ARCHIVÉ – Capital social et salaire : situation des immigrants récents au Canada

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Li Xue
Recherche et évaluation
Citoyenneté et Immigration Canada
Mai 2008

Le présent document s’appuie sur les résultats de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC) pour analyser les interactions entre le capital social et le salaire des immigrants. Quelques‑unes des difficultés qui sont ressorties des études antérieures sur le rendement du capital social sont abordées ici. Comme l’ELIC est une enquête longitudinale, il est possible de tenir compte de l’hétérogénéité individuelle non observée à l’aide de modèles de données de panel : modèle à effets aléatoires, modèle à effets fixes, modèle de Hausman-Taylor (HT) et modèle avec variables instrumentales (VI). La corrélation présumée entre le capital social et le talent individuel non observé porte à considérer le capital social comme endogène. L’estimateur proposé par Hausman et Taylor (1981) permet de tenir compte de cette endogénéité, et comme il s’est révélé efficace et convergent, il a été préféré à d’autres modèles de données de panel, dont ceux avec variables instrumentales. Les résultats montrent que le capital social, en plus d’accroître le capital humain, a une grande incidence sur le salaire d’un immigrant au cours des premières années au Canada. Durant cette période en effet, les liens forts (soit les relations avec les membres de la famille et les amis) sont plus efficaces que les liens faibles (ceux établis avec des organisations par exemple) pour ce qui est d’améliorer l’accès des immigrants – surtout ceux qui ont moins de capital humain – à des emplois mieux rémunérés durant leurs quatre premières années au Canada. Par ailleurs, la diversité ethnique du réseau en milieu de travail est l’indicateur de capital social qui influe le plus sur le salaire des immigrants, hommes et femmes.

Remerciements : Je souhaite d’abord exprimer ma sincère gratitude à mon directeur de thèse, le professeur Gilles Grenier, pour les précieux commentaires, conseils et suggestions qu’il m’a prodigués tout au long des travaux ayant mené au présent document. Je suis très reconnaissant aux professeurs Pierre Brochu, Chris Worswick, Ravi Pendakur et Catherine Deri Armstrong pour leur critique éclairée des ébauches et exposés préliminaires. Je remercie la Direction générale de la recherche et de l’évaluation de Citoyenneté et Immigration Canada pour sa rétroaction et son soutien financier à la rédaction. Je remercie tout particulièrement Martha Justus, Eden Thompson et Jessie Lynn MacDonald pour leur soutien généreux et constant jusqu’à la fin de ma thèse de doctorat. Enfin, je veux témoigner toute ma gratitude à mes collègues de CIC, en particulier Stan Kustec, Colleen-Marie Dempsey et Jun Zhao, pour leurs commentaires et suggestions très utiles sur les premières versions du document et les exposés connexes.


Capital social et salaire : situation des immigrants récents au Canada
[ Version PDF ]


Table des matières

Date de modification :