Évaluation du Programme d’accueil

Annexe A : Méthodologie

Les sources de données suivantes ont été utilisées dans l’évaluation du Programme d’accueil :

  • Un examen des données et des documents;
  • Des entrevues avec 18 représentants de CIC;
  • Des entrevues avec douze FS et deux intervenants;
  • Cinq groupes de discussion composés de clients du Programme d’accueil (comprenant des jeunes);
  • Quatre groupes de discussion composés de bénévoles du Programme d’accueil;
  • Un sondage téléphonique auprès de 29 FS.

Examen des données et des documents

Lorsque les informateurs principaux ont donné à GGI des exemples de documents ou de rapports, ceux-ci ont été examinés afin de mieux comprendre comment le programme est offert dans cette région ou dans cette collectivité. Le contenu de sites Web a également été examiné, dont etablissement.org et integration-net.

GGI a également reçu certaines données de haut niveau de l’ELIC et de la BDIM qui ont servi à acquérir une compréhension du contexte du programme.

Entrevues avec des représentants de l’Administration centrale et des bureaux régionaux et locaux de CIC

L’équipe de recherche a interviewé dix-huit personnes (souvent dans un contexte d’entrevue de groupe). Sur ces dix-huit personnes, six ont été interviewées à l’Administration centrale et douze dans des bureaux régionaux ou locaux. Les entrevues s’effectuaient en personne si le répondant demeurait dans la région de la capitale nationale ou dans l’une des villes visitées dans le cadre des groupes de discussion (dans la mesure du possible). Sinon, les entrevues se déroulaient au téléphone. Les personnes interrogées pouvaient répondre dans la langue officielle de leur choix.

Entrevues avec des fournisseurs de services et des intervenants

GGI a effectué douze entrevues avec des fournisseurs de services et deux avec des intervenants. Les entrevues avec les fournisseurs de services étaient différentes des entrevues effectuées dans le cadre du sondage en ce sens que les questions portant sur la pertinence du programme, sa conception, le succès d’ensemble et les solutions de rechange étaient plus approfondies.

Dans le cas des entrevues avec CIC, elles se sont déroulées à Ottawa et dans les endroits visités où se tenaient les groupes de discussion. Elles se sont déroulées en personne (dans la mesure du possible). Les autres entrevues ont été effectuées par téléphone. Les répondants pouvaient répondre aux questions de l’entrevue dans la langue officielle de leur choix.

Groupes de discussion avec des clients

Cinq groupes de discussion composés de clients du programme se sont réunis. Les réunions ont eu lieu dans les locaux des fournisseurs de services, à l’exception du groupe d’Ottawa qui s’est réuni dans la salle de conférence de GGI. Voici la répartition des groupes de discussion :

  • un à Ottawa (en français);
  • deux à Toronto;
  • un à Halifax;
  • un à Calgary.

On a demandé à au moins deux fournisseurs de services d’aider au recrutement de participants pour tous les groupes de discussion (chacun des fournisseurs a reçu 75 $ pour chaque groupe de cinq participants recrutés). On leur a demandé de recruter une combinaison de clients ayant les caractéristiques suivantes :

  • des clients qui n’utilisent plus les services du Programme d’accueil et quelques clients qui les utilisent;
  • des hommes et des femmes;
  • différents groupes d’âge;
  • des personnes seules ou des immigrants avec une famille;
  • différents horizons ethniques ou raciaux;
  • des réfugiés parrainés par le gouvernement (RPG) (seulement un ou deux par groupe).

Afin d’obtenir un point de vue différent sur les services offerts, certains groupes de discussion avaient des participants qui parlaient une langue autre que le français ou l’anglais. Dans ces cas, des interprètes étaient sur place pour chaque groupe qui avait un participant qui ne parlait ni le français ni l’anglais.

En tout, dix participants ont été recrutés pour chaque groupe en espérant que huit se présentent à la discussion. Dans l’ensemble, la participation a été très bonne. Les participants ont reçu une rétribution de 50 $ pour compenser les dépenses engagées en raison de leur participation (p. ex. garde d’enfants, transport, stationnement).

GGI a préparé un guide pour les modérateurs de groupes de discussion. Ce guide plus ou moins structuré permet au modérateur de poser des questions qui font la transition entre un sujet et le suivant. Le modérateur a essayé de faire participer tout le monde à la discussion. L’autre membre de l’équipe de recherche présent à la discussion devait prendre des notes. Parce que de nombreux nouveaux arrivants se soucient de la confidentialité de l’information qu’ils fournissent, aucun matériel audio ou vidéo n’a été produit.

Groupes de discussion avec des bénévoles

Quatre groupes de discussion avec des bénévoles du Programme d’accueil se sont réunis :

  • un à Ottawa (en français);
  • un à Toronto;
  • un à Halifax;
  • un à Calgary.

Tout comme pour les groupes de discussion avec des clients, on a demandé aux fournisseurs de services de recruter dix participants. On a demandé à au moins deux fournisseurs de services d’aider au recrutement de participants pour tous les groupes de discussion (chacun des fournisseurs a reçu 75 $ pour chaque groupe de cinq participants recrutés). Les participants ont reçu une rétribution de 50 $ pour compenser les dépenses engagées en raison de leur participation (p. ex. garde d’enfants, transport, stationnement).GGI a préparé un guide plus ou moins structuré pour les modérateurs de groupes de discussion permettant au modérateur de poser des questions qui font la transition entre un sujet et le suivant.

Sondage auprès des fournisseurs de services

Afin d’évaluer la pertinence, le succès, la conception et l’exécution continus du Programme d’accueil, on a effectué un sondage téléphonique auprès de tous les fournisseurs de services offrant le programme. On a communiqué avec tous les fournisseurs de services actuels (c.-à-d. ceux qui ont signé une entente de contribution pour l’exercice financier 2004—2005). GGI a obtenu les réponses de 29 des 33 personnes indiquées par CIC (ce qui représente un taux de réponse de 88 pour cent).

Avant de commencer le travail sur le terrain, on a envoyé une lettre à tous les répondants éventuels de l’échantillon pour expliquer les objectifs de l’étude, les détails du sondage et les délais fixés.

On a appelé les répondants éventuels pour vérifier s’ils voulaient participer à une entrevue téléphonique. Le cas échéant, on demandait au répondant de faire tout de suite l’entrevue téléphonique. Si le moment n’était pas bien choisi, l’interviewer de GGI prenait rendez-vous pour rappeler à un autre moment et faire l’entrevue.

Avant de déclarer que des répondants éventuels n’avaient pas répondu, on les a tous appelés jusqu’à cinq fois. On a appelé les fournisseurs de services à différents jours et à différentes heures pendant une journée ouvrable (selon leur fuseau horaire) pour faire en sorte de ne pas les appeler toujours à la même heure chaque jour. Toutes les entrevues téléphoniques se sont déroulées à l’aide de systèmes d’interview téléphonique assistée par ordinateur (ITAO). Les entrevues se déroulaient dans la langue officielle choisie par le répondant. La durée moyenne des entrevues était de 20 à 30 minutes pour la partie du questionnaire concernant le Programme d’accueil.

Études de cas sur les pratiques novatrices

Deux études de cas sur des pratiques novatrices dans la prestation du Programme d’accueil ont été menées (elles se déroulent encore dans certains cas). Les études suivantes ont été choisies :

  • Mentorat d’affaires (Atlantique);
  • Cercles de conversation (Ontario).

Chaque étude de cas comportait un examen des documents et jusqu’à deux entrevues. Pour chacune des études, on a analysé les facteurs qui font que le projet ou le cas est une pratique novatrice et la façon dont cette pratique pourrait s’appliquer à un contexte plus large et dans différentes compétences. Une courte (de trois à quatre pages) description des études de cas a été rédigée, incluant des conclusions sur les possibilités d’application à plus grande échelle du projet (voir l’annexe C).

 

Date de modification :