403,0 307,8 363,8 298,8
4 363,7 283,1 294,1 256,0
5 349,9 274,3 496,1 313,8

N=126

Acquis en compétence linguistique – Différence moyenne des résultats

Le Tableau 5-3 présente une comparaison des acquis en compétence linguistique sans tenir compte des possibles facteurs d’influence ni des différences observables. Le tableau ci dessous illustre la différence moyenne quant aux acquis en compétence linguistique, obtenue en soustrayant la note d’évaluation initiale du client de la note d’évaluation courante. Les entrées des colonnes « LINC » et « Groupe témoin » représentent la différence entre les notes de référence courantes et originales pour les deux groupes. En particulier, les clients de la LINC ont amélioré leurs compétences en compréhension de l’écrit de 1,21 niveau des CLB et ont progressé dans tous les domaines de compétences. Les participants du groupe témoin (ceux qui ont été évalués, mais qui ne se sont pas inscrits au programme LINC) ont amélioré leurs compétences, mais les acquis ont été plus modérés.

Tableau 5-3 : Comparaison des différences moyennes des résultats (sans neutralisation)

  Évaluation actuelle – Évaluation originale
Domaine linguistique LINC Groupe témoin Différence
Compréhension de l’oral 1,05 0,92 0,13
Expression orale 1,14 1,13 0,01
Compréhension de l’écrit 1,21 0,68 0,53
Expression écrite 1,12 0,81 0,31

Tous les résultats de la colonne « Différence » sont positifs, c’est à dire que les étudiants de la LINC se sont améliorés plus que ceux du groupe témoin, mais les acquis ne sont pas suffisants pour atteindre une signification statistique pour la compréhension de l’oral, l’expression orale et l’expression écrite. Il est à noter qu’un simple schéma d’évaluation avant et après (en n’utilisant que les résultats de la colonne de la LINC) montre que le programme LINC a permis des gains importants dans les quatre domaines de compétences. Cependant, cette analyse ne tient pas compte des différences dans les deux groupes ni ne tente d’attribuer les acquis au programme LINC. Parmi les principales différences, citons : le niveau de scolarité avant l’immigration, l’âge, le sexe, la distance linguistiqueNote de bas de page 40, le niveau de la LINC à l’évaluation initiale, la situation d’emploi et le temps écoulé depuis l’évaluation initiale.

Acquis en compétence linguistique – Régression/Différences observables

Étant donné que les clients de la LINC et les participants du groupe témoin ne sont pas identiques, les différences observables ont été neutralisées en utilisant une analyse de régression multiple dans le but d’essayer d’isoler l’effet du programme LINCNote de bas de page 41. Si l’on ajoute des variables de neutralisation statistique, l’analyse appuie les conclusions du tableau 5.3.

La colonne ß montre le coefficient de régression, qui indique les contributions uniques (indépendantes) de la variable « groupe » (groupe de la LINC comparé au groupe témoin) pour expliquer l’écart total dans la note d’évaluation. Le tableau 5.4 illustre les résultats de l’analyse pour chaque compétence linguistique.

Tableau 5-4 : Analyse de régressionNote de bas de page 42 – Variable de groupe seulement

Variable de groupe ß ET t p
Compréhension de l’oral 0,231 0,256 0,902 0,368
Expression orale 0,205 0,236 0,868 0,387
Compréhension de l’écrit 0,878 0,309 2,843 0,005
Expression écrite 0,514 0,260 1,979 0,050

Même si les étudiants du programme LINC semblent progresser d’environ 21 % d’un niveau des CLB en expression orale de plus que le groupe témoin, et de 23 % en compréhension de l’oral (voir la colonne ß dans le tableau 5.4 ci dessus), les acquis ne sont pas suffisants pour atteindre une signification statistique après neutralisation des différences entre les groupes.

Les acquis en compréhension de l’écrit (88 % d’un niveau des CLB) et en expression écrite (51 % d’un niveau des CLB) ont atteint une signification statistique pour la variable de groupeNote de bas de page 43. Il est possible d’interpréter les coefficients de régression pour le « groupe » comme le changement dans la CLB avec un changement du groupe (du groupe témoin au groupe de la LINC) si l’on présume que toutes les autres valeurs pour les variables explicatives restantes sont constantes. Par conséquent, lorsque les différences observables entre les groupes sont prises en compte, les acquis de 0,9 niveau des CLB en compréhension de l’écrit et d’un demi-niveau des CLB en expression écrite étaient probablement attribuables à la LINCNote de bas de page 44. L’analyse ne permet pas de tirer des conclusions plus définitives, car il est impossible de neutraliser les différences inobservables (notamment la motivation et l’intelligence).

La seule variable qui influe de façon importante sur la compréhension de l’oral et l’expression orale est le temps écoulé depuis l’évaluation initiale. Plus il s’est écoulé de temps depuis l’évaluation initiale, c’est à dire plus l’immigrant a passé de temps au Canada en immersion anglaise, plus il y a amélioration de la compréhension de l’oral et de l’expression orale. En outre, cette variable a influé sur les acquis en compréhension de l’écrit et en expression écrite de façon positive. Il est à noter qu’aucune des autres variables indépendantes (âge, sexe, éducation, distance linguistique, niveau de la LINC, situation d’emploi, inscription à un programme d’ALS en dehors de la LINC) n’a influé de façon significative sur les quatre domaines de compétences.

Le nombre d’heures consacré au programme LINC a une grande importance. Le figure suivant montre que, à mesure que le nombre d’heures dans le programme augmente, l’incidence de celui-ci s’accroît. Bien que les niveaux des CLB s’accroissent de façon modérée de 1 à 750 heures, l’incidence est plus élevée à mesure que les étudiants passent plus de temps en classe de LINC : lorsque les étudiants suivent les cours de la LINC pendant 1 000 heures ou plus, les acquis probablement attribuables à la LINC s’accroissent à 1,3 niveau des CLB pour la compréhension de l’oral, 1,2 pour la compréhension de l’écrit et 1,7 pour l’expression écrite.

Figure 5-1 : Acquis par rapport aux CLB au fil du temps – Acquis comparés au groupe témoin

Graphique: 
			De 1 à 499 heures de LINC : Compréhension de l’oral, 0.186; Expression orale, 0.52; Compréhension de l’écrit, 0.751; Expression écrite, 1.344; 500 et plus heures de LINC : Compréhension de l’oral, 0.109; Expression orale, 0.329; Compréhension de l’écrit, 0.469; Expression écrite, 0.693; 750 et plus	heures de LINC : Compréhension de l’oral, 0.666; Expression orale, 0.865; Compréhension de l’écrit, 0.998; Expression écrite, 1.247; 1 000 et plus heures de LINC : Compréhension de l’oral, 0.369; Expression orale, 0.932; Compréhension de l’écrit, 0.889; Expression écrite, 1.693

Les acquis linguistiques attribuables au programme sont plus élevés dans certaines compétences, mais il existe des éléments de l’apprentissage linguistique qu’il est impossible de saisir dans la méthode d’évaluation.

5.2. Contenu du cours

Principales conclusions :

  • Les clients en apprennent sur de nombreux aspects de la vie et du travail au Canada, grâce au contenu généralement axé sur l’anglais pour la vie quotidienne, l’établissement et l’intégration, les droits et devoirs civiques au Canada, ainsi que l’emploi et l’anglais pour le milieu de travail.
  • Les clients de la LINC s’établissent bien au Canada, mais ils ne s’en tirent pas mieux que les autres en ce qui concerne certaines activités initiales en matière d’établissement.

Le programme LINC vise également à améliorer les connaissances des étudiants sur le Canada et les droits et devoirs civiques au Canada ainsi qu’à initier les étudiants aux concepts qu’ils ont besoin d’intégrer en offrant de l’information sur le milieu de travail canadien, les techniques et les outils de recherche d’emploi, etc. Comme le programme LINC n’est pas doté d’un programme d’études obligatoire, il est presque impossible de créer des instruments validés pour évaluer ce qui a été appris dans les classes de LINC au delà de la maîtrise de l’anglais. Les acquis sur le plan du contenu ont été examinés à la lumière des résultats des enquêtes et groupes de discussion.

Puisque les acquis sur le plan du contenu doivent rendre compte de ce qui est appris dans les classes, le Formulaire d’information sur les classes demandait aux enseignants de préciser les thèmes sur lesquels leurs classes étaient axées et d’indiquer le thème principal. Tel que le montre le Figure 5-2, les deux principaux thèmes de la LINC (l’anglais pour la vie quotidienne ainsi que l’établissement et l’intégration) étaient couverts dans presque toutes les classes de LINC, ce qui correspond au double objectif du programme. Lorsqu’on leur a demandé de préciser le thème principal parmi ceux énumérés, 63 % des enseignants ont répondu l’anglais pour la vie quotidienne et 31 %, l’établissement et l’intégration (de nombreux enseignants ont répondu les deux, et leurs réponses ont été distribuées également entre les deux catégories).

Figure 5-2 : Thème principal des cours

Tableau : Anglais pour la vie quotidienne, 94%; Établissement et intégration, 91%; Droits et devoirs civiques au Canada, 79%; Anglais pour le milieu de travail, 68%; Anglais pour la recherche d’emploi, 66%; Préparation à la citoyenneté, 40%; Alphabétisation en anglais, 17%; Préparation au collège ou à l’université, 9%; Préparation aux évaluations, 8%; Autres, 9%

N=65

Source : Formulaire d'information sur les classes

Les groupes de discussion ont été plus précis sur les thèmes traités en classe. La liste de ce que les étudiants avaient appris sur le Canada était considérable et elle était en grande partie homogène dans toutes les classes sélectionnées pour les études de cas : l’histoire; la géographie; la culture et le multiculturalisme; le gouvernement et la politique; les coutumes et les traditions; la météo et le climat; l’obtention de documents et l’accès à des services essentiels; le transport; les ressources naturelles; le système médical; les services d’urgence; les lois; la vie familiale; le sport et les activités; le logement; les taxes et les impôts; le magasinage; le système d’éducation; l’industrie; l’immigration; les congés fériés; la musique; les banques; les droits des femmes au Canada.

La plupart des participants aux études de cas ont également cité les sujets liés à l’emploi comme un aspect crucial du programme LINC. Les participants aux groupes de discussion ont invariablement répondu qu’un large éventail de compétences et de concepts pour la recherche d’emploi et le milieu de travail étaient enseignés dans les classes de LINC.

S’établir au Canada

La capacité à s’établir au Canada a été évaluée (au moyen des enquêtes auprès des clients de la LINC et du groupe témoin) afin de déterminer la mesure dans laquelle les nouveaux arrivants peuvent accéder aux services de base. On disait que les compétences acquises grâce au programme LINC étaient le plus utiles dans les domaines où il y a davantage d’interaction que la simple présentation d’une demande, notamment ouvrir un compte de banque, demander le NAS ou la carte santé. De plus, le programme aidait à se faire des amis, probablement parmi les camarades de classe.

Tableau 5-5 : Établissement des étudiants de la LINC au Canada

Aspect de la vie Pourcentage ayant répondu « Oui » Pourcentage affirmant que la LINC a été utile à cet égard
Se faire de nouveaux amis au Canada 74,7 % 91,0 %
Posséder un compte de banque 93,3 45,5
Se sentir à l’aise d’utiliser le transport en commun 85,2 66,3
Obtenir un numéro d’assurance sociale 96,1 31,5
Avoir une carte santé ou en avoir fait la demande 95,4 35,7
Se sentir à l’aise de se rendre seul aux services de santé 69,1 66,5

La colonne 1 représente les réponses pour tous les cas de l’enquête; par conséquent, le pourcentage diffère légèrement de celui du Tableau 5-6 ci dessous.

Ces questions ont été posées également au groupe témoin, ce qui a facilité l’évaluation des avantages supplémentaires du programme LINC. Le Tableau 5-6 laisse supposer que le programme a représenté peu d’avantages supplémentaires concernant ces éléments, puisque les réponses du groupe témoin indiquent une situation identique à l’égard de l’établissement même si les intéressés n’ont pas suivi le programme LINC.

Tableau 5-6 : Établissement du groupe témoin au Canada

Aspect de la vie Étudiants de la LINC ayant répondu « Oui » Membres du groupe témoin ayant répondu « Oui »
Se faire de nouveaux amis au Canada 72,0 % 67,3 %
Posséder un compte de banque 91,9 92,3
Se sentir à l’aise d’utiliser le transport en commun 82,2 88,9
Obtenir un numéro d’assurance sociale 96,8 98,1
Avoir une carte santé ou en avoir fait la demande 95,2 100,0
Se sentir à l’aise de se rendre seul aux services de santé 57,4 75,0

La colonne 1 représente les répondants de l’étude de cas; le pourcentage diffère donc légèrement de celui du Tableau 5-5 ci dessus.

La régression a été utilisée pour neutraliser les différences observables entre les groupes. Les conclusions sont les mêmes : le programme LINC n’a fait une différence notable pour aucune de ces variables. Les membres du groupe témoin étaient plus à l’aise de se rendre seuls aux rendez vous des services de santé, probablement parce qu’ils avaient en moyenne de meilleures compétences en anglais que le groupe de la LINC. Les nouveaux arrivants sont susceptibles d’avoir besoin de plusieurs aspects de l’établissement immédiatement après leur arrivée, avant même de s’inscrire à une formation linguistique. De nombreux étudiants ont indiqué dans les groupes de discussion qu’ils avaient un compte bancaire, un NAS et une carte santé avant de suivre la formation de la LINC; ils ne s’attendaient donc pas à ce que LINC les aide.

5.3. Rentabilité

Cette section porte sur les dépenses du programme LINC ainsi que sur les principaux domaines auxquels des fonds ont été consacrés.

Principales conclusions :

  • Les dépenses du programme LINC ont augmenté considérablement dans plusieurs domaines importants du programme, tandis que le nombre des étudiants est demeuré stable.
    • Ensemble, les dépenses entraînées par la garde d’enfants et l’aide au transport ont augmenté, puisque leur proportion des dépenses totales liées à la LINC est passée d’environ 2 % en 1998-1999 à 18 % en 2008-2009.
  • Le coût par étudiant de la LINC a augmenté de façon substantielle au cours des dernières années.
  • Bien que le mode de prestation du programme par l’entremise d’organisations tierces soit considéré comme rentable par les répondants, il serait nécessaire de mener une analyse approfondie d’autres modes de prestation dans le but de déterminer la véritable rentabilité du programme.

5.3.1. Financement du programme LINC

Le financement de la LINC a augmenté considérablement au cours des dernières années (voir le Tableau 5-7). Pendant la période de cinq ans qui débute en 2004-2005, les dépenses de la LINC ont augmenté de 83 %. Étant donné que les dépenses au titre de l’intégration ont augmenté de 178 % pendant la même période, le programme LINC ne représente qu’une petite proportion des dépenses totales pour l’intégration dans le cadre de l’augmentation des fonds affectés à l’établissement.

Tableau 5-7 : Dépenses du programme LINC

Année financière Dépenses du programme LINC (millions) Dépenses totales au titre de l’intégration (millions) % des dépenses totales au titre de l’intégration
2001-02 90,7 $ 178,1 $ 50,9 %
2002-03 91,8 $ 174,1 $ 52,7 %
2003-04 92,7 $ 176,6 $ 52,5 %
2004-05 94,0 $ 181,2 $ 51,9 %
2005-06 93,5 $ 188,7 $ 49,5 %
2006-07 122,3 $ 280,3 $ 43,6 %
2007-08 152,7 $ 373,5 $ 40,9 %
2008-09 172,2 $ 503,7 $ 34,2 %

Source : Fiche de renseignements de la LINC avec des mises à jour de CIC. Ces chiffres excluent la compensation versée au Québec et les sommes attribuées au Manitoba et à la Colombie Britannique en vertu d’arrangements pris avec ces provinces.

5.3.2. Dépenses du programme LINC

Pendant les 10 dernières années, l’investissement en salaires des enseignants a représenté la plus grande partie des dépenses de la LINC. En vertu d’un modèle de financement de l’établissement révisé pour la période de 2000-2001 à 2005-2006, cette catégorie s’établissait de 69 % à 76 % des dépenses totales du programme et était relativement constante (de 64,7 à 68,5 millions de dollars)Note de bas de page 45. Ensemble, les dépenses entraînées par la garde d’enfants et l’aide au transport ont augmenté, puisque leur proportion des dépenses totales liées à la LINC est passée d’environ 2 % en 1998-1999 à 18 % en 2008-2009.

Tableau 5-8 : Dépenses du programme LINC par catégorie, de 1998-1999 à 2008-2009 - 1e partieNote de bas de page 46

Catégorie 98/99 99/00 00/01 01/02 02/03 03/04
Frais d'administration (ONG) N/A N/A N/A N/A N/A N/A
Formation linguisitique 91,369,877 72,703,471 68,524,485 73,318,640 64,898,416 65,488,224
Evaluation linguistique 1,689,086 3,857,683 3,860,232 4,619,345 5,263,663 5,395,649
Garde d'enfants 1,639,791 909,526 955,630 7,856,856 16,242,128 16,801,528
Aide au transport 166,418 134,623 69,526 855,013 1,532,053 1,358,589
Aide pour handicap 1,981 - 21,767 5,911 31,190 12,892
Coûts d'immobilisations (ONG) 380,696 131,759 27,640 99,677 506,037 443,313
Aide à la prestation 2,069,485 2,466,381 4,603,928 3,922,300 2,917,687 2,779,042
Remboursement de TPS - - - 40,200 389,545 412,137
Total 97,317,333 80,203,443 78,063,208 90,717,942 91,780,718 92,691,375

Tableau 5-8 : Dépenses du programme LINC par catégorie, de 1998-1999 à 2008-2009 - 2e partie

Catégorie 04/05 05/06 06/07 07/08 08/09
Frais d'administration (ONG) N/A N/A N/A 30,552,618 35,366,193
Formation linguisitique 67,148,718 64,713,684 80,531,133 82,465,165 91,280,926
Evaluation linguistique 5,617,515 5,818,192 6,996,693 4,423,952 5,150,348
Garde d'enfants 17,272,326 16,841,302 19,975,240 25,027,451 27,832,499
Aide au transport 1,485,314 1,385,952 1,881,907 2,922,527 2,887,939
Aide pour handicap 11,108 20,245 94,420 51,951 40,099
Coûts d'immobilisations (ONG) 238,953 2,059,449 6,926,150 3,690,499 3,619,751
Aide à la prestation 1,862,539 2,127,993 5,068,925 2,803,626 5,319,821
Remboursement de TPS 396,895 563,859 783,468 720,421 658,579
Total 94,033,368 93,560,666 122,287,936 152,658,209 172,156,155

Compte tenu de la hausse du financement, le coût par étudiant de la LINC s’est accru de façon substantielle. Les dépenses du programme sont passées de 94 millions de dollars en 2004-2005 à 173 $ millions en 2008-2009, tandis que le nombre d’apprenants passait d’environ 52 000 près de 55 000. Par conséquent, le coût par étudiant de la LINC est passé de près de 1 800 $ à près de 3 130 $Note de bas de page 47.

L’augmentation importante du coût moyen par client de la LINC est attribuable à la nécessité pour CIC d’investir dans le renouvellement du programme à la suite de plusieurs années d’absence de mouvement dans le financement avant 2006-2007, pendant lesquelles les paiements pour la LINC aux FS avaient chuté sous les coûts réels de prestation du service. L’évaluation du programme LINC de 2004 a permis de confirmer que les niveaux de financement du programme n’avaient pas suivi la croissance des coûts, que les déficits de financement étaient associés aux longues listes d’attentes et que de l’argent additionnel serait nécessaire pour mettre en place les améliorations au programme suggérées par l’évaluation. Grâce à l’afflux de fonds frais en 2006, CIC a investi de façon importante dans les domaines suivantsNote de bas de page 48 :
  • Renouvellement du programme : Les nouveaux fonds du programme ont été utilisés pour accroître le nombre et la diversité des cours et ainsi faire en sorte que les nouveaux arrivants aient accès à des cours adaptés à leurs besoins et objectifs d’apprentissage particuliers.
  • Enseignants : L’investissement accru en salaires, en avantages sociaux et en formation pour les enseignants et les évaluateurs de la LINC constitue la plus importante dépense engagée par CIC dans le cadre du renouvellement du programme LINC depuis 2004-2005. La qualité des enseignants représente le principal déterminant de l’efficacité du programme (tel qu’il a été mentionné dans la section 2 du présent rapport).
  • Services de garde d’enfants et de soutien : De 2004-2005 à 2008-2009, un financement considérable (12 millions de dollars) a été accordé pour élargir l’accessibilité aux services de garde d’enfants et faciliter l’accès à la formation pour les nouveaux arrivants (aide au transport et pour les personnes handicapées) qui seraient autrement incapables de participer en raison des obstacles liés à l’accès. Les dépenses en services de garde d’enfantsNote de bas de page 49 sont passées de 17,3 à 27,8 millions de dollars, alors que, pour l’aide au transport, elles sont passées de 1,4 à 2,9 millions de dollars.
  • Infrastructure et ressources : Une proportion des nouvelles dépenses (6,5 millions de dollars) a été consacrée à l’amélioration des installations (pour la formation et la garde d’enfants) et à l’élaboration de nouvelles ressources pédagogiques.

5.3.3. Rentabilité et solutions de rechange

La plupart des informateurs clés trouvaient que le programme LINC était financé de façon adéquate; il y a eu peu de demandes de ressources supplémentaires. Ceux qui voulaient plus de fonds avaient tendance à signaler des domaines précis ayant besoin d’amélioration, dont l’élargissement des services de garde, l’augmentation du nombre de classes offertes la fin de semaine et l’amélioration de l’accès dans les communautés rurales et éloignées. En outre, certains informateurs ont signalé que ce ne sont pas toutes les provinces qui offrent les mêmes niveaux de la LINC, ce qui pourrait être réglé en allouant des fonds supplémentaires, selon eux.

En fait, tous les informateurs clés à CIC et dans les provinces croyaient que le programme LINC était rentable. Selon eux, le financement est distribué au moyen de processus de passation de marchés concurrentiels; les FS sont tenus d’établir le bien fondé des fonds reçus; la plupart des FS sont des organismes à but non lucratif ayant des coûts indirects raisonnables et des salaires moyens; et tous les FS sont assujettis à des exigences rigoureuses en matière de rapports financiers.

Beaucoup de FS offrent divers services d’établissement intégrés, y compris la LINC, ce qui peut contribuer à favoriser la rentabilité de la prestation du programme.

Aucun informateur n’était convaincu de l’existence de méthodes plus rentables de prestation de services d’apprentissage d’une langue seconde. Ils étaient tous d’accord pour dire qu’il serait impossible que CIC offre directement les services, car il ne possède ni l’expertise ni l’infrastructure nécessaires et, si tel était le cas, le coût serait sûrement beaucoup plus élevé. L’évaluation des études à domicile de la LINC en Ontario a révélé que les frais du programme LINC à ce chapitre s’établissaient à environ deux tiers de ceux du programme en classe par niveau de la CLB achevé. Le progrès pour les apprenants à domicile est plus lent, principalement parce que le nombre d’heures par semaine à domicile a tendance à être beaucoup plus bas que le nombre d’heures passées en classes. Toutefois, en 2005-2006, le programme LINC en classe a coûté deux fois plus par personne que les études à domicileNote de bas de page 50. Cette situation laisse supposer que l’élargissement des études à domicile afin de compléter les modes de prestation existants pourrait améliorer la rentabilité du programme LINC en plus d’en élargir l’accessibilité.

Une analyse comparative approfondie d’autres modes de prestation serait nécessaire dans le but de mieux déterminer la rentabilité du programme LINC.

Date de modification :