ARCHIVÉ – État de santé et capital social des nouveaux immigrants : données probantes issues de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Introduction

Entre 2001 et 2006, près de 1,2 million d’immigrants se sont établis au Canada. Comme les immigrants sont à l’origine d’une forte proportion – les deux tiers – de la croissance de la population du Canada (CIC 2007), leur état de santé présente un intérêt particulier pour les chercheurs, les décideurs et les responsables de programmes. Le manque de données a limité les recherches canadiennes sur les disparités entre les sous-groupes d’immigrants, comme ceux de la catégorie du regroupement familial, de la catégorie économique et les réfugiés (Zhao 2007a). La présente recherche vise à combler ces lacunes au moyen d’analyses économétriques. Elle se penche sur les changements dynamiques survenus dans l’état de santé des nouveaux immigrants au cours de leurs premières années de résidence au Canada, en se concentrant particulièrement sur l’incidence du capital social. 

Dans le présent document, nous tentons de répondre aux questions suivantes :

  • Est-ce que l’état de santé des nouveaux immigrants au Canada change au cours des quatre premières années après leur arrivée?
  • Existe-t-il une disparité entre l’état de santé des divers sous-groupes d’immigrants?
  • L’état de santé des nouveaux immigrants est-il principalement lié à des facteurs sociaux particuliers?
  • Dans quelle mesure le capital social, intégré dans les réseaux sociaux, a-t-il une incidence sur l’état de santé des nouveaux immigrants?  

Le document s’articule comme suit : après l’analyse de la documentation sur le concept du capital social, on décrit les sources de données et les indicateurs utilisés dans l’analyse. Viennent ensuite des sections présentant une analyse descriptive, les modèles économétriques et, enfin, les résultats de la régression, suivis d’une discussion. La conclusion résume les principales constatations et fait état de certaines répercussions de la recherche sur les politiques.

 

Date de modification :