ARCHIVÉ – Les progrès sur le marché du travail des participants à l’ELIC

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Une perspective sur la deuxième vague des immigrants ayant participé à l'Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC) – Deux ans après leur arrivée

Les motifs de cessation d’emploi varient

Bien qu’ils ne se trouvaient au Canada que depuis deux ans, les immigrants de l’ELIC étaient déjà passés d’un emploi à un autre sur le marché du travail. Au cours des dix huit mois qui se sont écoulés entre la première vague et la deuxième, quelque 79 300 abandons d’emplois ont été enregistrés. La majorité des cessations d’emploi (62 %) originaient de décisions prises par les immigrants eux-mêmes, tandis que 37 % découlaient de décisions d’employeurs fondées sur des motifs tels que mises à pied, ralentissements dans les affaires, emplois temporaires ou emplois saisonniers.

Tableau 19: Motif de départ, par catégorie d’immigrants – deuxième vague
  Catégorie d'immigrants
Regroupement familial Travailleurs qualifiés (DP) Travailleurs qualifiés
(C et PC)
Réfugiés Autres Tous les immigrants1
Nombre de cessations d'emploi 20 144 32 389 19 752 3 642 3 335 79 261
A quitté son emploi 62 % 59 % 67 % 62 % 70 % 62 %
L'emploi a pris fin 36 % 40 % 32 % 37 % 29 % 37 %

1 Comprend un petit nombre d'immigrants dont le motif de cessation d'emploi n'est pas indiqué. 

Source : Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada – 2e vague (2003)

Les motifs de cessation d’emploi différaient d’un groupe d’immigrants à un autre. Les conjoints et les personnes à charge des travailleurs qualifiés étaient les plus enclins (67 %) à quitter eux-mêmes leur emploi tandis que les travailleurs qualifiés admis à titre de demandeurs principaux avaient davantage tendance à perdre leur emploi pour cause de décision de l’employeur (40 %). Ce résultat chez les travailleurs qualifiés admis à titre de demandeurs principaux contraste avec les résultats de la première vague, qui campaient les immigrants issus du regroupement familial et les réfugiés comme les types d’immigrants les plus susceptibles de se retrouver sans emploi pour des raisons indépendantes de leur volonté.

Tableau 20 : Trois principaux motifs de cessation involontaire d’emploi, par catégorie d’immigrants - deuxième vague
  Catégorie d'immigrants
Regroupement familial Travailleurs qualifiés (DP) Travailleurs qualifiés
(C et PC)
Réfugiés Autres Tous les immigrants1
Nombre de départs involontaires1 7 281 13 029 6 410 1 337 972 29 028
Mise à pied / chômage technique 40 % 40 % 40 % 55 % 41 % 41 %
Emploi temporaire / fin de contrat 20 % 40 % 30 % 20 % 29 % 31 %
Travail saisonnier 20 % 5 % 10 % 10 %E F 10 %

1 Comprend un petit nombre d'immigrants dont le motif de cessation d'emploi n'est pas indiqué.

E Utiliser avec précaution.

F: Pas suffisamment fiable pour être diffusé.

Source : Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada – 2e vague (2003)

Pour tous les immigrants, le motif de départ involontaire le plus courant était la mise à pied ou le ralentissement des affaires. Toutefois, les travailleurs qualifiés admis à titre de demandeurs principaux étaient en plus grand nombre à déclarer une perte d’emploi due à la nature temporaire de leur travail (p. ex. travail à contrat). Bien que les travailleurs qualifiés admis à titre de demandeurs principaux trouvaient plus facilement du travail que les autres catégories d’immigrants, il semble qu’une plus grande proportion d’entre eux acceptaient du travail de type temporaire ou à contrat. Ce type d’emplois pourrait être une indication que les travailleurs qualifiés admis à titre de demandeurs principaux essaient de cumuler des emplois dans le nouveau marché du travail. 

Parmi les motifs de départ volontaire, le fait d'avoir trouvé un nouvel emploi arrivait au premier rang (41 %), suivi par l’entrée à l’école (18 %) et l’insatisfaction à l’égard de l’emploi (17 %). La plus forte proportion d’immigrants invoquant l’obtention d’un autre emploi comme motif de départ volontaire se trouvait chez les travailleurs qualifiés admis à titre de demandeurs principaux (52 %). Les réfugiés avaient quant à eux plutôt tendance à quitter un emploi pour entrer à l’école (27%), ce qui est cohérent avec le fait que ces immigrants sont ceux qui, après leur arrivée, étaient les plus enclins à s’inscrire dans les programmes d’études ou de formation.

Tableau 21 : Trois principaux motifs de cessation volontaire d’emploi, par catégorie d’immigrants - deuxième vague
  Catégorie d'immigrants
Regroupement familial Travailleurs qualifiés (DP) Travailleurs qualifiés
(C et PC)
Réfugiés Autres Tous les immigrants1
Nombre de départs volontaires1 12 500 19 038 13 228 2 271 2 340 49 377
A trouvé un nouvel emploi 35 % 52 % 33 % 30 % 37 % 41 %
Entre à l'école 10 % 19 % 22 % 27 % 23 % 18 %
Insatisfait de son emploi 20 % 15 % 17 % 19 % 18 % 17 %

1 Comprend un petit nombre d'immigrants dont le motif de cessation d'emploi n'est pas indiqué.

Source : Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada – 2e vague (2003)

Les motifs de départ volontaire diffèrent légèrement selon les sexes. Outre les motifs invoqués par leurs contreparties masculines (a trouvé un nouvel emploi, entre à l’école, est insatisfait de son emploi, etc.) un grand nombre d’immigrantes ont quitté leur emploi pour s’occuper de leurs enfants.

Date de modification :