Évaluation du Programme d’établissement et d’adaptation des immigrants (PEAI)

Sommaire

Mis en œuvre en 1974, le Programme d’établissement et d’adaptation des immigrants (PEAI) offrait des services visant à faciliter l’adaptation, l’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants au Canada, afin qu’ils puissent participer à la vie économique et sociale du Canada aussi vite que possible après l’arrivée et dans la pleine mesure de leurs capacités. Le PEAI était composé de deux volets principaux. Sous le volet A du PEAI, les fournisseurs de services (FS) avaient accès à des fonds leur permettant d’offrir directement une variété de services aux nouveaux arrivants, notamment des services d’évaluation des besoins et d’aiguillage, d’information et d’orientation, de paracounselling et de préparation à l’emploi. Le Programme finançait également des initiatives assurant la liaison entre les services de sorte que, avec l’aide des FS, les organismes non liés au secteur de l’établissement et la collectivité en général comprennent mieux la réalité des nouveaux arrivants et deviennent plus accessibles et accueillants. Le volet B du PEAI servait à financer divers projets contribuant à améliorer les services du PEAI offerts aux nouveaux arrivants par les FS (par exemple, des activités de recherche, la mise au point d’outils et le renforcement des capacités). Entre 2004-2005 et 2007-2008, 204 FS répartis dans tout le Canada ont obtenu un soutien financier dans le cadre du PEAI. Suite à l’entrée en vigueur de l’approche modernisée en 2008, le PEAI et tous les autres programmes d’établissement de CIC ont été regroupés sous un unique programme comptant six volets distincts. Bien que le PEAI n’existe plus comme tel, un certain nombre d’activités qui étaient auparavant financées par ce programme se poursuivent sous le Programme d’établissement modernisé.

Méthodologie

La présente évaluation a pour objet de produire des données fiables sur la pertinence, la conception, la prestation et le rendement du PEAI. Elle vise également à identifier les aspects du Programme à améliorer et à guider les modifications futures. L’évaluation s’appuie sur plusieurs sources de données, notamment des entrevues avec des informateurs principaux représentant la direction et le personnel de CIC ainsi que les administrations provinciales et territoriales, des sondages auprès de cadres et d’employés de FS qui ont exécuté des projets sous les volets A et B du PEAI, et des sondages auprès de clients (814 répondants). Des groupes de discussion, un examen de documents, une recension des écrits et une analyse des données administratives de CIC ont également été réalisés.

Résultats et conclusions

Pertinence

Le PEAI était pertinent parce qu’il ciblait un large éventail de besoins des nouveaux arrivants en matière d’établissement et d’adaptation. Unique de par son accessibilité et sa portée, ce programme était aussi conforme aux priorités du gouvernement fédéral et de CIC. Selon les intervenants du PEAI cependant, les points de vue varient quant à la justesse du partage des rôles et des responsabilités entre le fédéral et les partenaires provinciaux pour ce qui a trait à la conception et à la prestation des services d’établissement.

  • Le PEAI était jugé utile principalement parce qu’il aidait les nouveaux arrivants à répondre à leurs besoins immédiats (en matière d’information et d’orientation, de santé et d’emploi, par exemple), surtout durant les premières années au Canada.
  • Bien que d’autres programmes offrent des services similaires à ceux du PEAI, aucun ne propose la même variété ou la même accessibilité aux nouveaux arrivants.
  • Conforme aux priorités du gouvernement du Canada et de CIC, le PEAI était aussi, en général, jugé compatible avec les rôles et les responsabilités du gouvernement fédéral. Les opinions varient cependant au sujet du partage des rôles et des responsabilités entre le fédéral et les partenaires provinciaux aux fins de la conception, de la planification et de la prestation des programmes d’établissement au Canada. Selon certains intervenants, la participation de partenaires locaux permettrait de mieux adapter les programmes à la réalité locale.

Mise en œuvre

Dans l’ensemble, la mise en œuvre du PEAI a été réussie et la gamme des services offerts ne cessait d’augmenter; quelques aspects de la prestation des services propres au PEAI pourraient cependant être améliorés.

  • La prestation de tous les services propres au PEAI a augmenté au cours des cinq dernières années, en particulier dans les domaines du paracounselling et de l’information/orientation.
  • En l’absence d’un processus normalisé d’évaluation des besoins, les FS avaient mis au point leur propre ensemble d’outils. Aussi pertinents que soient les outils personnalisés, le manque d’harmonisation des approches des FS pourrait être responsable d’une évaluation incomplète des besoins des nouveaux arrivants. L’emploi d’outils normalisés et d’un processus d’évaluation continue permettrait de s’assurer que la totalité des besoins des immigrants soit définis et suivis d’une manière uniforme par tous les FS.
  • Parce qu’ils sont axés sur la résolution de problèmes, les services de paracounselling aident les nouveaux arrivants à cerner leurs problèmes et à déterminer les ressources disponibles. Des FS ont exprimé des réserves quant à la nature et à la portée des services de paracounselling qui devraient être offerts dans le cadre des programmes du type du PEAI, surtout dans le domaine du bien être psychologique. Les représentants des FS croient que CIC devrait donner plus d’information et de précisions sur ces questions.

Résultats

L’impact positif le plus important du PEAI a été l’amélioration de la capacité des nouveaux arrivants à cerner et à aborder leurs besoins en matière d’établissement et de se renseigner sur les autres services dont ils peuvent profiter dans leur collectivité. Les services offerts dans le cadre du PEAI ont aussi beaucoup aidé les nouveaux arrivants à chercher et à trouver un emploi. Par ailleurs, les FS travaillent activement à faire la liaison entre les services afin de faciliter l’accès des nouveaux arrivants aux organisations communautaires et aux organismes non liés au secteur de l’établissement.

  • Le PEAI a aidé la plupart des nouveaux arrivants à cerner leurs besoins en matière d’établissement, à satisfaire leurs besoins essentiels courants, à se renseigner sur les autres services existant dans la collectivité et à fixer des objectifs pour leur établissement et leur adaptation.
  • Le PEAI a également amélioré les résultats des participants sur le marché du travail, car des clients ont confirmé qu’ils avaient pu parfaire leurs techniques de recherche d’emploi. Près de la moitié des clients interrogés estimaient que leur participation au PEAI les avait aidés à trouver un emploi.
  • Au chapitre de la liaison entre les services, presque tous les FS représentés dans l’évaluation avaient déjà tenu diverses activités avec des collectivités et des organismes non liés au secteur de l’établissement. Ces activités ont permis de sensibiliser la collectivité à la réalité des immigrants et ont mené à la formation de partenariats pour appuyer les nouveaux arrivants.

Conception et prestation

La conception et la prestation du PEAI ont été jugées suffisamment claires; on note toutefois quelques éléments à améliorer, comme assurer une meilleure coordination entre les partenaires, investir dans le renforcement de la capacité de prestation des partenaires et consolider la mesure du rendement.

  • Il est possible d’offrir des services d’établissement plus complets et intégrés par la coordination et le développement des partenariats qui existent entre les gouvernements, les FS et les organismes non liés au secteur de l’établissement. Même si de nombreux partenariats ont été créés dans le cadre de l’ancien PEAI, des occasions de collaboration attendent toujours d’être exploitées.
  • Dans l’ensemble, CIC et les FS disposaient d’une capacité suffisante pour exécuter le PEAI. Des améliorations ont cependant été suggérées dans plusieurs domaines, comme élaborer des lignes directrices et des outils qui reflètent la réalité actuelle. Il faudrait également développer les capacités du personnel de CIC et des FS dans divers domaines de gestion.
  • Comme CIC n’a pas de mécanisme pour recueillir des données sur les résultats, il est difficile de faire la preuve du rendement du PEAI (et du programme qui lui succède selon l’approche modernisée). Bien que le Système de mesure pour la reddition de comptes concernant les programmes de contributions de l’immigration (iSMRP) serve à recueillir des données sur les clients et la prestation des services, l’accent mis sur les extrants ne permet pas d’appuyer pleinement les fonctions de surveillance, d’évaluation et de prise de décision.
  • Le nombre de clients et le nombre de services fournis n’ont pas augmenté au même rythme que le financement (pour le volet principal du PEAI et d’autres programmes). Le Programme semblait ainsi plus dispendieux à exploiter. On ne sait pas si c’était effectivement le cas ou si le Programme a simplement été incapable de prouver sa croissance en raison des lacunes présentes dans les systèmes de collecte de données. Le PEAI regroupant plusieurs composantes différentes, et comme les sources de données et le système de codage ont varié au fil des années, il a été difficile de calculer les dépenses pour les composantes du PEAI visées par le présent rapport. Compte tenu des difficultés à déterminer le nombre de clients et de services ainsi que des problèmes concernant les données sur les dépenses, il n’a pas été possible d’évaluer la rentabilité. Le Ministère pourrait effectuer un meilleur suivi des dépenses propres au PEAI s’il harmonisait le système financier avec les diverses composantes du PEAI ou avec les volets particuliers de l’approche modernisée. Il obtiendrait ainsi des données de meilleure qualité pour évaluer la rentabilité.
Date de modification :