Code vestimentaire pour les cérémonies de citoyenneté

Cette section contient des politiques, des procédures et des instructions destinées au personnel d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Elle est publiée sur le site Web du Ministère par courtoisie pour les intervenants.

Juges de la citoyenneté

Les juges de la citoyenneté doivent se reporter au Manuel à l’intention des juges pour consulter le code vestimentaire complet.

Les juges de la citoyenneté qui sont récipiendaires de l’Ordre du Canada, de l’Ordre du mérite militaire, de la Croix de Victoria ou de l’Ordre royal de Victoria peuvent porter leurs épinglettes, leurs médailles et leurs insignes de manière à ce qu’ils soient visibles.

Greffiers

Le greffier de la cérémonie porte une toge noire et le jabot blanc d’avocat pour toutes les cérémonies. La veste ou le gilet noirs n’est pas obligatoire. Aucun autre accessoire vestimentaire n’est permis.

Les frais liés à l’achat de la toge et du jabot d’avocat sont assumés par le bureau d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Sous la toge, la tenue de ville est de rigueur. Toutefois, les articles suivants sont recommandés pour les greffiers :

  • jupe ou pantalon noirs;
  • chemise blanche ou noire;
  • chaussures habillées noires à bout fermé.

La tenue de ville est de rigueur pour tous les autres employés de la citoyenneté.

Agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC)

L’agent de la GRC porte l’uniforme traditionnel, soit la tunique rouge.

Présidents de cérémonie bénévoles

Le président de cérémonie bénévole peut porter une toge noire ou un uniforme militaire (s’il est récipiendaire de l’Ordre du mérite militaire). Le bureau d’IRCC fournit au président de cérémonie bénévole une toge noire à revêtir pendant la cérémonie. Les frais liés à l’achat de cette toge sont assumés par le bureau d’IRCC.

En ce qui concerne les juges de la citoyenneté à la retraite qui ont été décorés de l’Ordre du Canada, de l’Ordre du mérite militaire, de la Croix de Victoria ou de l’Ordre royal de Victoria, il leur est permis de porter la toge noire aux revers bordeaux des juges et le jabot d’avocat blanc. Lorsqu’ils assument le rôle de président de cérémonie bénévole, ils exercent les mêmes fonctions cérémonielles que lorsqu’ils présidaient la cérémonie en tant que juges de la citoyenneté.

Un président de cérémonie bénévole doit porter ses épinglettes, ses médailles ou ses insignes de manière à ce qu’ils soient visibles.

Membres des Forces canadiennes et anciens combattants

La tenue pour la cérémonie de citoyenneté est l’uniforme des Forces canadiennes avec médailles pour le militaire en service et le blazer d’ancien combattant ou une tenue de ville avec médailles pour l’ancien combattant.

Personnel de la citoyenneté

La tenue de ville est de rigueur pour le personnel de la citoyenneté et les bénévoles à toutes les cérémonies de citoyenneté.

Durant les cérémonies d’envergure, les bénévoles et le personnel de la citoyenneté qui ne portent pas de toge doivent porter un insigne porte-nom pour s’identifier. L’insigne porte-nom devrait indiquer à quel organisme ils appartiennent. Par exemple, dans le cas d’un employé d’IRCC, l’insigne arborera l’inscription suivante : Jeanne Untel, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Dans le cas d’un bénévole, l’insigne arborera l’inscription suivante : Georges Untel, nom de la ville, Chambre de commerce.

Bénévoles

Étant donné que les bénévoles interagissent avec le public, la tenue de ville est de rigueur. Le personnel de la citoyenneté leur fournit un insigne porte-nom afin que les clients puissent les reconnaître comme étant des bénévoles.

Candidats à la citoyenneté

La cérémonie de citoyenneté est une activité distinguée et importante. Le code vestimentaire qu’il convient d’adopter est donc la tenue de ville. Les candidats peuvent porter un costume et un couvre-chef traditionnels ou religieux.

Tout fonctionnaire ou bénévole d’IRCC qui remarque un candidat ou un invité coiffé d’un chapeau décontracté doit s’adresser à cette personne avant la cérémonie afin de la prier d’enlever son chapeau. Un rappel peut être donné au cours du préambule.

À consulter

Date de modification :