ARCHIVÉ – Immigrants récents, immigrants antérieurs et natifs du Canada : association aux identités collectives

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Résumé

Faits saillants :

  • Les immigrants récents, les immigrants antérieurs et les natifs du Canada expriment collectivement des niveaux élevés d’identification positive comme citoyens du Canada dans son ensemble, comme citoyens de leur province ou de leur région et comme membres de leur communauté locale. Cependant, quand on examine les différences entre les trois groupes, les résultats montrent que les immigrants récents ont moins tendance à être « tout à fait d’accord » qu’ils s’associent aux diverses identités collectives canadiennes.
  • Les résultats de la régression montrent que les répondants immigrants antérieurs et immigrants récents qui s’identifient fortement à leur communauté sont beaucoup plus susceptibles de s’identifier comme des citoyens du Canada. Il semble donc que l’identification à la microcommunauté puisse avoir une influence importante sur l’identification à la macrocommunauté.
  • Les résultats indiquent que, pour les immigrants récents, la race [Note 1] est une variable importante qui semble avoir une incidence sur les profils de réponse. On constate que les Noirs sont les moins nombreux à s’identifier comme citoyens du Canada et citoyens de leur province.
  • Les résultats montrent que le revenu ne semble pas être associé au niveau auquel les répondants natifs du Canada, immigrants antérieurs et immigrants récents s’identifient comme des citoyens du Canada. Il semble donc que l’intégration économique ne joue peut‑être pas un rôle prépondérant dans l’intégration psychologique des immigrants à leur collectivité nationale.
  • Enfin, l’étude fournit également des preuves préliminaires établissant qu’il n’y a pas de contradiction entre s’identifier comme un citoyen du monde et s’identifier comme un citoyen du Canada. En fait, quand on examine la population totale de la WVS, les résultats montrent que les répondants qui s’identifient comme citoyens du monde sont beaucoup plus susceptibles de s’identifier positivement comme citoyens du Canada.
  • Le présent rapport de recherche se fonde sur les données de l’échantillon canadien (2006) de la cinquième vague de la World Values Survey (WVS – enquête mondiale sur les valeurs).
  • Les immigrants récents, les immigrants antérieurs et les natifs du Canada sont invités à dire s’ils sont tout à fait d’accord, d’accord, en désaccord ou tout à fait en désaccord avec l’énoncé suivant : « Je me considère comme… un citoyen du monde/un citoyen de l’Amérique du Nord/un citoyen du Canada dans son ensemble/un citoyen de ma province ou de ma région/un membre de ma communauté locale ». Les pourcentages des trois groupes de population sont examinés pour voir les comparaisons qu’il est possible d’établir entre les modèles d’identification des groupes.
  • Pour donner un meilleur aperçu des variables qui sont associées à la probabilité qu’un individu s’identifie comme un citoyen du Canada en particulier, nous avons procédé à des analyses de régression logistique ordonnée.

Note en bas de page

[Note 1] Bien que l’ethnicité soit la variable mesurée dans la documentation de la WVS, pour les besoins du présent document, les auteures utilisent les catégories qui reflètent la race plutôt que l’ethnicité.

Date de modification :