Les immigrants récents des régions métropolitaines : Victoria — un profil comparatif d’après le rencensement de 2001

Points saillants

Les immigrants très récents – un aperçu

  • Parmi les immigrants très récents, soit ceux qui sont arrivés depuis le 1er janvier 1996, ceux qui vivaient à Victoria le 15 mai 2001 sont très peu nombreux. Ils ne sont en effet que 4 800, soit 8 % de tous les immigrants de Victoria, une faible proportion si l’on considère que la proportion au Canada tout entier est de 18 %. Un sur dix est venu des États-Unis, le plus important pays source, mais la majorité sont venus des pays d’Asie. Un tiers d’entre eux ont un diplôme universitaire, soit une proportion près de deux fois supérieure que chez les personnes nées au Canada, et presque tous indiquent une connaissance de l’anglais ou du français. Toutefois, le taux d’emploi et le revenu moyen étaient inférieurs parmi la cohorte des immigrants très récents selon les données du recensement de 2001 que parmi leurs homologues dont il est fait état au recensement de 1996.

Immigrants et immigrants récents (partie A)

  • En 2001, Victoria comptait 14 200 immigrants récents, soit 0,6 % de l’ensemble des immigrants récents au Canada, 25 % des immigrants à Victoria et 4,6 % de l’ensemble de la population de la région métropolitaine. Dans le présent document, le terme « immigrants récents » désigne les immigrants qui sont devenus des résidents permanents ou qui ont obtenu le droit de résidence permanente après 1985 et qui vivaient au pays le 15 mai 2001, date à laquelle le recensement de la population a eu lieu. Le terme « immigrants très récents » désigne les immigrants qui ont obtenu le droit de résidence permanente après 1995.
  • Les trois quarts des immigrants ayant obtenu le statut de résidents permanents entre 1986 et 1995 étaient devenus citoyens canadiens en mai 2001.

Qui sont les immigrants récents (partie B)

  • Les immigrants récents à Victoria viennent de partout dans le monde. On observe la prévalence des origines asiatiques parmi les immigrants qui sont établis après 1995. Les immigrants récents venus des États-Unis, le plus grand pays source, représentent 10 % du total. Une proportion égale est venue de Taïwan, qui se classe au second rang des pays sources. Taïwan, les Philippines, le Japon et l’Iran sont devenus des sources d’immigrants plus substantielles pour Victoria depuis 1995.
  • D’après les statistiques publiées par Citoyenneté et Immigration Canada, la moitié des immigrants récents ayant choisi de s’installer à Victoria l’ont fait en vertu de leur appartenance à la catégorie de la famille. Le nombre d’immigrants de la catégorie économique a augmenté, passant du tiers du total dans la seconde moitié des années 1980 à près de la moitié à la fin des années 1990. La proportion de la catégorie des réfugiés est très faible.
  • Les immigrants récents changent le paysage religieux de Victoria. En effet, 16 % d’entre eux sont musulmans, bouddhistes, hindous ou sikhs.
  • Quelque 45 % des immigrants très récents ont entre 25 et 44 ans. Ce groupe d’âge équivaut à 30 % de la population de Victoria née au Canada.
  • Presque toutes les personnes ayant immigré entre 1996 et 2001 disent pouvoir converser en anglais ou en français. Toutefois, la langue la plus souvent parlée à la maison est une langue autre, pour près de cinq immigrants très récents sur dix.
  • Le niveau de scolarité des immigrants très récents à Victoria est assez élevé par rapport à celui des personnes nées au Canada : en effet, le tiers des femmes et un peu plus du tiers des hommes sont titulaires d’un diplôme universitaire.

Familles et ménages (partie C)

  • Les immigrants récents sont proportionnellement plus nombreux que les personnes nées au Canada à vivre avec des parents, et deux fois plus nombreux (toujours en pourcentage) à vivre avec des membres de leur famille élargie. Parmi les immigrants récents d’au moins 65 ans, deux sur dix vivent seuls contre un sur trois parmi les personnes nées au Canada.
  • Les familles d’immigrants récents sont proportionnellement plus nombreuses que les familles d’origine canadienne à compter des enfants vivant à la maison, surtout lorsque le membre le plus âgé de la famille a au moins 45 ans. Il y a beaucoup moins de familles monoparentales parmi les immigrants récents que chez les personnes nées au Canada.
  • Les ménages comptant au moins un immigrant récent adulte représentent 6 % des ménages de Victoria. Le tiers de ces ménages d’immigrants récents compte au moins un membre qui a immigré après 1995.
  • Les ménages constitués d’immigrants récents sont beaucoup plus susceptibles que les ménages d’origine canadienne de regrouper des membres de la famille élargie ou plus d’une famille. De plus, les ménages des immigrants récents comptent souvent plus de personnes. En effet, 35 % comptent au moins quatre personnes, contre seulement 16 % des ménages des natifs du Canada.

Participation à la vie économique (partie D)

  • Plus l’arrivée des immigrants est récente, plus leur taux d’activité est faible et plus leur taux de chômage est élevé. Le taux d’activité des immigrants antérieurs est plus ou moins le même que celui des personnes nées au Canada.
  • Plus les immigrants restent longtemps au Canada, plus ils tendent à rejoindre les personnes nées au Canada sur le plan de la participation à la vie économique, peu importe le groupe d’âge, le sexe ou la scolarité. Les disparités entre les immigrants récents et les natifs du Canada sont généralement moindres chez les hommes que chez les femmes.
  • Le taux de participation à la vie économique parmi les immigrants récents et très récents a été moindre en 2001 qu’en 1996. Certes, ce taux a aussi diminué parmi les natifs du Canada, mais dans une proportion moindre que chez les immigrants récents.
  • Par comparaison avec les natifs du Canada, les immigrants récents sont généralement plus nombreux à travailler dans la vente et les services et moins nombreux à exercer des fonctions administratives.
  • Les immigrants récents sont proportionnellement plus nombreux que les personnes nées au Canada à travailler dans les services d’accueil et autres. Les industries de la construction et du transport ainsi que le secteur public, en revanche, comptent proportionnellement moins d’immigrants récents que de personnes nées au Canada.
  • Les emplois occupés par les immigrants récents, et particulièrement les femmes, exigent un peu moins de compétences que ceux des natifs du Canada.

Revenu (partie E)

  • Parmi les personnes ayant déclaré un revenu pour l’année 2000, les immigrants très récents ont gagné en moyenne les trois cinquièmes du revenu des personnes nées au Canada, alors que ceux qui ont immigré de 1986 à 1995 ont un revenu égal aux neuf dixièmes de celui des personnes nées au Canada.
  • Le revenu moyen des immigrants très récents de 2000 a été de 11 % inférieur à celui des immigrants très récents de 1995. Victoria se distingue des autres villes canadiennes à cet égard. Le revenu moyen des immigrants et des immigrantes arrivés depuis 5 à 15 ans a été de 20 % supérieur à celui de 1995, soit une augmentation légèrement plus forte que chez les natifs du Canada.
  • Les paiements de transfert du gouvernement aux ménages du groupe d’âge de 25 à 64 ans ont été légèrement supérieurs chez les immigrants récents que chez les natifs du Canada, tant en chiffres absolus qu’en proportion du revenu des ménages.
  • Le tiers des immigrants récents sont dans une situation de faible revenu; c’est deux fois plus que chez les personnes nées au Canada.

Logement (partie F)

  • Dix pour cent des ménages d’immigrants récents à Victoria logent à l’étroit — c’est-à-dire dans un logement qui abrite une personne ou plus par pièce — contre 3 % des ménages d’origine canadienne. Ce phénomène touche 24 % des ménages constitués uniquement d’immigrants très récents.
  • Trois ménages d’immigrants récents sur dix consacrent plus de 30 % de leur revenu au logement, tout comme chez les ménages de personnes nées au Canada.
  • L’état des logements où vivent les immigrants récents est comparable à celui des logements des personnes nées au Canada.
  • Le tiers des ménages constitués seulement d’immigrants très récents sont propriétaires de leur propre logement. Parmi les autres ménages constitués d’immigrants récents, la proportion de ceux qui possèdent leur propre logement est la même que chez les personnes nées au Canada.
Date de modification :