4. Comportements linguistiques des immigrants

Même si la méthode de la PLOP catégorise les gens en fonction des comportements linguistiques qu’ils ont déclarés dans le recensement, il est important d’analyser les différences de comportements linguistiques entre les immigrants des trois catégories. Cette section examine divers aspects linguistiques des immigrants dans chaque catégorie de PLOP : i) le pourcentage d’immigrants de langue maternelle non officielle (allophones); ii) le transfert linguistique des allophones vers l’anglais ou le français; iii) le pourcentage d’immigrants qui connaissent les deux langues officielles; iv) le pourcentage d’immigrants qui parlent anglais, français ou ces deux langues au travail. Les immigrants de PLOP anglais-français ne seront inclus que dans l’analyse du pourcentage d’immigrants qui parlent anglais, français ou ces deux langues au travail, puisque, comme il a déjà été mentionné, ils ont une langue non officielle comme langue maternelle et connaissent les deux langues officielles, et que la proportion d’entre eux qui parle le plus souvent une des langues officielles à la maison est faibleNote de bas de page 31.

4.1. Langue non officielle comme langue maternelle

Cette section traite de la portion des immigrants de chaque catégorie de PLOP qui ont affirmé n’avoir ni le français ni l’anglais comme langue maternelle (les allophones).Note de bas de page 32

  • Une plus grande proportion des immigrants de PLOP anglais (68 %) que des immigrants de PLOP français (59 %) ont une langue non officielle comme langue maternelle.
    • La proportion est encore plus élevée parmi les immigrants de PLOP anglais de Montréal (70 %) et de Laval (80 %). Elle est la moins élevée dans les RE de l’Est (23 %), en Estrie (31 %) et dans la Capitale-Nationale (33 %).
  • Les immigrants de la catégorie PLOP anglais-français sont presque tous allophones (98 %), ce qui gonfle le pourcentage d’allophones des catégories « anglophones » (75 %) et « francophones » (65 %) définies par la méthode de la PLOP.
    • Ce phénomène est particulièrement observable dans les RE des trois premières catégories, où sont concentrés les immigrants de PLOP anglais-français.

Carte 9 : Nombre et pourcentage d’allophones (qui ont donné une seule réponse à la question sur la langue maternelle) parmi les immigrants de PLOP anglais selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %

Nombre et pourcentage d’allophones (qui ont donné une seule réponse à la question sur la langue maternelle) parmi les immigrants de PLOP anglais selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Version texte : Nombre et pourcentage d’allophones (qui ont donné une seule réponse à la question sur la langue maternelle) parmi les immigrants de PLOP anglais selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Région Nombre d’allo-phones % d’allo-phones
Montréal 127 665 70 %
Montérégie 16 940 59 %
Laval 13 760 80 %
Capitale-Nationale 585 33 %
Outaouais 4 750 64 %
Laurentides 2 645 55 %
Estrie 725 31 %
Lanaudière 730 60 %
RE de l’Est 305 23 %
RE du Nord 455 42 %

Carte 10 : Nombre et pourcentage d’allophones (qui ont donné une seule réponse à la question sur la langue maternelle) parmi les immigrants de PLOP français selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %

Nombre et pourcentage d’allophones (qui ont donné une seule réponse à la question sur la langue maternelle) parmi les immigrants de PLOP français selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Version texte : Nombre et pourcentage d’allophones (qui ont donné une seule réponse à la question sur la langue maternelle) parmi les immigrants de PLOP français selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Région Nombre d’allo-phones % d’allo-phones
Montréal 155 665 64 %
Montérégie 25 965 49 %
Laval 23 295 65 %
Capitale-Nationale 9 620 47 %
Outaouais 6 360 55 %
Laurentides 5 365 41 %
Estrie 4 480 48 %
Lanaudière 4 910 48 %
RE de l’Est 3 625 37 %
RE du Nord 3 315 43 %

4.2. Connaissance des deux langues officiellesNote de bas de page 33

Le Québec est la province canadienne qui compte la plus forte proportion de personnes bilingues; 41 % des Québécois affirment connaître assez bien à la fois l’anglais et le français pour soutenir une conversationNote de bas de page 34, tandis que 50 % des immigrants québécois sont bilingues. Les personnes membres d’une minorité linguistique apprennent souvent l’autre langue officielle dans le but de participer à l’économie générale, en particulier lorsqu’elles ne vivent pas dans une zone géographique délimitée (p. ex. un quartier) ou dans une communauté isolée qui a atteint la complétude institutionnelleNote de bas de page 35.

  • Le pourcentage d’immigrants qui sont bilingues dans les catégories PLOP anglais (40 %) et PLOP français (43 %) est semblable au taux de bilinguisme dans la population générale de la provinceNote de bas de page 36.
  • La proximité des centres comportant une population anglophone de grande taille est associée à un taux de bilinguisme réduit chez les immigrants de PLOP anglais et à un taux de bilinguisme accru chez les immigrants de PLOP français.
    • Les immigrants de PLOP anglais vivant en Outaouais (33 %) et à Montréal (37 %) ont les taux de bilinguisme les moins élevés.
    • Les immigrants de PLOP français de l’Outaouais (53 %), des Laurentides (48 %), de la Montérégie (47 %) et de Laval (47 %) affichent les taux de bilinguisme les plus élevés.
  • Dans les RE les plus éloignées des centres comportant une population anglophone de grande taille, la situation inverse se vérifie : le taux de bilinguisme des immigrants de PLOP anglais est supérieur, tandis que le taux de bilinguisme des immigrants de PLOP français est inférieur.
    • Dans la Capitale-Nationale, les RE de l’Est et Lanaudière, les taux de bilinguisme des immigrants de PLOP anglais se situent à 79 %, 75 % et 69 % respectivement.
    • Les taux de bilinguisme les plus bas s’observent chez les immigrants de PLOP français des RE du Nord (34 %) et des RE de l’Est (28 %).
  • Les immigrants de PLOP anglais-français sont tous bilingues, ce qui explique que les taux de bilinguisme des immigrants des catégories « anglophones » (54 %) et « francophones » (52 %) soient plus élevés que les taux de bilinguisme des immigrants des catégories PLOP anglais et PLOP français.

Carte 11 : Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP anglais qui connaissent à la fois l’anglais et le français (bilingues) selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %

Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP anglais qui connaissent à la fois l’anglais et le français (bilingues) selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Version texte : Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP anglais qui connaissent à la fois l’anglais et le français (bilingues) selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Région Number of bilingual Percentage of
bilingual
Montréal 68 055 37 %
Montérégie 12 685 44 %
Laval 7 750 45 %
Capitale-Nationale 1 395 79 %
Outaouais 2 440 33 %
Laurentides 2 825 58 %
Estrie 1 415 60 %
Lanaudière 845 69 %
RE de l’Est 980 75 %
RE du Nord 680 62 %

Carte 12 : Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP français qui connaissent à la fois l’anglais et le français (bilingues) selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %

Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP français qui connaissent à la fois l’anglais et le français (bilingues) selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Version texte : Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP français qui connaissent à la fois l’anglais et le français (bilingues) selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Région Nombre d’allo-phones % d’allo-phones
Montréal 103 890 43 %
Montérégie 24 590 47 %
Laval 17 105 47 %
Capitale-Nationale 7 885 39 %
Outaouais 6 135 53 %
Laurentides 6 375 48 %
Estrie 3 770 40 %
Lanaudière 4 165 41 %
RE de l’Est 2 770 28 %
RE du Nord 2 585 34 %

4.3. Transferts linguistiques chez les allophonesNote de bas de page 37

Le transfert linguistique chez les immigrants désigne le fait d’utiliser une langue officielle à la maison plutôt qu’une langue maternelle non officielle. Ici, l’analyse ne porte pas sur tous les immigrants des catégories PLOP anglais et PLOP français, mais sur les membres de ces catégories qui ont indiqué une langue non officielle seulement comme langue maternelle (allophones)Note de bas de page 38. Le transfert linguistique est souvent considéré comme un indicateur de changement, car la transmission d’une langue d’une génération à l’autre repose habituellement sur l’utilisation de cette langue à la maisonNote de bas de page 39. Le taux de transfert linguistique chez les allophones vers l’anglais ou le français à la maison révèle la force de ces langues.

  • Le taux de transfert linguistique chez les immigrants allophones est moindre à Montréal que dans toute autre RE du Québec.
  • Les taux de transfert linguistique chez les immigrants allophones de PLOP anglais vont de 52 % à Montréal jusqu’à 80 % dans Lanaudière.
  • Chez les immigrants allophones de PLOP français, les taux de transfert linguistique vont de 57 % à Montréal jusqu’à 77 % dans Lanaudière.
  • Le faible taux de transfert linguistique chez les immigrants de PLOP anglais-français (6 %) se traduit par un taux de transfert linguistique réduit pour les immigrants de la catégorie PLOP anglophones (39 %) comparativement aux immigrants de la catégorie PLOP anglais (54 %)

Carte 13 : Nombre et pourcentage de transferts linguistiques chez les immigrants classifiés comme allophones de PLOP anglais selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %

Nombre et pourcentage de transferts linguistiques chez les immigrants classifiés comme allophones de PLOP anglais selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Version texte : Nombre et pourcentage de transferts linguistiques chez les immigrants classifiés comme allophones de PLOP anglais selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Région Nombre d’allo-phones PLOP anglais à anglais % d’allo-phones PLOP anglais à anglais
Montréal 66 265 52 %
Montérégie 9 705 57 %
Laval 7 820 57 %
Capitale-Nationale 445 76 %
Outaouais 2 730 57 %
Laurentides 2 010 76 %
Estrie 550 76 %
Lanaudière 585 80 %
RE de l’Est 240 79 %
RE du Nord 360 77 %

Carte 14 : Nombre et pourcentage de transferts linguistiques chez les immigrants allophones de PLOP français selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %

Nombre et pourcentage de transferts linguistiques chez les immigrants allophones de PLOP français selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Version texte : Nombre et pourcentage de transferts linguistiques chez les immigrants allophones de PLOP français selon la région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Région Nombre d’allo-phones PLOP français à français % d’allo-phones PLOP français à français
Montréal 88 425 57 %
Montérégie 17 805 69 %
Laval 15 075 65 %
Capitale-Nationale 6 415 67 %
Outaouais 4 320 67 %
Laurentides 3 940 73 %
Estrie 2 950 66 %
Lanaudière 3 775 77 %
RE de l’Est 2 305 64 %
RE du Nord 2 515 76 %

4.4. Langue parlée le plus souvent au travailNote de bas de page 40

Le concept de la langue parlée le plus souvent au travail est un indicateur important de l’intégration linguistique des immigrants à la société québécoise.

  • Chez les immigrants occupés de PLOP anglais, 76 % parlent le plus souvent anglais au travail, 14 % parlent le plus souvent français et 10 % parlent aussi souvent anglais que français.
    • L’utilisation de l’anglais comme langue parlée le plus souvent au travail est particulièrement prononcée chez les immigrants de PLOP anglais de Montréal, de la Montérégie, de Laval et de l’Outaouais.
  • Même si la plupart des immigrants de PLOP anglais-français affirment parler le plus souvent une langue non officielle à la maison, ce n’est pas le cas au travail.
    • Chez les immigrants occupés de PLOP anglais-français, 22 % parlent tant anglais que français au travail, 50 % parlent français et 28 % parlent anglais.
  • Chez les immigrants occupés de PLOP français, 8 % parlent le plus souvent anglais au travail, 83 % parlent le plus souvent français et 10 % parlent tant anglais que français.
    • L’Outaouais est la seule RE où près du quart des immigrants francophones parlent le plus souvent anglais au travail.

Carte 15 : Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP anglais selon la langue officielle parlée le plus souvent au travail par région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %

Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP anglais selon la langue officielle parlée le plus souvent au travail par région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Version texte :Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP anglais selon la langue officielle parlée le plus souvent au travail par région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Région Total Anglais Français Anglais et Français
Montréal 109 330 78 % 11 % 11 %
Montérégie 17 020 71 % 19 % 10 %
Laval 10 240 64 % 21 % 15 %
Capitale-Nationale 1 055 32 % 62 % 7 %
Outaouais 5 015 91 % 5 % 4 %
Laurentides 2 405 60 % 32 % 8 %
Estrie 1 120 54 % 34 % 12 %
Lanaudière 715 44 % 44 % 12 %
RE de l’Est 805 36 % 61 % 6 %
RE du Nord 560 53 % 46 % 0 %

Carte 16 : Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP français selon la langue officielle parlée le plus souvent au travail par région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %

Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP français selon la langue officielle parlée le plus souvent au travail par région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Version texte : Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP français selon la langue officielle parlée le plus souvent au travail par région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Région Total Anglais Français Anglais et Français
Montréal 137 545 8 % 80 % 11 %
Montérégie 31 815 7 % 86 % 7 %
Laval 23 035 7 % 81 % 13 %
Capitale-Nationale 12 255 1 % 95 % 4 %
Outaouais 7 270 23 % 66 % 11 %
Laurentides 8 120 6 % 88 % 6 %
Estrie 5 145 5 % 90 % 5 %
Lanaudière 6 360 5 % 89 % 6 %
RE de l’Est 5 400 2 % 95 % 3 %
RE du Nord 3 720 4 % 93 % 3 %

Carte 17 : Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP anglais-français selon la langue officielle parlée le plus souvent au travail par région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %

Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP anglais-français selon la langue officielle parlée le plus souvent au travail par région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Version texte :Nombre et pourcentage d’immigrants de PLOP anglais-français selon la langue officielle parlée le plus souvent au travail par région économique du Québec, Recensement de 2006, échantillon de 20 %
Région Total Anglais Français Anglais et Français
Montréal 65 595 30 % 48 % 22 %
Montérégie 10 955 24 % 55 % 21 %
Laval 12 015 22 % 51 % 27 %
Capitale-Nationale 1 610 6 % 86 % 8 %
Outaouais 2 865 36 % 40 % 23 %
Laurentides 905 19 % 56 % 24 %
Estrie 845 18 % 66 % 16 %
Lanaudière 685 12 % 74 % 14 %
RE de l’Est 460 5 % 85 % 10 %
RE du Nord 380 20 % 78 % 3 %

Résumé

  • Les immigrants de PLOP anglais ont une langue non officielle comme langue maternelle en plus grande proportion (68 %) que les immigrants de PLOP français (59 %), en particulier à Montréal, en Montérégie, à Laval et en Outaouais.
  • Les immigrants de PLOP anglais-français sont principalement allophones (98 %) ce qui fait grimper à 75 % le pourcentage d’allophones chez les anglophones (définis en fonction de la méthode de la PLOP).
  • La proximité d’un centre comportant une population anglophone de grande taille est associée à une diminution du taux de bilinguisme chez les immigrants de PLOP anglais, mais à une augmentation du taux chez les immigrants de PLOP français.
  • Les immigrants de PLOP anglais-français sont tous bilingues, ce qui explique pourquoi les taux de bilinguisme des immigrants dans les catégories « anglophones » (54 %) et « francophones » 52 % sont plus élevés que ceux des immigrants de PLOP anglais et de PLOP français.
  • Le taux de transfert linguistique chez les immigrants allophones est plus faible à Montréal que dans toute autre RE du Québec.
  • Le faible taux de transfert linguistique chez les immigrants de PLOP anglais-français (6 %) se traduit par un taux de transfert linguistique réduit pour les immigrants le la catégorie PLOP « anglophones » (39 %) comparativement aux immigrants de la catégorie PLOP anglais (54 %).
  • Les immigrants de PLOP anglais parlent le plus souvent anglais au travail, particulièrement à Montréal, en Montérégie, à Laval et en Outaouais.
  • Même si la plupart des immigrants de PLOP anglais-français disent parler le plus souvent une langue non officielle à la maison, seulement 4 % d’entre eux parlent le plus souvent une langue non officielle au travail.

Notes de bas de page

Note de bas de page 31

Pour revoir la méthode selon laquelle les immigrants sont répartis entre les catégories de PLOP, consulter la section 2.2.

Retour la rfrence de la note de bas de page 31

Note de bas de page 32

Pour les données dont il est question dans cette section, voir le tableau 9 en annexe.

Retour la rfrence de la note de bas de page 32

Note de bas de page 33

Pour les données détaillées sur la connaissance de l’anglais et du français des immigrants, voir le tableau 10 en annexe.

Retour la rfrence de la note de bas de page 33

Note de bas de page 34

Dans le cadre du présent document, les personnes bilingues sont celles qui connaissent suffisamment l’anglais et le français pour soutenir une conversation; elles ne comprennent pas celles qui connaissent une des langues officielles et une langue non officielle.

Retour la rfrence de la note de bas de page 34

Note de bas de page 35

Pour de plus amples renseignements sur la complétude institutionnelle, voir Raymond Breton, 1964, « Institutional Completeness of Ethnic Communities and Personal Relations of Immigrants », American Journal of Sociology, vol. 70, no 2, p. 193–205.

Retour la rfrence de la note de bas de page 35

Note de bas de page 36

Les pourcentages sont inférieurs à celui des immigrants en général, lequel est tiré vers le haut par la catégorie PLOP anglais-français.

Retour la rfrence de la note de bas de page 36

Note de bas de page 37

Pour les données détaillées sur la connaissance du français et de l’anglais des immigrants, voir le tableau 11 en annexe.

Retour la rfrence de la note de bas de page 37

Note de bas de page 38

Selon Statistique Canada, le calcul des transferts linguistiques est fondé sur la langue parlée le plus souvent à la maison (partie a) de la question sur la langue parlée à la maison. Le calcul ne tient pas compte des langues parlées régulièrement à la maison (partie b) de la question sur la langue parlée à la maison.

Retour la rfrence de la note de bas de page 38

Note de bas de page 39

Comme il a été montré à la page 22, la répartition des immigrants de langue maternelle non officielle varie selon la RE, ce qui devrait être pris en considération en vue d’interpréter les résultats présentés ici.

Retour la rfrence de la note de bas de page 39

Note de bas de page 40

Pour les données sur la langue parlée le plus souvent au travail, voir le tableau 12 en annexe.

Retour la rfrence de la note de bas de page 40

Date de modification :