Évaluation du Programme d’accueil

5. Conclusions

Justification

Les immigrants sont confrontés à une gamme de difficultés qui influent leur capacité de s’établir, de s’adapter et de s’intégrer pleinement dans une nouvelle société. À l’intérieur de toute société, la capacité de fonctionner et de participer requiert la compréhension des règles et des normes, à la fois écrites et non écrites, qui orientent le comportement des gensNote de bas de page 32 Bien qu’il soit possible d’acquérir une certaine compréhension culturelle dans une salle de classe et grâce à des manuels scolaires, les échanges informels et personnels se sont avérés être un moyen essentiel pour le transfert culturel et le développement du capital socialNote de bas de page 33.

Le Programme d’accueil est pertinent, car il vise à combler deux besoins essentiels chez les nouveaux arrivants : connaître suffisamment le contexte canadien et rompre leur isolement (qui inclut le réseautage, ainsi que le développement des compétences linguistiques). Le Programme adopte une approche singulière en se fondant sur le modèle d’un échange bidirectionnel entre les nouveaux arrivants et les Canadiens afin d’appuyer l’établissement et l’adaptation, de créer et d’utiliser des réseaux et enfin de faciliter l’apprentissage et l’acceptation à la fois chez les nouveaux arrivants et chez les Canadiens. Il n’existe aucun autre programme dans le portefeuille de CIC, et très peu de programmes externes, qui sont conçus pour créer des réseaux sociaux afin d’enrichir l’expérience des nouveaux arrivants de cette manière. De plus, la demande de ce programme est forte chez un vaste éventail d’intervenants qui le perçoivent comme étant pertinent. Les buts du Programme d’accueil sont également liés aux rôles et aux responsabilités de CIC, en particulier en ce qui a trait à la mission du Ministère, à ses objectifs stratégiques et à ses engagements au titre de la LIRP ainsi qu’à la politique et à la législation fédérales sur le multiculturalisme.

Mise en œuvre

Les fournisseurs de services s’adonnent à plusieurs activités pour appuyer l’exécution du Programme. Le recrutement, l’évaluation, la préparation et le soutien des participants fonctionnent bien, par contre, il y a des possibilités d’amélioration. Bien que les FS se soient lancés dans une promotion plus officielle du Programme (c.-à-d. présentations, brochures, etc.), il n’est pas clair, à ce jour, comment ces efforts ont influencé la participation au Programme. L’information de la part d’amis et de la famille ainsi que l’aiguillage de la part d’autres organisations sont les deux façons les plus courantes grâce auxquelles les clients ont été mis au courant du Programme. Un trop grand recours à la promotion informelle par opposition à des méthodes formelles a provoqué des malentendus au sujet des objectifs et de l’objet du Programme chez les clients et les bénévoles. De plus, il se peut que la promotion informelle ne soit pas efficace pour des FS qui commencent à peine à exécuter le Programme. Quant à la formation des bénévoles et à l’orientation des clients potentiels, les deux groupes ont affirmé avoir besoin d’un processus de préparation plus complet affin d’assurer que les bénévoles et les nouveaux arrivants aient des attentes claires et raisonnables au sujet de leur participation au Programme. À cela, pourrait s’ajouter une formation supplémentaire destinée aux bénévoles afin d’appuyer leur perfectionnement continu. La majorité des jumelages ont été complétés avec succès. De plus, les activités réunissant les bénévoles et les nouveaux arrivants correspondaient aux besoins particuliers des nouveaux arrivants. Cependant, il semble qu’un des obstacles à la participation au Programme était de trouver un partenaire approprié (le quart des jumelages a nécessité un rejumelage).

Résultats

Les objectifs du Programme d’accueil s’harmonisent étroitement à ses trois résultats prévus : l’établissement, le réseautage et l’échange bidirectionnel. Les résultats liés à l’établissement démontrent que les participants sont parvenus à mieux comprendre la société canadienne, étaient moins stressés par rapport à leur établissement, étaient plus confiants et connaissaient davantage les services et les ressources leur permettant d’être plus indépendants. L’amélioration de leur connaissance de la langue était toutefois la répercussion la plus prononcée du Programme (73 % des clients ont dit que c’était là une grande répercussion). Comme les besoins langagiers étaient la principale motivation d’adhérer au Programme d’accueil, cette constatation montre que le Programme répond effectivement aux besoins des clients. Ceci mérite d’être remarqué, puisque le Programme d’accueil, contrairement au Cours de langue pour les immigrants au Canada, n’est pas conçu expressément pour promouvoir le perfectionnement des compétences linguistiques. Certains clients perçoivent les possibilités de conversations informelles que leur offre le Programme d’accueil comme un complément ou alternative à la formation linguistique officielle.

Le Programme a permis d’élargir les réseaux sociaux des clients et des bénévoles. Il y a également des preuves que ces liens sociaux ont persisté au-delà de la durée de la participation des clients au Programme. Bien que les clients aient souvent reçu de l’aide dans leur recherche d’emploi, par exemple pour trouver des débouchés, rédiger leur curriculum vitæ et se préparer à des entrevues, la mesure dans laquelle ils ont pu développer des réseaux professionnels et accroitre les possibilités d’emploi était moins évidente.

Le Programme a eu des répercussions à la fois sur les clients et les bénévoles, en les sensibilisant davantage aux autres cultures et en leur permettant de mieux les accepter. Il a également permis aux bénévoles de mieux comprendre les contributions qu’apportent les immigrants au Canada et les difficultés auxquelles ces derniers sont confrontés.

Conception

Le Programme d’accueil a subi plusieurs changements dans les dernières années, les plus importants étant le financement quintuplé entre 2004-2005 et 2008-2009, l’augmentation du nombre d’organisations exécutant le Programme, la multiplication des activités de groupe et la réorganisation du Programme dans le cadre de l’approche modernisée de CIC.

Dans l’ensemble, la conception du Programme d’accueil a réussi à soutenir les progrès vers la réalisation de ses objectifs, mais il existe quelques domaines susceptibles d’être améliorés. Tous les intervenants ont convenu que la promotion que fait CIC du Programme d’accueil est déficiente (certains fournisseurs de services ne connaissaient pas le matériel de promotion de CIC).

La plupart des FS reconnaissent que la conception du Programme d’accueil a réussi à faire en sorte qu’il puisse répondre aux besoins des nouveaux arrivants. De plus, la plupart des employés et des directeurs des FS admettent que les objectifs généraux, les structures, les rôles et les responsabilités du Programme d’accueil sont clairs. Cependant, les FS indiquent également ne pas avoir une compréhension claire de certains détails des aspects opérationnels du Programme d’accueil. Par exemple, beaucoup d’entre eux constatent l’absence de directives claires au sujet des services standardisés qu’ils doivent offrir et de la durée du soutien accordé aux jumelages. Les FS ont également mentionné qu’ils auraient avantage à avoir plus de directives au sujet de la durée des services, de la durée limite de différents services et de la prestation de services à des clients comme des jeunes. Souvent, les nouveaux arrivants ne savent pas très bien ce que le Programme peut et ne peut pas faire pour eux. Enfin, les bénévoles ont besoin de plus d’éclaircissements sur le rôle qu’ils jouent dans le Programme, particulièrement pour les domaines concernant l’aide aux clients dans leur recherche d’emploi et le réseautage social. Le Programme aurait avantage à mieux définir et communiquer ses objectifs, sa portée ainsi que les rôles et responsabilités de chaque groupe d’intervenants.

Critères d’admissibilité

Certains FS considèrent que les critères limités d’admissibilité aux programmes de CIC sont un inconvénient du Programme d’accueil, car ils excluent les demandeurs d’asile, les travailleurs temporaires, les étudiants étrangers et les citoyens canadiens naturalisés. Cette admissibilité réduite diminue la capacité des FS de fournir des services à tous les nouveaux arrivants dans le besoin qui les sollicitent (y compris les résidents permanents et temporaires). De plus, le fait de limiter l’admissibilité à trois ans (ou jusqu’au moment où le client obtient sa citoyenneté canadienne) a été soulevé comme étant un problème, car les clients peuvent avoir encore des besoins, surtout en ce qui concerne leur adaptation et leur intégration, qui peuvent prendre des dizaines d’années à réaliser.

Portée

Bien que l’évaluation précédente recommande d’accroître la portée du Programme, le nombre de clients ainsi que le nombre de bénévoles sont restés relativement stables au cours des années visées par l’évaluation. Les activités qui se sont multipliées sont celles liées aux efforts de promotion des FS et celles liées aux activités de groupe. Or, cette stratégie n’a pas réussi à augmenter le nombre de clients. Cependant, étant donné les contraintes liées à l’iSMRP, il se peut que le nombre de clients ayant obtenu des services soit plus élevé que celui inscrit dans le Système.

Augmenter le recours aux activités de groupe

Le nombre et la diversité des activités de groupe ont considérablement augmenté au cours des 10 dernières années. Bien que conçu à l’origine comme un programme de jumelage, avec des jumelages individuels et familiaux destinés à favoriser des contacts avec les Canadiens, il se peut que l’importance de plus en plus grande accordée aux activités de groupe oriente le Programme vers un processus à voies multiples à l’intérieur duquel les nouveaux arrivants interagissent avec d’autres nouveaux arrivants. Un modèle d’échanges multiples est susceptible d’appuyer un apprentissage interculturel plus grand, les nouveaux arrivants et les bénévoles étant exposés à d’autres nouveaux arrivants (ayant des antécédents différents); cependant, il se peut qu’il y ait moins de relations individuelles avec des Canadiens de longue date, d’où un moins grand accès pour les immigrants au réseau de bénévoles et à leurs connections. Selon les objectifs, les besoins et la personnalité des clients, il se peut que les activités individuelles ou les activités de groupe leur conviennent mieux. Les activités individuelles et les activités de groupe ont toutes les deux leurs points forts et leurs lacunes. Mais malgré cela, les activités les plus populaires sont celles qui offrent l’occasion de converser, peu importe qu’elles se produisent en tête-à-tête ou en groupe. La tendance vers des activités de groupe pourrait être examinée d’avantage afin de mieux comprendre les avantages et les inconvénients possibles associés à chaque méthode de prestation.

Coût-efficacité

Pendant les années visées par l’évaluation, le budget du Programme d’accueil a augmenté d’un facteur de 3,6. Les dépenses n’ont pas pu suivre le rythme de la croissance, car pendant deux ans une partie des fonds admissibles n’a pas été utilisée (2006-2007, 2007-2008). En 2008-2009, les dépenses ont devancé le budget, ce qui semble indiquer qu’il a fallu du temps pour accroître la capacité du secteur de l’établissement d’exécuter le Programme.

Comme le budget et les dépenses ont augmenté et que le nombre des clients ainsi que les services sont restés relativement stables, le coût par client a régulièrement augmenté. De plus, les preuves indiquent également que le ratio d’optimisation des ressources par rapport aux dépenses a diminué. D’après ces deux indicateurs, il se peut que le Programme soit devenu moins efficace à exécuter. Cependant, étant donné les contraintes de l’iSMRP, il faut interpréter avec prudence toute conclusion liée à cet aspect.

Surveillance et reddition de comptes

CIC a investi dans le développement d’un système de surveillance, le Système de mesure pour la reddition de comptes concernant les programmes de contributions de l’immigration - iSMRP. Ce système se concentre sur la collecte de données sur les clients et les services fournis. D’après les constatations de l’évaluation, trois grands problèmes se posent concernant l’iSMRP.

  1. Il se peut que le type d’information que l’iSMRP est censé recueillir pour le Programme d’accueil ne soit pas utile pour les décideurs. Par exemple, l’iSMRP recueille de l’information sur le nombre de jumelages qui ont été établis, mais est incapable d’indiquer combien de clients ont été jumelés. De plus, le Système ne recueille pas de données sur le nombre d’heures que les bénévoles ou les animateurs de groupe ont passées avec leurs clients. Il ne recueille pas actuellement d’information sur le type d’activités de groupe organisées.
  2. Les données dans l’iSMRP sont incomplètes, car environ le quart (23 %) de tous les fournisseurs de services ne produisent pas de rapport (ce qui représente 10 % du budget total du Programme).
  3. Dans des groupes de discussion, plusieurs fournisseurs de services ont indiqué qu’ils utilisent effectivement l’iSMRP mais qu’ils ne sont pas sûrs de l’utiliser correctement.

Ces problèmes réduisent tous la fiabilité et la facilité d’emploi de l’iSMRP pour la surveillance, l’évaluation et la prise de décisions. De plus, CIC n’a pas de système ni d’approche pour recueillir les données sur les résultats, d’où la difficulté de démontrer les réalisations du Programme d’accueil. D’autres efforts sont nécessaires pour établir des moyens de mesures afin de recueillir de l’information sur les résultats.

Date de modification :