ARCHIVÉ – État de santé et capital social des nouveaux immigrants : données probantes issues de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Résumé

Comme les immigrants sont à l’origine d’une forte proportion de la croissance de la population canadienne, leur état de santé présente un intérêt particulier pour les chercheurs, les décideurs et les responsables de programmes. En raison des données limitées disponibles, il existe peu de travaux de recherche au Canada sur les disparités que présente l’état de santé des diverses catégories d’immigrants, c’est-à-dire les immigrants de la catégorie du regroupement familial, de la catégorie économique et les réfugiés. En outre, peu d’études sont consacrées à l’incidence du capital social sur l’état de santé des immigrants sur le plan quantitatif. Le présent rapport s’attaque à ces lacunes au moyen d’analyses économétriques. À partir de données issues de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC), nous analysons l’évolution dynamique de l’état de santé des nouveaux immigrants au cours des quatre premières années de leur séjour au Canada, en nous concentrant plus particulièrement sur l’effet du capital social sur la santé. Les résultats de nos analyses descriptives et de régression viennent corroborer « l’effet de la bonne santé des immigrants »; toutefois, ces résultats montrent que cet effet diminue au fil du temps. Nos résultats donnent également à penser qu’il existe des disparités au chapitre de l’état de santé entre les sous-groupes de nouveaux immigrants. Les demandeurs principaux du groupe des travailleurs qualifiés ont plus de chances d’être généralement en bonne santé, tandis que les réfugiés sont plus susceptibles de qualifier leur état de santé de passable à mauvais. Compte tenu des effets de certaines variables liées au capital social, nous confirmons l’existence de liens entre les réseaux d’amis et l’état de santé des nouveaux immigrants. La densité et la diversité ethnique des réseaux d’amis ont des liens positifs avec l’état de santé global autodéclaré par les immigrants. En ce qui concerne la catégorie du regroupement familial, l’analyse révèle un lien positif entre les réseaux organisationnels et l’état de santé autodéclaré. En règle générale, les réseaux sociaux ont une incidence plus marquée sur l’état de santé des immigrants de la catégorie du regroupement familial que sur celui des autres catégories.

 

Date de modification :