ARCHIVÉ – Les progrès sur le marché du travail des participants à l’ELIC

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Une perspective sur la deuxième vague des immigrants ayant participé à l'Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC) – Deux ans après leur arrivée

Conclusion

Comparativement à la situation après six mois de séjour au Canada, un nombre beaucoup plus important d’immigrants avaient trouvé un emploi et le nombre d’emplois dans les secteurs d’emploi envisagés avait quelque peu augmenté après deux ans. Malgré des gains importants sur le marché du travail canadien, les immigrants continuait de se heurter à des ostacles dans la recherche d’emploi. Le taux de chômage de 29 % après deux ans au Canada, même s’il était beaucoup moins élevé qu’après six mois (37 %), était de beaucoup supérieur à la moyenne canadienne de 7,6 % enregistrée en 2003[Note 14]. Parmi les immigrants ayant trouvé du travail, la répartition dans les diverses catégories de professions continuait de correspondre à une configuration caractérisée par l’occupation d'emplois moins spécialisés que ceux qu’ils occupaient avant leur venue au Canada.

Les deux premières années au Canada ont permis aux immigrants de l’ELIC d’accomplir l’étape transitoire de leur intégration au marché du travail. Au cours des mois qui ont passé, un plus grand nombre d’immigrants ont progressé vers l’obtention d’une profession envisagée ou vers une profession plus spécialisée.

La troisième vague de l’ELIC devrait, grâce à l’information qui sera obtenue, permettre de pousser plus loin la recherche sur les déterminants des résultats qu’obtiennent les nouveaux arrivants sur le marché du travail. Une analyse approfondie de toutes les vagues de l’ELIC aidera à expliquer la complexité du processus d’intégration des immigrants du Canada, surtout ceux qui sont arrivés au pays après 2000.

Notes:

14 Statistique Canada, Observateur économique canadien, février 2004.

Date de modification :