Évaluation du Programme d’accueil

1.0  Introduction

1.1 Contexte de l’évaluation

La mission de Citoyenneté et Immigration Canada est de bâtir un Canada plus fort en :

  • facilitant la migration de résidents temporaires et permanents pour répondre aux besoins sociaux, économiques et culturels des collectivités de l’ensemble du pays;
  • contribuant à la gestion des migrations internationales, notamment à la protection des réfugiés;
  • sélectionnant les nouveaux arrivants pour aider à assurer la santé et la sécurité des Canadiens;
  • facilitant l’intégration des nouveaux arrivants;
  • faisant la promotion de la citoyenneté canadienne.

Pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants, CIC finance et administre trois programmes d’établissement (visant les immigrants et les réfugiés) et un programme de réétablissement (visant uniquement les réfugiés). Ces programmes et leurs objectifs sont :

  • Programme d’accueil – Le Programme d’accueil aide les immigrants à surmonter le stress lié à l’adaptation à un nouveau pays. Des bénévoles connaissant bien le mode de vie canadien aident les nouveaux arrivants à se familiariser avec les services offerts et à y avoir recours, à pratiquer le français ou l’anglais, à se faire des connaissances dans leur domaine de travail et à participer aux activités de leur collectivité. De leur côté, les bénévoles canadiens se familiarisent avec de nouvelles cultures, d’autres pays et différentes langues; ils se font de nouveaux amis et contribuent à l’essor de leur collectivité.
  • Programme d’établissement et d’adaptation des immigrants (PEAI) – Le PEAI contribue à l’établissement et à l’intégration des immigrants en finançant des fournisseurs de services afin d’offrir directement des services aux immigrants, par exemple, des services d’accueil, d’orientation, de traduction, d’interprétation, d’aiguillage vers les ressources de la localité, de conseils axés sur la recherche de solution, de renseignements généraux, ainsi que des services liés à l’emploi, et afin de fournir des services indirects visant à améliorer les services d’établissement, par exemple, des ateliers, des projets de recherche ou des programmes de formation pour les employés.
  • Cours de langue pour les immigrants au Canada (CLIC) – Les CLIC facilitent l’intégration sociale, culturelle et économique des immigrants et des réfugiés adultes qui arrivent au Canada. Dans le cadre de ces cours, les nouveaux arrivants reçoivent également des informations qui les aideront à comprendre le mode de vie canadien et, ainsi, à devenir au plus tôt des membres actifs de la société canadienne. Les services indirects fournis par l’intermédiaire de l’Aide à l’exécution forment une autre composante des CLIC. Ces services visent à améliorer la prestation du programme et comprennent, entre autres, l’élaboration de programmes d’enseignement, des ateliers et la mise au point d’outils pour la prestation du programme.
  • Programme d’aide au réétablissement (PAR) – La prestation du PAR comporte deux grands volets : 1) soutien du revenu des réfugiés parrainés par le gouvernement (RPG) pouvant aller jusqu’à douze mois (administré et offert par CIC); 2) services aux RPG dans les quatre à six premières semaines dont, l’accueil au point d’entrée, l’hébergement temporaire, l’orientation et l’information, l’aide pour trouver un logement permanent et les demandes à des programmes obligatoires du gouvernement, l’évaluation et les recommandations (ces services sont offerts par des fournisseurs de services).

Les dépenses réelles au cours de l’exercice financier 2003-2004 pour ces quatre programmes étaient les suivantes [note 1] :

  • 2,9 M$ pour le Programme d’accueil;
  • 36,7 M$ pour le Programme d’établissement et d’adaptation des immigrants (PEAI);
  • 92,7 M$ pour le programme de Cours de langue pour les immigrants au Canada (CLIC);
  • 40,4 M$ pour le Programme d’aide au réétablissement (PAR).

CIC gère directement trois programmes de rétablissement par le truchement de l’Administration centrale et de ses bureaux régionaux dans sept provinces et territoires. Les fournisseurs de services (FS) reçoivent le financement et offrent les services au niveau de la collectivité. Au Québec (aux termes de l’Accord Canada-Québec de 1991), au Manitoba et en Colombie-Britannique (aux termes d’accords sur l’immigration), les gouvernements provinciaux reçoivent les paiements de transfert de CIC afin de gérer et d’offrir des programmes d’établissement comparables. CIC administre les programmes d’établissement offerts par les FS dans toutes les provinces, sauf au Québec.

1.2 Description du Programme d’accueil [note 2]

Le Programme d’accueil est fondé sur le bénévolat et le jumelage. La première activité principale du fournisseur de services est de trouver, d’informer, de présélectionner et d’évaluer des bénévoles potentiels. Ces derniers doivent participer à une séance d’information, soit avant ou après leur demande formelle de participation au programme en qualité d’hôte. Pendant la séance d’information, les hôtes potentiels obtiennent de la documentation sur la nature du programme et des renseignements sur les attentes des bénévoles. Ensuite, les bénévoles potentiels sont sélectionnés selon leurs dispositions à devenir hôtes; on note leurs intérêts et on vérifie leurs références.

Les fournisseurs de services (FS) soutiennent les clients et les bénévoles par des visites, des appels téléphoniques et des bulletins. Les bénévoles du Programme d’accueil obtiennent une formation plus poussée pour être en mesure de mieux aider les nouveaux arrivants. Ils reçoivent entre autres de l’information sur les difficultés du processus d’établissement, les questions de sensibilité culturelle, l’aide à la résolution des conflits, les façons de travailler avec les nouveaux arrivants, plutôt que de travailler pour eux et, enfin, les façons d’aborder les questions qu’ils soulèvent. Cette formation peut être offerte de façon officielle, lors d’ateliers ou de façon plus officieuse, par un contact régulier avec les fournisseurs de services.

Lorsque des clients potentiels communiquent avec un fournisseur de services pour participer au programme, on leur demande également de remplir un formulaire de demande et de se soumettre à une entrevue avec un représentant du fournisseur de services. Ils font ensuite l’objet d’un contrôle d’admissibilité et de références, dans la mesure du possible. On renseigne ensuite les clients sur la nature du programme et sur ce à quoi ils doivent s’attendre de leur hôte et, inversement, sur ce que l’on attend d’eux.

Quand les processus de présélection et de sélection sont achevés, le fournisseur de services procède au jumelage des nouveaux arrivants et des bénévoles qui, une fois jumelés, déterminent ensemble les activités auxquelles ils participeront. La nature des jumelages et la gamme des activités menées dans le cadre de ce programme sont très variées, mais les fournisseurs de services insistent pour que les activités ne soient pas liées à l’emploi. Dans certains cas, le jumelage est de court terme et vise à combler un besoin précis comme l’orientation d’un nouvel arrivant vers un service ou, encore, la transmission d’une compétence en particulier. Dans d’autres cas, probablement dans la plupart des cas, le jumelage est à long terme et peut porter sur une série d’activités sociales (p. ex. rencontres autour d’un café, accueil du nouvel arrivant au domicile du bénévole du Programme d’accueil, participation aux activités communautaires, tutorat pour l’enseignement des langues et appui au nouvel arrivant dans les tâches d’établissement).

Les jumelages ne se font pas tous nécessairement de famille à famille ou de personne à personne. De plus en plus, le Programme d’accueil voit au jumelage des nouveaux arrivants, avec un bénévole ou plus, comme dans les cercles de conversation ou les clubs de devoirs.

1.3 Portée et objectifs de l’évaluation

Cette évaluation fait partie de la mise en oeuvre de l’évaluation du Cadre d’imputabilité pour les programmes de contributions (CIPC) des programmes d’établissement et de réétablissement. Jusqu’à présent, on a terminé les évaluations du PAR et des CLIC. L’objectif de la tâche actuelle est d’effectuer l’évaluation du Programme d’accueil. Une évaluation distincte du Programme d’établissement et d’adaptation des immigrants a été  entreprise parallèlement de façon à réduire au minimum le fardeau imposé aux répondants potentiels.

L’évaluation du Programme d’accueil est axée exclusivement sur les services gérés directement par CIC. Elle ne comprend pas les ententes signées entre le gouvernement fédéral et certaines provinces (c.-à-d. le Québec, le Manitoba et la Colombie-Britannique) pour la prestation de services d’établissement.

L’évaluation du Programme d’accueil sert à fournir des preuves pour répondre aux questions liées à quatre enjeux principaux d’évaluation :

  • Raison d’être du programme : Dans quelle mesure le programme demeure-t-il adapté aux priorités du gouvernement du Canada et aux besoins des nouveaux arrivants?
  • Prestation du programme : La conception et la prestation du programme sont-elles appropriées?
  • Efficacité et efficience : Dans quelle mesure le programme utilise-t-il les méthodes les plus appropriées, les plus efficaces et les plus économiques pour atteindre ses objectifs?
  • Succès : Dans quelle mesure le programme a-t-il réussi à atteindre ses résultats visés?

1.4 Aperçu de la méthodologie et mises en garde

On peut trouver une présentation plus détaillée de la méthodologie à l’annexe A et les outils de collecte sont indiqués sous pli séparé. La collecte de données pour cette évaluation a duré environ six semaines, du 19 juillet au 31 août 2004. Au cours de cette période, Goss Gilroy Inc. (GGI) a procédé à :

  • un examen des données et des documents – GGI a examiné les rapports disponibles, les sites Web et les rapports de données tirées de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC) et de la Base de données sur les immigrants (BDIM);
  • dix-huit entrevues avec des informateurs principaux représentant Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) – GGI a effectué des entrevues avec six représentants de l’Administration centrale et douze représentants des bureaux régionaux ou locaux de CIC;
  • neuf entrevues avec des informateurs principaux représentant des fournisseurs de services (FS) – On a invité ces fournisseurs de services à participer à une entrevue ayant pour but d’examiner certaines questions de façon plus approfondie : la pertinence, la conception, le succès général de ce programme, ainsi que ses solutions de rechange;
  • deux entrevues avec des informateurs principaux représentant des intervenants – les intervenants étaient représentatifs d’organisations-cadres chapeautant les organismes qui offrent des services aux nouveaux arrivants. On leur a demandé de formuler des commentaires généraux sur la pertinence, la conception et le succès de ce programme, ainsi que sur ses solutions de rechange;
  • cinq groupes de discussion composés de 51 clients au Programme d’accueil ont eu lieu à Halifax (n=1), à Toronto (n=2), à Ottawa (n=1) et à Calgary (n=1) – La discussion du groupe à Ottawa s’est déroulée en français. Une des discussions de groupe à Toronto s’est déroulée avec des jeunes. On a demandé à au moins deux fournisseurs de services dans chacune des villes de recruter des participants. Les participants représentaient une variété de caractéristiques démographiques, d’horizons ethniques et de langues. Chaque groupe comptait jusqu’à dix participants qui ont reçu une rétribution de 50 $ (les jeunes ont reçu 20 $ et un certificat cadeau pour une pizza);
  • quatre groupes de discussion composés de 46 bénévoles du Programme d’accueil ont eu lieu à Halifax (n=1), à Toronto (n=1), à Ottawa (n=1) et à Calgary (n=1) – La discussion du groupe à Ottawa s’est déroulée en français. Quant aux groupes de discussion composés de clients, on a demandé à au moins deux fournisseurs de services dans chacune des villes de recruter des participants. Chaque groupe comptait jusqu’à dix participants qui ont reçu une rétribution de 50 $;
  • un sondage téléphonique auprès de 29 fournisseurs de services offrant le Programme d’accueil (ce qui représente un taux de réponse de 88 pour cent) – On a d’abord envoyé une lettre à tous les fournisseurs de services qui ont reçu du financement pour le Programme d’accueil au cours de l’exercice financier 2004—2005, on les a ensuite appelés et invités à participer à une entrevue téléphonique. Les participants pouvaient remplir le sondage dans l’une ou l’autre des langues officielles. Avant de déclarer que des répondants éventuels n’avaient pas répondu, on les a appelés jusqu’à cinq fois. La durée moyenne des entrevues était de 20 à 30 minutes;
  • deux études de cas sur les pratiques innovatrices : le mentorat d’affaires et les cercles de conversation – Les études de cas permettent d’analyser les facteurs qui font que le projet ou l’étude de cas est une pratique innovatrice et la façon dont cette pratique pourrait s’appliquer à un contexte plus large et dans différentes compétences. Pour chaque étude de cas, GGI a effectué jusqu’à deux entrevues et un examen des documents (lorsque c’était offert).

Les noms des informateurs principaux et les détails sur les groupes de discussion sont présentés à l’annexe B. Les résultats des études de cas sur les pratiques novatrices figurent à l’annexe C et sont intégrés tout au long du  rapport, s’il y a lieu.

Les résultats du présent rapport devraient être interprétés en tenant compte de ce qui suit :

  • Le conseiller n’a reçu aucune donnée (pour appuyer ou expliquer les résultats mentionnés par les informateurs principaux ou les répondants au sondage) en ce qui concerne le nombre de nouveaux arrivants qui utilisent les programmes, le genre de nouveaux arrivants qui les utilisent, les programmes le plus souvent utilisés par les nouveaux arrivants et la durée d’utilisation [note 3]. Cette situation limite sérieusement la mesure à laquelle cette évaluation permettra de tirer des conclusions et de faire des recommandations puisque la plupart des résultats sont axés sur des opinions et ne sont pas définis dans le contexte des chiffres réels associés à la prestation des services.
  • Les constatations liées aux résultats pour les clients sont limitées à celles qui ont été glanées ici et là dans les groupes de discussion. De plus, on a demandé l’opinion des fournisseurs de services quant aux résultats pour le client. La conception de l’évaluation ne comprenait pas un sondage des clients en raison de contraintes de financement et de temps. Ainsi, même si les résultats liés aux résultats ont été indiqués, on ne sait pas encore très bien dans quelle mesure ils représentent la clientèle du Programme d’accueil.
  • Bien qu’un taux de réponse de 88 pour cent à un sondage téléphonique soit assez bon, il aurait probablement pu être meilleur si l’évaluation avait été faite à un moment autre qu’au cours de l’été.
  • Toute évaluation de l’un des programmes d’établissement nationaux de CIC doit reconnaître les différents rôles de l’Administration centrale et des régions en matière de prestation de ces programmes. Puisque la portée de l’évaluation était nationale et ne comprenait pas les aspects ou les questions d’évaluation relatives à la façon dont les régions attribuent leurs fonds, la façon dont les régions et les bureaux locaux interagissent avec les fournisseurs de services ou la façon dont les régions prennent des décisions concernant la prestation de leurs programmes, les recommandations de l’évaluation nationale n’aborderont pas ces questions.

1.5 Structure du rapport

Plutôt que de présenter un rapport d’évaluation conventionnel organisé selon les principales questions de l’évaluation, nous avons opté pour une approche plus stratégique. Cette approche permet de présenter les résultats de l’évaluation par thème ou par résultat principal. On s’attend non seulement à ce que cette approche donne lieu à un rapport plus concis et direct, mais également à ce que l’organisation par thèmes serve mieux la prise de décisions concernant le programme. De plus, on pense que la présentation par thèmes principaux permettra d’effectuer une transition sans problèmes vers les recommandations. Voici les thèmes mentionnés dans ce rapport :

  • la pertinence du modèle actuel de prestation;
  • le succès général du programme;
  • la pertinence de la capacité et les lacunes dans les services.

Cependant, afin d’assurer une couverture complète des enjeux d’évaluation, la section 5 contient un résumé des constatations par question d’évaluation. Cette section est articulée autour des quatre enjeux traditionnels d’évaluation. Les défis sont présentés à la section 6 et les recommandations à la section 7. Si le lecteur désire connaître les enjeux et les questions d’évaluation, ils sont présentés à l’annexe D.

____________

1. Du Rapport ministériel sur le rendement (RMR) de CIC pour la période prenant fin le 31 mars 2004.

2. RealWorld Systems, Cadre d’évaluation des programmes d’établissement, 3 mai 2004.

3. CIC collecte des données par le truchement du Système de mesure pour la reddition de comptes concernant les programmes de contributions de l’immigration (iSMRP) depuis janvier 2004. Les données n’étaient toutefois pas disponibles au moment de l’évaluation.

 

Date de modification :