ARCHIVÉ – Description du projet relatif à la ségrégation et au mélange ethniques dans les grandes régions métropolitaines du Canada

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

L’organisation des cartes par ville

Le projet comprend deux grandes séries de cartes : celles qui montrent la répartition et la concentration des groupes en fonction du lieu de résidence et celles qui présentent les lieux de travail et de résidence des personnes qui, au sein de chaque groupe, appartiennent à la population active occupée. Quel que soit le groupe ethnoculturel, le nombre de personnes qui occupent un emploi est toujours très inférieur à la taille du groupe dans son ensemble. Pour les villes de taille réduite, les chiffres étaient trop faibles pour permettre de tracer des cartes fiables au sujet du lieu de naissance et de travail des minorités visibles. Les régions métropolitaines retenues pour l’un et l’autre des volets du projet sont les suivantes :

Lieu de résidence :

  • Toronto
  • Vancouver
  • Montréal
  • Ottawa-Gatineau
  • Calgary
  • Edmonton
  • Winnipeg
  • Hamilton

Population active occupée :

a) Lieu de résidence

Les cartes montrant le lieu de résidence sont organisées comme suit pour chaque ville :

  • Période d’immigration (tous les âges) : Quatre cartes illustrent la répartition de la population née à l’étranger selon la date d’arrivée au Canada, soit :
    • 1981 – 1990
    • 1991 – 2001
    • 1991 – 1995
    • 1996 – 2001
    Les personnes qui ont immigré au cours de la dernière décennie (1991-2001) sont subdivisées en cohortes de cinq ans, ce qui permet de comparer la façon dont la répartition géographique des divers groupes évolue pendant la période critique des dix premières années.
  • Zones de concentration ou enclaves de nouveaux immigrants : Il est souvent très intéressant pour les chercheurs et les décideurs de connaître les parties d’une ville qui peuvent être considérées comme des enclaves de nouveaux immigrants, c’est-à-dire les quartiers dans lesquels les immigrants de fraîche date forment une bonne partie d’une population déjà importante de personnes nées à l’étranger. Pour montrer clairement ces zones, une carte par ville présente les secteurs de recensement dans lesquels : a) les personnes nées à l’étranger constituent une bonne part de la population totale du secteur et b) les nouveaux venus (1996-2001 et 1991-1995) occupent une place importante dans la population immigrante totale du secteur. Les valeurs de référence varient d’une agglomération à l’autre, étant donné les écarts que présente la taille absolue et relative de la population née à l’étranger, notamment celle qui a immigré au cours des dernières années.
  • Principaux groupes d’immigrants – tous les âges : Ces cartes montrent la répartition géographique et les zones de concentration des cinq principaux groupes d’immigrants dans chaque ville, tous âges confondus.
  • Principaux groupes de nouveaux immigrants – tous les âges : Ces cartes montrent la répartition géographique et les zones de concentration des cinq principaux groupes de nouveaux immigrants (1996-2001) dans chaque ville, tous âges confondus.
  • Principaux groupes faisant partie de minorités visibles – tous les âges : Ces cartes montrent la répartition géographique et les zones de concentration des cinq principaux groupes appartenant à une minorité visible dans chaque ville, ainsi que celles de la population totale des minorités visibles, tous âges confondus.

Suit une série de cartes présentant la répartition de la population adulte uniquement (groupe des 15 à 64 ans) selon quelques indicateurs du statut socio-économique ou du statut par rapport à l’immigration. Il a été décidé de s’intéresser à la population adulte, dont les membres sont en principe des actifs occupés, parce que la structure par âge varie grandement d’un groupe d’immigrants et d’une minorité visible à l’autre Note de bas de page 4 et parce que les enfants et les personnes âgées interviennent peu dans le choix du lieu de résidence. Ces cartes permettent d’étudier certains aspects de la diversité sociale au sein des populations d’immigrants et de minorités visibles, et de voir si les personnes issues du même contexte ethnoculturel, mais présentant des caractéristiques sociales différentes, résident dans les mêmes quartiers. En ce qui concerne le statut socio-économique et le statut par rapport à l’immigration, les indicateurs étudiés sont : a) la période d’immigration (pour les immigrants), b) le lieu de naissance (au Canada ou à l’étranger, pour les minorités visibles) et c) le revenu du ménage (pour tous les groupes). Les cartes concernent les personnes qui font très probablement partie de la population active, mais elles ne se limitent pas à celles qui occupent effectivement un emploi. Les cartes de cette série composent différents jeux :

  • Groupes d’immigrants selon la période d’immigration : Les cartes portent sur les périodes suivantes : a) avant 1981, b) 1981 – 1990 c) 1991 - 2001. Chacune est agrémentée d’un graphique qui précise le nombre de personnes visé par chaque période.
  • Groupes de nouveaux immigrants selon la période d’immigration : Les périodes considérées sont : a)  1991 – 1995 et b)  1996 – 2001. Le nombre d’immigrants dans la tranche de 1991 à 2001 est indiqué pour chaque groupe, ainsi que la proportion des personnes pour les deux périodes de cinq ans.
  • Groupes appartenant à une minorité visible selon le lieu de naissance : Ces cartes permettent d’apprécier l’ampleur des différences dans la répartition géographique des personnes appartenant à une minorité visible, selon le lieu de naissance. Les cartes suivantes ont été établies pour chaque groupe : a) personnes nées à l’étranger, b) personnes nées au Canada et c) groupe dans son ensemble (indépendamment du lieu de naissance). Figurent également la taille de chacun des groupes appartenant à une minorité visible, ainsi que la ventilation selon le lieu de naissance (à l’étranger ou au Canada).
  • Immigrants (totaux et nouveaux) et minorités visibles, selon le revenu du ménage : Le statut socio-économique peut avoir une incidence majeure sur le lieu de résidence dans une ville canadienne. Afin de déterminer dans quelle mesure ce paramètre influence le lieu de résidence des groupes d’immigrants et celui des groupes appartenant à une minorité visible, on a établi des cartes tenant compte du revenu du ménage, plus précisément pour les tranches de revenu suivantes : a) moins de 35 000 $, b) entre 35 000 et 69 999 $ et c) plus de 70 000 $. Ces catégories correspondent à peu près à un revenu faible, moyen et élevé, mais la prudence est de mise dans l’interprétation des données. Il existe de grands écarts d’une région métropolitaine à l’autre, car le coût de la vie y est différent. En conséquence, il est possible que ces catégories sous-estiment ou surestiment parfois l’aisance relative des ménages. Chaque carte est accompagnée d’un graphique indiquant le nombre de personnes appartenant aux différents groupes d’immigrants ou minorités visibles qui se situent dans une tranche de revenu.
  • Indice de diversité : La dernière carte de la série consacrée au lieu de résidence montre le degré de diversité ethnoculturelle des secteurs de recensement de chaque agglomération. Toutes les catégories de minorités visibles étudiées par Statistique Canada sont utilisées, y compris les personnes d’origine européenne ou n’appartenant pas à une minorité visible. On voit dans quelle mesure l’ensemble des groupes est présent dans la population totale, à l’échelle des secteurs de recensement. La carte a été établie à la lumière d’un indice de diversité ou d’entropie Note de bas de page 5; plus la valeur de cet indice est élevée, plus grande est la diversité ethnoculturelle au sein du secteur.

b) Population active occupée : lieux de résidence et de travail

Les cartes consacrées à la répartition et à la concentration relative des groupes d’immigrants et des minorités visibles, pour ce qui est du lieu de travail, sont organisées de manière légèrement différente, en partie parce que les membres de la population active occupée constituent la population de base. Comme l’on s’intéresse au lieu de travail, les cartes doivent uniquement faire état des actifs occupés (c’est-à-dire les personnes qui touchent un revenu d’emploi dans une économie fondée sur les salaires).

Jusqu’à ce stade-ci du projet, les cartes consacrées au lieu de résidence ne concernaient pas uniquement la population active occupée. Dans la plupart de ces cartes, la population de base est beaucoup plus large; dans quelques autres, toutes les personnes sont incluses, indépendamment de leur âge. Pour obtenir une comparaison pertinente du lieu de travail et du lieu de résidence des membres des différents groupes, on a établi des cartes portant sur le lieu de résidence des seules personnes appartenant à la population active occupée. Par conséquent, on a produit pour chaque ville un jeu de cartes illustrant le lieu de résidence et le lieu de travail, et cela à l’égard de chaque groupe d’immigrants et de chaque minorité visible, en fonction des actifs occupés qui occupent un emploi dans un lieu fixe. On a exclu les personnes dont le lieu d’emploi change, tout comme celles qui n’ont pas de travail, mais qui cherchent activement un emploi.

Enfin, une distinction selon le sexe est introduite dans les cartes qui présentent le lieu de travail uniquement. Tout indique en effet que les hommes et les femmes occupent des emplois différents, dans des secteurs économiques différents et dans des lieux différents au sein d’une région métropolitaine. Alors qu’ils font partie des mêmes ménages, leur métier et leur secteur d’activité très différents les dirigent vers des endroits aussi très différents dans la ville. On a donc établi des cartes distinctes pour les hommes et pour les femmes selon la période d’immigration, le lieu de naissance et la minorité visible concernée.

Les cartes consacrées à la population active occupée se présentent comme suit :

  • Lieu de résidence et lieu de travail :
    • Période d’immigration :
      • Avant 1981
      • 1981 – 1990
      • 1991 – 2001
    • Groupes d’immigrants :
    • Minorités visibles :
      • Cinq principaux groupes appartenant à une minorité visible dans chaque ville Note de bas de page 7
      • NOTA : Dans le jeu de cartes sur le lieu de travail, on a établi pour chaque groupe ethnoculturel des cartes distinctes présentant la répartition et la concentration relative : a) de la population totale, b) des femmes et c) des hommes
    • Indice de diversité : La dernière carte de la série consacrée à la population active occupée illustre le degré de diversité ethnoculturelle en fonction du lieu de travail dans chaque secteur de recensement. Le premier jeu de cartes sur la diversité, dans le volet qui s’intéresse au lieu de résidence, est basé sur la population résidente.Dans ce volet-ci, les cartes présentent uniquement la population qui travaille dans le secteur. Comme dans le cas du premier jeu de cartes sur la diversité, l’indice repose sur la présence relative dans le secteur de recensement de certaines ou de l’ensemble des minorités visibles, y compris les groupes d’origine européenne « n’appartenant pas à une minorité visible ». Plus l’ensemble des groupes sont bien représentés, plus le secteur de recensement présente un indice de diversité élevé.

      Soulignons, toutefois, qu’un moins grand nombre de minorités visibles sont étudiées du point de vue du lieu de travail, en raison de la taille réduite de certains de ces groupes au Canada. Les populations les plus restreintes ont été amalgamées dans la catégorie « Autre minorité visible ». La comparaison directe des cartes portant sur le lieu de résidence et de celles portant sur le lieu de travail requiert une certaine prudence, puisque les groupes considérés ne sont pas identiques. Voici ceux qui ont été retenus pour calculer l’indice de diversité dans les cartes visant le lieu de travail :
      • Asiatiques de l’Est (Chinois, Coréens, Japonais)
      • Asiatiques du Sud
      • Noirs
      • Asiatiques du Sud-Est (Asiatiques du Sud-Est et Philippins)
      • Arabes
      • Autres (Latino-Américains, Asiatiques de l’Ouest, minorités visibles non incluses ailleurs, minorités visibles multiples)
      • Personnes d’origine européenne (n’appartenant pas à une minorité visible)

Notes de bas de page

Note de bas de page 3

Il a été possible d’établir pour certains groupes (les plus nombreux) des cartes présentant le lieu de résidence des actifs occupés, selon la période d’immigration et l’appartenance à une minorité visible, dans les villes d’Edmonton, de Winnipeg et d’Hamilton.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Par exemple, un groupe peut comporter beaucoup d’enfants, un autre davantage de personnes âgées en raison du vieillissement de la population au Canada.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Le calcul et la signification de l’indice de diversité sont expliqués plus loin.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Il s’agit là de l’objectif visé mais, dans les villes plus petites, le nombre de groupes est moindre car trop peu de personnes appartenant à certains groupes d’immigrants font également partie de la population active occupée.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Il s’agit là de l’objectif visé mais, dans les villes plus petites, le nombre de groupes est moindre car trop peu de personnes appartenant à certaines minorités visibles font également partie de la population active occupée.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Date de modification :