ARCHIVÉ – Capital social et entrée sur le marché du travail des nouveaux immigrants au Canada

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Résumé

Dans ce document, il est question du rôle des réseaux sociaux dans les résultats économiques des nouveaux immigrants quant à la probabilité de se trouver un emploi. On tente de combler des lacunes dans la recherche actuelle en réalisant une analyse empirique des liens entre le capital social, la diversité ethnique et l’entrée sur le marché du travail d’immigrants au moyen de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC). Les chercheurs établissent des indicateurs de capital social en s’appuyant sur le concept de réseau, en utilisant de l’information unique à l’ELIC et en examinant les types de réseaux (parenté, amis, organisation) et leur contenu (étendue, diversité, densité, qualité). La présente étude explore davantage les liens existants entre ces indicateurs et la place qu’occupent, sur le marché du travail, des immigrants arrivés au Canada entre octobre 2000 et septembre 2001; une attention particulière est prêtée à l’entrée sur le marché du travail dans un contexte longitudinal, en utilisant des modèles de données recueillies au moyen d’un panel, y compris le modèle logit à effets fixes, le modèle logit à effets aléatoires, les modèles logit marginaux d’équations d’estimations généralisées (EEG) afin de contrôler l’hétérogénéité non observée. L’analyse révèle une variabilité significative quant aux réseaux sociaux existants à l’arrivée ainsi qu’au plan du capital social de toutes les classes d’immigrants et de groupes ethniques; de plus, le capital social dans son ensemble, évalué au moyen d’indicateurs variés, influe sur la probabilité de trouver du travail au cours des quatre premières années. Il est possible que, grâce à un réseau plus diversifié sur le plan ethnique, le capital social joue un rôle important pour faciliter l’assimilation économique des nouveaux immigrants en augmentant la probabilité de trouver du travail. Notamment, un réseau d’amis diversifié sur le plan des origines ethniques sera beaucoup plus favorable aux immigrants qui sont arrivés dans d’autres catégories que celle du regroupement familial, surtout aux hommes faisant partie de la catégorie des travailleurs qualifiés et aux femmes originaires des Philippines.

Date de modification :