ARCHIVÉ – Portrait d’un processus d’intégration

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Aperçu

Avec le temps, moins de nouveaux arrivants ont dû mettre l’accent sur trois des quatre tâches d’intégration examinées ici (Tableau 1). Au cours des six premiers mois qui ont suivi leur arrivée, 66 % (104 100) de tous les immigrants de l’ELIC avaient tenté de poursuivre des études ou une formation, ce qui représentait le plus faible pourcentage parmi les quatre activités d’intégration. Dès leur quatrième année au Canada, seulement 24 % (38 200) des participants déclaraient avoir eu accès à des études ou à une formation. Le nombre d’immigrants ayant participé aux autres activités d’établissement et d’intégration, par exemple obtenir un emploi et trouver un logement, avait également diminué de façon importante. L’accès à des services de santé était le seul domaine où le comportement des immigrants était constant (plus de 70 % dans les trois cycles).

La baisse de la participation signifie que des progrès ont été réalisés par les nouveaux arrivants à l’égard de l’obtention d’une vie plus stable. Plus les immigrants étaient depuis longtemps au Canada, plus ils étaient nombreux à s’être établis et à avoir obtenu un emploi, et moins ils étaient nombreux à poursuivre des études, de sorte qu’ils participaient en moins grand nombre aux activités d’établissement et d’intégration.

Tableau1 : Participation aux quatre principales tâches d’établissement et d’intégration au cours des quatre premières années au Canada

  6 mois après l'admission  2 ans après l'admission  4 ans après l'admission 
Tous les immigrants 157 615 157 615 157 615
Immigrants qui ont tenté de trouver un emploi 112 841 91 512 77 328
72 % 58 % 49 %
Immigrants qui ont poursuivi des études ou une formation1 2 104 080 46 343 38 246
66 % 29 % 24 %
Immigrants qui se sont prévalus des services de soins de santé3 119 631 114 794 113 631
76 % 73 % 72 %
Immigrants qui ont essayé de trouver un logement 120 707 84 686 67 516
77 % 54 % 43 %

1Les champs d'observation étaient différents dans les trois cycles. L'aspect « études ou formation » du questionnaire du cycle 1 comprenait les cours de langue, alors que ceux-ci étaient exclus des questionnaires des cycles 2 et 3.

2Dans le questionnaire du cycle 1, le répondant longitudinal (RL) doit indiquer s'il a tenté de poursuivre des études ou une formation. Le nombre indiqué ici pour le cycle 1 (6 mois après l'admission) est celui des RL qui ont tenté de poursuivre (et qui ont poursuivi ou non) des études ou une formation au cycle 3, plutôt que le nombre de ceux qui ont réellement poursuivi des études.

3Dans le questionnaire du cycle 1, le RL doit indiquer s'il a tenté d'obtenir des services de soins de santé. Le nombre déclaré ici pour le cycle 1 (6 mois après l'admission) est celui des RL qui ont tenté d'obtenir (et qui ont obtenu ou non) des services de soins de santé au cycle 3, plutôt que le nombre de ceux qui ont réellement obtenu de tels services.

Source : Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada - Cycle 3, 2005

En examinant ces quatre domaines clés de l’établissement, ainsi que la diminution ultérieure des problèmes déclarés, on constate que les immigrants de l’ELIC avaient fait des progrès dans l’adaptation à leur nouvelle vie quatre ans après leur arrivée. Comme l’indique la Figure 1, pour la plupart des tâches d’intégration, les nouveaux arrivants étaient d’autant moins susceptibles de déclarer des difficultés que cela faisait plus longtemps qu’ils vivaient au Canada. La proportion d’immigrants ayant déclaré des difficultés à trouver un emploi a diminué régulièrement, passant de 50 % six mois après l’admission à 40 % deux ans après l’arrivée et à 29 % à la fin de la quatrième année d’établissement au Canada. Des progrès similaires ont été observés relativement aux difficultés à trouver un logement qui ont été déclarées (29 %, 14 % et 7 % respectivement pour les entrevues des trois cycles). Même si, au fil du temps, on a relevé certaines différences dans l’évolution de la fréquence des problèmes rencontrés dans les domaines de l’accès aux études ou à la formation et aux services de soins de santé, le portrait évolutif était malgré tout meilleur du fait que moins de personnes ont signalé des difficultés.

Figure 1 : Présence de problèmes dans les quatre tâches d’intégration au cours des quatre premières années

Figure 1 : Présence de problèmes dans les quatre tâches d’intégration au cours des quatre premières années

Date de modification :