Profil des étudiants étrangers qui deviennent résidents permanents au Canada atlantique

Introduction et survol

Le présent rapport a été préparé à la demande de la Table démographique de l’Atlantique, initiative de développement régional réunissant de multiples partenaires fédéraux et provinciaux dont l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA), les quatre provinces de l’Atlantique, RHDCC et CIC, qui mise notamment sur l’immigration pour répondre aux besoins locaux.

La Table démographique de l’Atlantique cible cinq secteurs d’activité : attraction et promotion, sensibilisation, maintien dans la région, recherche et intégration au marché du travail. Sous le volet de la recherche, un vaste projet d’étude de trois ans (2007-2010) a été élaboré à partir des priorités définies par le sous-comité de la recherche de la Table.

L’un des thèmes prioritaires de ce plan triennal était l’attraction, la promotion et le maintien des immigrants au Canada atlantique. Les projets de recherche de la première année ont visé à établir un profil démographique et socioéconomique des immigrants au Canada atlantique, afin de mieux comprendre la dynamique des mouvements de population en fonction de leur incidence sur la région de l’Atlantique, ainsi que de cerner les besoins régionaux et de définir des stratégies pour attirer et garder les immigrants. Il a été jugé prioritaire d’établir le profil des étudiants étrangers qui deviennent résidents permanents au Canada atlantique.

En plus de décrire les caractéristiques des étudiants étrangers qui obtiennent le statut de résidents permanents au Canada atlantique, le rapport tente de préciser les contributions éventuelles de ce groupe à la population active. Dans la mesure du possible, les résultats reflètent une perspective provinciale, mais lorsque les nombres sont peu élevés, l’étendue géographique correspond à la région de l’Atlantique dans son ensemble. Les ressemblances et les différences au titre des tendances enregistrées pour le Canada atlantique par rapport au reste du Canada sont parfois mises en évidence afin de donner un contexte à la situation des provinces atlantiques. Les données utilisées ici couvrent la période de 1999 à 2009 et incluent la période précédant l’annonce de la nouvelle catégorie de l’expérience canadienne (CEC) en novembre 2008. Les conclusions présentées ici pourraient donc éclairer l’analyse future de l’impact de la CEC sur les étudiants étrangers, l’un des groupes cibles de cette initiative. L’obtention de la résidence permanente au titre de la CEC a donc débuté en 2009.

La croissance démographique étant source de préoccupations au Canada atlantique, surtout au vu des perspectives d’emploi intéressantes qu’offrait l’Ouest du pays durant la même période, la capacité d’attirer et de garder les immigrants et les étudiants étrangers demeure une condition essentielle pour maintenir ou augmenter le poids démographique de la région. En fait, les gouvernements des provinces atlantiques ont mis des stratégies en place pour encourager les étudiants étrangers à demeurer au Canada atlantique :

En 2007 par exemple, la Nouvelle-Écosse a ajouté la catégorie « diplômés étrangers » à son programme de candidats de la province afin d’accélérer le processus d’établissement pour les étudiants étrangers qui souhaitent demeurer dans la province après leurs études. (…) La province du Nouveau-Brunswick a également signé une entente avec le gouvernement fédéral grâce à laquelle il est plus facile pour les diplômés étrangers au Nouveau-Brunswick d’acquérir une année additionnelle d’expérience de travail dans leur domaine d’étude. Ce changement devrait être bénéfique pour les diplômés qui souhaitent demander la résidence permanente à titre de travailleur qualifié, puisqu’ils obtiendront ainsi des points supplémentaires dans leur domaine d’expertise sur la grille de sélectionNote de bas de page 1.

Le profil présenté ici entend décrire les étudiants étrangers qui choisissent de demeurer au Canada atlantique en tant que résidents permanents et poser un cadre pour orienter les futures stratégies d’attraction et de maintien des étudiants étrangers au Canada atlantique.

Immigration

L’immigration constitue un rouage clé de la croissance démographique nationale et, comme les autres régions du pays, le Canada atlantique y voit une façon d’alimenter la croissance et la compétence sur le marché du travail. Selon le scénario de référence utilisé par Statistique Canada dans ses projections démographiques pour la période de 2006 à 2031, les immigrants comptaient pour 19,8 % de la population du Canada en 2006 et cette proportion devrait croître jusqu’à 26,5 % d’ici 2031Note de bas de page 2. Durant la même période, Statistique Canada prévoit que la proportion d’immigrants dans la population du Canada atlantique augmentera de 4 à 6 %. La proportion d’immigrants au Canada atlantique est donc plus faible mais en hausse. Ces projections sont fondées sur les tendances des dernières années, période cible du présent rapport, et sur des scénarios plausibles pour l’avenir.

Dans le groupe des immigrants, les étudiants étrangers qui font la transition à la résidence permanente suscitent un intérêt particulier. Grâce à leurs titres de compétences canadiens, à leurs compétences linguistiques supérieures, à leurs réseaux sociaux et à leur expérience de travail au Canada, les étudiants étrangers ont la capacité d’entrer rapidement sur le marché du travail et de s’intégrer facilement à la société.

Le tableau 1 montre le nombre de nouveaux résidents permanents ayant l’intention de s’établir au Canada et au Canada atlantique au cours des dix dernières années. On peut voir qu’une proportion relativement faible des nouveaux arrivants avait l’intention de s’établir au Canada atlantique durant la période visée. En 2009, environ 2,6 % d’entre eux prévoyaient s’établir dans les provinces atlantiques, une proportion légèrement plus élevée que celle enregistrée au début de la période (1,4 %).

En ce qui concerne certaines provinces atlantiques, le tableau montre que, durant la dernière décennie, la Nouvelle-Écosse, province la plus populeuse du Canada atlantique, a attiré la majorité des nouveaux résidents permanents. Le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard ont aussi enregistré une hausse notable du nombre de nouveaux résidents permanents à partir de 2005 et de 2007, respectivement.

Tableau 1 : Canada — Nouveaux résidents permanentsNote de bas de page 3 par province ou territoire, 1999-2009
Province 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Terre-Neuve-et-Labrador 424 417 392 404 359 579 497 508 546 616 603
Île-du-Prince-Édouard 135 189 135 108 154 310 330 565 992 1 443 1 723
Nouvelle-Écosse 1 595 1 608 1 698 1 419 1 474 1 771 1 929 2 586 2 523 2 651 2 424
Nouveau-Brunswick 659 758 798 705 666 795 1 091 1 646 1 643 1 856 1 913
Canada atlantique 2 813 2 972 3 023 2 636 2 653 3 455 3 847 5 305 5 704 6 566 6 663
Québec 29 149 32 498 37 598 37 581 39 555 44 245 43 315 44 684 45 201 45 220 49 493
Ontario 104 167 133 510 148 641 133 588 119 722 125 094 140 525 125 892 111 315 110 878 106 867
Manitoba 3 725 4 635 4 591 4 615 6 503 7 426 8 096 10 047 10 954 11 218 13 520
Saskatchewan 1 728 1 882 1 704 1 667 1 668 1 943 2 119 2 724 3 516 4 835 6 890
Alberta 12 095 14 363 16 405 14 783 15 839 16 475 19 404 20 716 20 861 24 199 27 017
Colombie-Britannique 36 122 37 428 38 482 34 057 35 229 37 028 44 770 42 083 38 961 43 992 41 438
Yukon 76 59 65 50 59 62 65 65 83 110 174
Territoires du Nord-Ouest 58 83 95 60 94 89 84 98 88 127 107
Nunavut 14 13 13 12 11 8 12 12 19 50 10
Province non précisée 5 12 23 15 4 16 52 52  
Canada 189 952 227 455 250 640 229 049 221 348 235 825 262 241 251 642 236 754 247 247 252 179

Source : Citoyenneté et Immigration Canada, MDR, Faits et chiffres 2009

Données

Les données utilisées dans le présent rapport proviennent du magasin des données de recherche (MDR) de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC). La Direction générale de la recherche et de l’évaluation convertit les données des systèmes administratifs de CIC en données analytiques qui peuvent être utilisées à des fins de recherche. L’analyse repose sur les données de la publication Faits et chiffres 2009.

Les données administratives versées dans le MDR sont recueillies au moment de l’admission au Canada et mises à jour à chaque changement de statut. Outre la raison de l’admission au Canada, des renseignements généraux comme le sexe, l’âge, le pays d’origine et le niveau d’études sont recueillis au sujet des personnes admises en vertu d’un permis d’études. Les données contiennent aussi des détails sur tout changement de statut, par exemple un étudiant ou travailleur étranger qui devient résident permanent, que ce soit à titre de demandeur principal ou d’époux ou personne à charge du demandeur principal, et la province où la personne prévoit s’établir.

Les données sélectionnées aux fins du profil décrivent les résidents permanents qui prévoyaient s’établir au Canada atlantique et dont le dernier statut annuelNote de bas de page 4 au Canada était celui d’étudiant étranger, dans la région de l’Atlantique ou ailleurs au Canada. Les travailleurs étrangers qui deviennent résidents permanents et qui pourraient avoir eu le statut d’étudiant étrangerNote de bas de page 5 dans le passé ne sont donc pas inclus. Sont également exclus ceux qui ont fait leurs études au Canada atlantique mais qui ont acquis la résidence permanente ailleurs au Canada, quoique le tableau 5 donne une idée de la mesure dans laquelle les étudiants étrangers qui ont fait leurs études au Canada atlantique ont acquis la résidence permanente en dehors de la région au cours des dix dernières années.

Enfin, l’unité d’analyse utilisée aux fins du profil est l’individu. Les personnes regroupées dans une même demande de résidence permanente au Canada atlantique ne sont pas nécessairement incluses dans l’analyse puisque le dernier statut annuel de chacune peut différer. Par exemple, une personne admise en qualité de personne à charge qui accompagne dans le cadre du Programme des candidats des provinces fait partie de la population cible si son dernier statut annuel est celui d’étudiant étranger, mais le demandeur principal n’est pas inclus si son statut précédent était celui de travailleur étranger.

Ceci dit, la section intitulée « Autres considérations » tentera de préciser le nombre et quelques caractéristiques clés des travailleurs étrangers qui sont devenus résidents permanents au Canada atlantique après avoir détenu un permis de travail postdiplôme et qui devaient donc avoir le statut d’étudiant étranger les années antérieures.

Date de modification :