Évaluation formative de la Semaine de la citoyenneté du Canada

Sommaire exécutif

Le thème de la Semaine de la citoyenneté du Canada est Le Canada : un pays pour nous tous! Il vise à inviter tous les Canadiens à réfléchir sur la valeur de la citoyenneté, sur ce que signifie le fait d’être canadien, ainsi que sur les droits, privilèges et responsabilités de la citoyenneté.

De 1993 à 1999, Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) formait un partenariat avec le ministère du Patrimoine du Canada et la Fondation du patrimoine pour organiser la Semaine de la citoyenneté et du patrimoine en février. En 2000, dans le but de faire porter l’attention sur des thèmes liés à la citoyenneté et à l’immigration, CIC a assumé l’entière responsabilité de la semaine, l’a rebaptisée Semaine de la citoyenneté du Canada (SCC) et l’a déplacée de février à octobre.

Le programme des activités de la semaine incombe à l’unité de Promotion de l’intégration (PI) de la Direction générale de l’intégration et au personnel régional de CIC de partout au pays. Comptant un budget de 300 000 dollars pour la SCC, la PI en consacre 38 p. 100 à un guide d’activités pour les enseignants et les responsables de jeunes, 18 p. 100 aux frais de diffusion, 15 p. 100 aux produits connexes et 29 p. 100 à l’impression et aux autres frais de matériel.

Le programme a mis au point une trousse d’activités pour toute l’année, visant les élèves de 5e et 6e années. Cette trousse est offerte aux enseignants et aux responsables de jeunes des niveaux primaire, intermédiaire et début du secondaire. Elle touche diverses matières, comporte un guide d’activités, une affiche et un exemplaire de Conte-moi ta vie. Le guide présente des activités conçues pour favoriser la connaissance de soi et amener les jeunes à communiquer entre eux, avec leur collectivité et leur pays. D’autres éléments importants de cet effort qui vise à améliorer la compréhension de la valeur de la citoyenneté canadienne sont les cérémonies de la citoyenneté, alors que les nouveaux arrivants au Canada prêtent le serment de citoyenneté et deviennent citoyens canadiens, ainsi que les cérémonies de réaffirmation, où des Canadiens réaffirment leur citoyenneté en prononçant le serment de citoyenneté. Par le passé, on a aussi assisté à des remises de certificats du mérite civique. Bien que la Semaine de la citoyenneté vise principalement les jeunes enfants, les messages qu’elle véhicule s’adressent à tous les Canadiens. Tout en mettant l’accent sur la programmation d’activités pour la SCC (une période d’une semaine), la PI est consciente du fait que l’objectif n’est pas limité dans le temps et elle conçoit son matériel de manière à ce qu’il puisse être utile toute l’année.

Résultats

La Semaine de la citoyenneté du Canada n’est pas qu’une semaine. Nous le rappelons pour souligner que l’évaluation de la SCC ne peut pas se faire séparément. La Semaine de la citoyenneté constitue un élément important de la Promotion de l’intégration avec laquelle elle partage des objectifs communs. Tous les documents, articles, activités et messages importants associés à la SCC sont utiles et disponibles à longueur d’année. La SCC n’est qu’une semaine conçue pour avoir une plus grande visibilité que la majeure partie du reste de l’année.

Ils serait possible de mieux intégrer la prestation des programmes avec les régions et les Communications stratégiques (CS). Une plus grande intégration permettrait d’accroître le caractère déjà positif des communications ouvertes, une volonté de partager des plans et un sens de la coopération parmi tous les principaux acteurs qui ont participé à la SCC et elle se traduirait probablement par une plus grande coordination et davantage de synergie.

Nous avons interviewé un petit nombre d’enseignants et de responsables de jeunes qui reçoivent le guide d’activités. Selon eux, les activités présentées dans le guide sont utiles en classe et pour les responsables de jeunes. Ils ont déclaré que le guide d’activités est bien écrit, concis et rempli d’activités utiles. Ils sont aussi très positifs en ce qui a trait au reste du matériel, comme les drapeaux, les affiches et les arbres généalogiques. Mais cette constatation est limitée par des contraintes géographiques et de calendrier, puisque l’on n’a téléphoné qu’à des enseignants et à des responsables de jeunes de deux villes de la même région.

Une analyse des processus opérationnels de la SCC indique que les procédures sont complètes et prometteuses en ce qui concerne la réalisation des objectifs de la Semaine. Les objectifs organisationnels et de distribution semblent atteints. Cependant, l’effet de rétroaction de la mesure du rendement semble déficient. Nous ne tenons pas de statistiques élémentaires sur la «participation»pour comparer les marchés cibles avec les commandes réelles et l’utilisation véritable du matériel. Un calcul manuel de la participation à Ottawa et à Gatineau (où ont eu lieu les interviews des enseignants) a révélé que la participation dans les deux villes est d’environ 20 %. Ce résultat est peut-être satisfaisant, mais on ne peut justifier un tel jugement en l’absence de normes.

Conclusions

Le Ministère doit assurer un suivi de la participation échelonné sur une durée indéterminée pour pouvoir utiliser les changements aux fins d’évaluation.

L’élaboration d’un nouveau guide d’activités chaque année entraîne l’abandon des activités réussies auparavant et en présente de nouvelles chaque année. On devrait envisager un format qui conserve des activités d’une année à l’autre. Entre autres possibilités, citons un format de présentation qui favorise certaines activités, au lieu d’un livret annuel axé, limité et intégré, que les activités soient présentées sur un site Web ou en copie papier.

Les enseignants et responsables de jeunes demandent que le guide d’activités en particulier, et le reste du matériel, soient distribués durant les deux premières semaines de septembre, ainsi qu’à d’autres périodes de l’année. Le début de septembre est la période durant laquelle les enseignants et responsables de jeunes planifient les dix prochains mois.

Toute évolution qui tend à faire que ce matériel soit officiellement reconnu par les spécialistes de l’éducation et les dirigeants des programmes des guides et des scouts sera avantageuse. Les enseignants et responsables de jeunes qui utilisent le matériel le jugent valable et certains d’entre eux ont spontanément proposé un lien plus étroit avec les conseillers en élaboration de programmes de cours.

Date de modification :