Les immigrants récents des régions métropolitaines : Montréal — un profil comparatif d’après le rencensement de 2001

Partie F : Logement

Les immigrants récents logent plus souvent à l’étroit

À Montréal, le nombre de personnes par pièce dans les ménages d’immigrants récents est de beaucoup supérieur à la moyenne pour l’ensemble des ménages. En effet, pas moins de 22 % des ménages d’immigrants récents logent à l’étroit (c’est-à-dire que le nombre de pièces est inférieur au nombre de personnes vivant dans le logement). Ce phénomène est plus fréquent dans les ménages constitués uniquement d’immigrants très récents. Il est cependant très rare dans les ménages formés de personnes nées au Canada et d’immigrants antérieurs.

Tableau F-1 : Ménages d’immigrants (selon la période d’immigration) et ménages de personnes nées au Canada – nombre de personnes par pièce, région métropolitaine de recensement de Montréal, 2001 (nombre et répartition en pourcentage)
Ménages Moins de 0,5 personne Entre 0,5 et 0,74 pers. Entre 0,75 et 0,99 pers. 1 personne ou plus Total
Nés au Canada 698 330 296 300 47 010 21 590 1 063 240
Immigrants antérieurs 123 830 59 410 12 060 7 580 202 860
Immigrants récents 39 400 47 360 21 830 30 610 139 190
  Immigrants des années 1986-1995 25 680 28 640 13 270 15 180 82 770
  Immigrants des années 1996-2001
  avec d’autres
4 180 9 410 4 010 6 380 23 970
  Immigrants des années 1996-2001
  uniquement
9 540 9 310 4 550 9 060 32 450
Tous les ménages 866 950 406 510 81 600 62 310 1 417 360
 
Nés au Canada 66 % 28 % 4 % 2 % 100 %
Immigrants antérieurs 61 % 29 % 6 % 4 % 100 %
Immigrants récents 28 % 34 % 16 % 22 % 100 %
  Immigrants des années 1986-1995 31 % 35 % 16 % 18 % 100 %
  Immigrants des années 1996-2001
  avec d’autres
17 % 39 % 17 % 27 % 100 %
  Immigrants des années 1996-2001
  uniquement
29 % 29 % 14 % 28 % 100 %
Tous les ménages 61 % 29 % 6 % 4 % 100 %

Remarque : Le total de « Tous les ménages » comprend les ménages de résidents non permanents non mentionnés dans le tableau. Pour une définition de « ménage » de « loger à l’étroit » et de concepts connexes, voir le glossaire.

Les ménages de grande taille logent souvent à l’étroit

Le risque que le logement comprenne plus de personnes que de pièces croît proportionnellement avec la taille du ménage. Cette tendance vaut aussi bien pour les ménages d’origine canadienne que pour les ménages d’immigrants, mais elle est beaucoup moins forte chez les personnes nées au Canada que chez les immigrants récents.

Tableau F-2 : Ménages d’immigrants (selon la période d’immigration) et ménages de personnes nées au Canada – nombre de personnes par pièce, selon la taille du ménage, région métropolitaine de recensement de Montréal, 2001 (nombre et répartition en pourcentage)
Taille des ménages Moins de 0,5 personne Entre 0,5 et 0,74 pers. Entre 0,75 et 0,99 pers. 1
personne ou plus
Total
1 à 3 personnes
Nés au Canada 664 450 180 950 15 870 9 290 870 560
Immigrants antérieurs 115 250 30 250 2 450 2 070 150 010
Immigrants récents 36 570 31 520 8 060 8 380 84 490
  Immigrants des années 1986-1995 23 450 16 480 3 770 2 940 46 650
  Immigrants des années 1996-2001
  avec d’autres
3 780 7 080 1 840 1 500 14 180
  Immigrants des années 1996-2001
  uniquement
9 340 7 950 2 440 3 950 23 680
4 ou 5 personnes
Nés au Canada 33 610 111 060 26 970 9 330 180 970
Immigrants antérieurs 8 460 27 620 7 650 3 190 46 920
Immigrants récents 2 770 14 700 11 620 15 370 44 460
  Immigrants des années 1986-1995 2 200 11 370 7 830 8 320 29 710
  Immigrants des années 1996-2001
  avec d’autres
360 2 030 1 770 3 060 7 230
  Immigrants des années 1996-2001
  uniquement
210 1 300 2 020 3 990 7 520
6 personnes ou plus
Nés au Canada 270 4 290 4 180 2 980 11 720
Immigrants antérieurs 140 1 540 1 950 2 320 5 940
Immigrants récents 80 1 160 2 150 6 860 10 230
  Immigrants des années 1986-1995 40 790 1 670 3 930 6 420
  Immigrants des années 1996-2001
  avec d’autres
40 310 400 1 820 2 560
  Immigrants des années 1996-2001
  uniquement
10 60 80 1 110 1 260
 
1 à 3 personnes
Nés au Canada 76 % 21 % 2 % 1 % 100 %
Immigrants antérieurs 77 % 20 % 2 % 1 % 100 %
Immigrants récents 43 % 37 % 10 % 10 % 100 %
  Immigrants des années 1986-1995 50 % 35 % 8 % 6 % 100 %
  Immigrants des années 1996-2001
  avec d’autres
27 % 50 % 13 % 11 % 100 %
  Immigrants des années 1996-2001
  uniquement
39 % 34 % 10 % 17 % 100 %
4 ou 5 personnes
Nés au Canada 19 % 61 % 15 % 5 % 100 %
Immigrants antérieurs 18 % 59 % 16 % 7 % 100 %
Immigrants récents 6 % 33 % 26 % 35 % 100 %
  Immigrants des années 1986-1995 7 % 38 % 26 % 28 % 100 %
  Immigrants des années 1996-2001
  avec d’autres
5 % 28 % 24 % 42 % 100 %
  Immigrants des années 1996-2001
  uniquement
3 % 17 % 27 % 53 % 100 %
6 personnes ou plus
Nés au Canada 2 % 37 % 36 % 25 % 100 %
Immigrants antérieurs 2 % 26 % 33 % 39 % 100 %
Immigrants récents 1 % 11 % 21 % 67 % 100 %
  Immigrants des années 1986-1995 1 % 12 % 26 % 61 % 100 %
  Immigrants des années 1996-2001
  avec d’autres
1 % 12 % 15 % 71 % 100 %
  Immigrants des années 1996-2001
  uniquement
1 % 4 % 6 % 88 % 100 %

Remarque : Le total de « Tous les ménages » comprend les ménages de résidents non permanents non mentionnés dans le tableau. Pour une définition de « ménage » de « loger à l’étroit » et de concepts connexes, voir le glossaire.

Comme on l’a signalé plus haut, les ménages d’immigrants admis avant 1986 ont une taille analogue à celle des ménages d’origine canadienne. Leurs logements sont aussi sensiblement de la même dimension. Il semble donc que, si les immigrants forment des ménages nombreux et logent relativement à l’étroit pendant un certain temps après leur arrivée, ce soit pour réduire leurs coûts d’hébergement. Toutefois, dès que la situation économique le permet, ces ménages se subdivisent en ménages plus petits ou s’installent dans des logements plus spacieux. Par ailleurs, la taille des ménages diminue également lorsque les enfants des immigrants, devenus adultes, forment leur propre ménage.

Les tiers des ménages d’immigrants récents assument des coûts de logement élevés

Un ménage d’immigrants récents sur trois consacre plus de 30 % de son revenu au logement, et un sur six y consacre plus de la moitié de son revenu. Les ménages constitués exclusivement d’immigrants très récents sont même encore plus susceptibles de faire face à des coûts de logement élevés relativement à leur revenu. Par contre, seulement un ménage d’origine canadienne sur quatre consacre plus de 30 % de son revenu au logement.

Tableau F-3 : Ménages d’immigrants (selon la période d’immigration) et ménages de personnes nées au Canada – coût du logement en proportion du revenu du ménage, région métropolitaine de recensement de Montréal, 2000 (nombre et répartition en pourcentage)
  Coût du logement
Ménages Moins de 30 % 30 % à 50 % 50 % ou plus
Nés au Canada 807 380 76 % 136 630 13 % 117 510 11 %
Immigrants antérieurs 150 820 74 % 29 810 15 % 22 100 11 %
Immigrants récents 80 250 67 % 20 360 17 % 19 740 16 %
 Immigrants des années 1986-1995 55 950 68 % 13 880 17 % 12 820 15 %
 Immigrants des années 1996-1999
 avec d’autres
11 800 75 % 2 190 14 % 1 700 11 %
 Immigrants des années 1996-1999
 uniquement
12 490 57 % 4 280 19 % 5 220 24 %
Tous les ménages 1 050 880 74 % 191 600 14 % 169 360 12 %

Remarque : Le total de « Tous les ménages » comprend les ménages de résidents non permanents non mentionnés dans le tableau. Pour une définition de « ménage » et de concepts connexes, voir le glossaire. La somme des pourcentages est inférieure à 100 parce que certains ménages n’ont pas répondu à la question.

On considère que les coûts de logement représentant plus de 30 % du revenu constituent un fardeau; les ménages qui doivent assumer de pareils coûts ont généralement un faible revenu. Comme beaucoup de ménages d’immigrants récents ont un revenu peu élevé, ils tentent de réduire leurs coûts d’hébergement en logeant à l’étroit et en formant des ménages de taille considérable. Toutefois, ces mesures ne suffisent souvent pas à faire descendre les coûts de logement au-dessous de 30 % du revenu.

Les logements des immigrants très récents sont de qualité légèrement inférieure

Les logements où vivent les ménages d’immigrants admis après 1985 sont en général de construction moins récente que les maisons des personnes nées au Canada. Cette situation diffère de celle que l’on observe dans l’ensemble du Canada, où les ménages d’immigrants récents habitent généralement des logements construits la même année ou plus récemment que ceux des personnes d’origine canadienne.

Table F-4 : Ménages d’immigrants (selon la période d’immigration) et ménages de personnes nées au Canada – période de construction du logement, région métropolitaine de recensement de Montréal, 2001 (nombre et répartition en pourcentage)
  Période de construction
Ménages Avant 1971 1971-1990 1991-2001
Nés au Canada 552 680 52 % 384 730 36 % 125 830 12 %
Immigrants antérieurs 122 100 60 % 69 000 34 % 11 760 6 %
Immigrants récents 87 910 63 % 42 350 30 % 8 950 6 %
  Immigrants des années 1986-1995 50 980 62 % 25 940 31 % 5 850 7 %
  Immigrants des années 1996-2001   avec d’autres 15 680 65 % 6 770 28 % 1 540 6 %
  Immigrants des années 1996-2001   uniquement 21 260 66 % 9 630 30 % 1 560 5 %
Tous les ménages 770 670 54 % 499 550 35 % 147 140 10 %

Remarque : Le total de « Tous les ménages » comprend les ménages de résidents non permanents non mentionnés dans le tableau. Pour une définition de « ménage » et de concepts connexes, voir le glossaire.

La qualité des logements des immigrants récents est légèrement inférieure à celle des logements des personnes nées au Canada.

Tableau F-5 : Ménages d’immigrants (selon la période d’immigration) et ménages de personnes nées au Canada – état du logement, région métropolitaine de recensement de Montréal, 2001 (nombre et répartition en pourcentage)
  Qualité du logement
Ménages Entretien régulier Réparations mineures Réparations majeures
Nés au Canada 711 640 67 % 276 430 26 % 75 170 7 %
Immigrants antérieurs 125 860 62 % 60 430 30 % 16 580 8 %
Immigrants récents 86 780 62 % 39 150 28 % 13 270 10 %
  Immigrants des années 1986-1995 50 630 61 % 23 770 29 % 8 360 10 %
  Immigrants des années 1996-2001   avec d’autres 14 750 62 % 6 970 29 % 2 250 9 %
  Immigrants des années 1996-2001   uniquement 21 390 66 % 8 400 26 % 2 660 8 %
Tous les ménages 932 510 66 % 378 960 27 % 105 900 7 %

Remarque : Le total de « Tous les ménages » comprend les ménages de résidents non permanents non mentionnés dans le tableau. Pour une définition de « ménage » et de concepts connexes, voir le glossaire.

Les immigrants très récents moins souvent propriétaires de leur logement que les personnes nées au Canada

À Montréal, l’accession à la propriété est rare chez les immigrants récents. Si la moitié des ménages d’origine canadienne sont propriétaires de leur logement, seulement un ménage exclusivement constitué d’immigrants très récents sur dix est dans la même situation. Près de deux ménages d’immigrants admis avant 1986 sur trois possèdent leur maison.

Figure F-1 : Ménages d’immigrants (selon la période d’immigration) et ménages de personnes nées au Canada – possédant leur propre logement, selon la composition des ménages, région métropolitaine de recensement de Montréal, 2001 (pourcentage)

Remarque : Pour une définition de « ménage » et de concepts connexes, voir le glossaire.

Date de modification :