ARCHIVÉ – Mobilité interprovinciale des immigrants au Canada

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Conclusion

Le mouvement migratoire des immigrants inscrits dans la BDIM reflète certaines tendances observées pour la population générale.

Tandis que l’Ontario affiche généralement des taux élevés de rétention des déclarants immigrants qui ont été admis de 2000 à 2006, ceux qui ont quitté leur province de destination initiale ont eu tendance à émigrer en plus grands nombres vers l’ouest. Les provinces de l’Ontario, du Québec et de la Colombie-Britannique ont accueilli de grands nombres d’immigrants; toutefois, lorsqu’on examine la destination initiale des immigrants déclarants, on constate que l’Alberta affiche un taux proportionnel d’entrée de migrants interprovinciaux élevé.

Ces migrants ont alimenté le mouvement d’entrée en Alberta et en Colombie-Britannique, en faisant les seules provinces à afficher un solde migratoire positif pour l’année d’imposition 2006. Ce résultat concorde avec les soldes migratoires publiés par la Division de la démographie et la Division du recensement, de Statistique Canada (graphique 13 et tableau 18).

La répartition inégale des taux de rétention des immigrants à l’échelle nationale, et les mouvements variables des migrants interprovinciaux d’après la province de destination initiale, suivent des tendances similaires à celles observées pour la population générale. Par exemple, il ressort du recensement que, pour la période de 2001 à 2006, Terre-Neuve-et-Labrador accuse une baisse du taux de croissance de sa population. En comparaison, avec un taux de croissance de 10 %, l’Alberta est la province connaissant la croissance la plus rapide au pays.

Graphique 13: Quinze principaux flux interprovinciaux, de 2001 à 2006 (d’après le Recensement de 2006)

Quinze principaux flux interprovinciaux, de 2001 à 2006 (d’après le Recensement de 2006)
Source : Recensement du Canada de 2006. Produit par la Division de la géographie, Statistique Canada, 2008.

Comme pour la population canadienne en général, l’Alberta se distingue comme l’une des principales provinces bénéficiant de la migration interprovinciale des immigrants au Canada. On voit clairement que les immigrants admis de 2000 à 2006 se sont réinstallés en grands nombres dans cette province.

Statistique Canada signale que les résultats du recensement de 2006 montrent que, entre 2001 et 2006, la proportion de Canadiens ayant déménagé dans une autre province (3 %) est la plus faible enregistrée « depuis au moins 35 ans »12. Les données de la BDIM, cependant, reflètent de manière significative des taux de mobilité interprovinciale plus élevés pour le groupe des immigrants récents, surtout ceux qui ont été admis au Canada en vertu des programmes concernant les travailleurs qualifiés, les gens d’affaires et les candidats des provinces.

Prochaines étapes

  • La réalisation d’autres études sur les caractéristiques démographiques et autres des immigrants migrants pourrait enrichir la présente analyse et permettrait de mieux comprendre les facteurs qui déterminent la mobilité des déclarants des différentes catégories.
  • L’analyse du phénomène de la « disparition » des immigrants pourrait être approfondie afin de brosser un tableau plus complet des migrants et de quelques-uns des facteurs provoquant la mobilité de certains déclarants.

Notes

12: Statistique Canada, 2008. Rapport sur l'état de la population du Canada : 2005 et 2006, Statistique Canada. No 91‑209-X au catalogue, Ottawa.

Date de modification :