Sommaire

L’un des principaux objectifs de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (LIPR) consiste à soutenir l’économie et la compétitivité du Canada. C’est ce que fait le programme d’immigration du Canada en attirant de nouveaux immigrants, en les aidant à s’intégrer au marché du travail et en assurant la réussite de tous les nouveaux arrivants. Les tendances démographiques actuelles indiquent que ces nouveaux arrivants joueront un rôle de plus en plus important sur le marché du travail, ce que confirment les deux changements démographiques se profilant à l’horizon, soit le départ à la retraite de nombreux baby-boomers et un nombre limité de nouveaux travailleurs d’origine canadienne. De ce fait, les principales questions abordées dans ce document portent sur la façon dont évoluera le marché du travail canadien au cours de la prochaine décennie et le rôle que jouera le programme d’immigration dans ce contexte difficile.

Les immigrants ont été un élément important de l’offre de main-d’œuvre au cours des deux dernières décennies et ils continueront d’être une source importante de nouveaux travailleurs. Il ne faut toutefois pas sous-estimer le rôle de la population née au Canada. Ce document a pour but de déterminer la contribution des programmes d’immigration dans le contexte du marché du travail canadien dans son ensemble. Il n’est pas surprenant que les immigrants forment une proportion plus importante de l’accroissement de la population et de la main-d’œuvre, compte tenu des changements démographiques qui se produisent au Canada. Les données historiques révèlent que les gains en main-d’œuvre provenant de la population née au Canada dépassent largement les gains attribuables à l’immigration, et cette tendance devrait se maintenir dans l’avenir.

Les nouveaux résidents permanents viennent au Canada pour un certain nombre de motifs principaux (notamment pour des motifs d’ordre économique, pour rejoindre leur famille ou pour trouver refuge), mais quel que soit le motif principal de leur venue au Canada, une proportion importante des résidents permanents de chaque catégorie d’immigration entreront dans la population active. Toutefois, la participation au marché du travail et les résultats sur le marché du travail peuvent varier énormément en fonction de la catégorie, du temps passé au Canada après l’admission, des choix familiaux et d’autres caractéristiques socioéconomiques.

En plus des résidents permanents qui arrivent au Canada, il y a ici des étrangers séjournant de façon temporaire qui ont reçu un permis de travail et qui ont le droit de participer au marché du travail canadien. La principale source de ces étrangers temporaires est le Programme des travailleurs étrangers temporaires. Toutefois, d’autres étrangers (notamment des étudiants étrangers et des demandeurs d’asile) peuvent aussi présenter une demande de permis de travail pendant leur séjour au Canada. La présence de ces étrangers sur le marché du travail canadien a des répercussions qui se veulent « temporaires » pour le Programme des travailleurs étrangers. De plus, elle vise à relever les défis de la mondialisation, de la mobilité croissante de la main d’œuvre et des besoins des employeurs.

Ce document conclut que les programmes canadiens d’immigration ne permettent pas à eux seuls de résoudre les principaux enjeux auxquels le marché du travail canadien est confronté. Cela dit, l’immigration peut se révéler un outil précieux pour remédier aux pénuries dans certaines professions ou régions grâce à l’admission de résidents permanents de différentes catégories et d’étrangers titulaires d’un permis de travail temporaire.

Compte tenu de la nature dynamique du marché du travail canadien, il est essentiel que les programmes d’immigration du Canada soient suffisamment souples pour répondre aux besoins du marché du travail canadien d’aujourd’hui et de demain, non seulement pour optimiser les avantages pour l’économie canadienne, mais également pour assurer l’intégration des nouveaux immigrants.

Date de modification :