ARCHIVÉ – Portrait d’un processus d’intégration

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Conclusions

Les quatre premières années dans un pays d’accueil sont une période clé au cours de laquelle les immigrants achèvent le processus initial d’établissement à court terme et entament les processus d’adaptation à moyen terme et d’intégration à long terme. Ce processus bidirectionnel encourage l’adaptation, de la part des nouveaux arrivants et de la société d’accueil. L’interaction entre les deux détermine les résultats des processus d’établissement, d’adaptation et d’intégration.

Pour les nouveaux immigrants, s’établir au Canada et s’intégrer à la société canadienne constituent non seulement des défis, mais aussi des sources d’espoir et de réussite. Au cours des quatre premières années, les immigrants de l’ELIC se sont assimilés sur les plans économique et social. À mesure que le temps passait, un plus grand nombre d’entre eux ont obtenu un emploi, sont devenus propriétaires de leur maison et ont participé à toutes sortes d’activités sociales. La proportion de nouveaux arrivants qui ont éprouvé des difficultés à participer aux principales tâches d’intégration examinées a diminué avec le temps.

Par rapport aux six premiers mois au Canada, les principales difficultés rencontrées par les nouveaux arrivants étaient passées, quatre ans après l’admission, des obstacles propres aux immigrants à des problèmes plus généraux. Au fil du temps, les obstacles linguistiques ont été mentionnés moins souvent, alors que les contraintes financières s’observaient davantage dans toutes les activités d’intégration examinées.

Les réseaux sociaux ont continué de jouer un rôle pour ce qui est d’aider les nouveaux arrivants à surmonter les difficultés. À mesure que les immigrants se faisaient des amis, l’amitié est devenue leur principale source d’aide. Bien que les membres de la parenté ou de la famille aient aidé les nouveaux arrivants au cours des premiers mois, avec le temps, ceux-ci ont eu de plus en plus recours aux organismes gouvernementaux.

Bien que bon nombre de nouveaux arrivants aient reçu de l’aide à l’égard des difficultés rencontrées au cours du processus d’établissement, une proportion constante d’immigrants a déclaré avoir des besoins non comblés. Après quatre ans au Canada, les services d’aide financière, d’information et de conseils ou de consultation étaient les besoins le plus souvent mentionnés. Les immigrants étant par définition des nouveaux arrivants dans le pays d’accueil, ils sont plus exposés aux problèmes d’information qui, en premier lieu, créent des besoins d’aide. Il n’est pas étonnant que les renseignements et les conseils connexes aient été le plus nécessaires au début du processus d’intégration. L’accroissement du besoin de ressources financières au fil du temps confirmait les contraintes financières comme l’un des principaux obstacles, soulignant le nouveau défi économique dans le processus d’intégration de ces nouveaux arrivants. Les écarts constamment signalés entre ces besoins et l’offre de services indiquaient des lacunes dans la politique de prestation d’une aide essentielle aux nouveaux arrivants.

Une analyse approfondie fondée sur tous les cycles de l’ELIC aidera à expliquer la complexité du processus d’intégration des immigrants au Canada, en particulier des immigrants récents qui ont été admis après 2000.

Date de modification :